Assemblée des blessées

Sa biographie
En novembre 2014, à la Bourse du Travail de Montreuil, se rencontrent 15 blessés par Flash-Ball Superpro ou LBD 40 et leurs proches. De cette rencontre naît l’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières. Les objectifs sont pluriels : soutenir les personnes blessées par la police, partager et diffuser nos expériences en matière médicale, juridique, médiatique et politique, lancer des initiatives communes, se soutenir mutuellement lors des procès, participer aux luttes en cours.
Son blog
18 abonnés +
  • 18 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 9 favoris
  • 0 contact
Voir tous
  • Flashback vs Flashball

    Par
    Fin 2016, trois policiers ont été jugés et condamnés par le TGI de Bobigny pour avoir tiré au Flashball et blessé six personnes, dont l’une a perdu un œil, le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil. Les policiers ont fait appel. Au premier jour de ce nouveau procès, nous revenons sur « la défense » des policiers et ce qu’elle dit de la violence qu’ils exercent au quotidien. Collectif Huit Juillet.
  • « Les habitant·es refusaient ce qu’il se passait » 8/8

    Par
    Treize personnes directement touchées par la violence policière sont venues témoigner devant la cour à l’occasion du procès du 8 juillet. À moins d’une semaine de l’appel du jugement, nous publions deux à deux, huit de ces prises de paroles. Dabo, ancien membre du Collectif de Montreuil pour les droits des sans-papiers.
  • « Il existe un hiatus énorme entre la police et les quartiers populaires » 7/8

    Par
    Treize personnes directement touchées par la violence policière sont venues témoigner devant la cour à l’occasion du procès du 8 juillet. À moins d’une semaine de l’appel du jugement, nous publions deux à deux, huit de ces prises de paroles. Omar Slaouti, Vérité et Justice pour Ali Ziri.
  • « Nous n’étions pas révolté·es, nous le sommes devenu·es » 6/8

    Par
    Treize personnes directement touchées par la violence policière sont venues témoigner devant la cour à l’occasion du procès du 8 juillet. À moins d’une semaine de l’appel du jugement, nous publions deux à deux, huit de ces prises de paroles. Nathalie Torselli, mère de Quentin Torselli, blessé au LBD 40.
  • « Ce sont des armes de guerre » 5/8

    Par
    Treize personnes directement touchées par la violence policière sont venues témoigner devant la cour à l’occasion du procès du 8 juillet. À moins d’une semaine de l’appel du jugement, nous publions deux à deux, huit de ces prises de paroles. IanB, Stop aux violences policières et Désarmons-les !