B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2019

Pour le 5 décembre, Mediapart réenfile son gilet jaune

A l’approche de la grève du 5 décembre, Mediapart réenfile son gilet jaune (qu’il n’avait d’ailleurs jamais réellement quitté) et retrouve son pire visage, déjà montré l’an passé, celui d’un media qui trompe ouvertement ses lecteurs (payants…) pour se faire l’organe quasi officiel d’un mouvement – les gilets jaunes – auquel l’ensemble de ses abonnés serait censé adhérer.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’approche de la grève du 5 décembre, Mediapart réenfile son gilet jaune (qu’il n’avait d’ailleurs jamais réellement quitté) et retrouve son pire visage, déjà montré l’an passé, celui d’un media qui trompe ouvertement ses lecteurs (payants…) pour se faire l’organe quasi officiel d’un mouvement – les gilets jaunes – auquel l’ensemble de ses abonnés serait censé adhérer. Aucune analyse de fond, aucune enquête (un comble pour un journal qui s’est construit sa réputation sur la qualité de ses investigations), pas de mise en perspective (car on ne peut décemment pas qualifier d’approche historique ce chapelet d’anachronismes dont se délecte Mediapart et qui font des gilets jaunes les héritiers de 1789 ou de la Commune de Paris), pas de recul, d’esprit critique. Une information à sens unique (les gilets jaunes vus par les gilets jaunes), partielle, malhonnête à force d’être partiale. Une sélection biaisée de notes de blog. Une mise en page (également sur le site internet, très proche de celle de RT France) lourdement propagandiste - multipliant les images et les titres caricaturaux, dans la plus pure veine populiste - qu’on dirait sortie d’une officine politique. Ce n’est pas l’engagement de Mediapart qui est en cause mais de s’être mis sans distanciation au service d’une cause - brutale et ambigüe - imposée au lecteur comme morale officielle.

Une cause sacralisée qui renvoie dans les rangs de la « macronie », toute interrogation pourtant légitime, sur un mouvement qui n’a jamais été un mouvement social ni même un mouvement populaire, le faible nombre de participants se trouvant noyé dans un brouillard de mots, une rhétorique invraisemblable allant par exemple jusqu’à faire des gilets jaunes les hérauts de la lutte pour le climat ! Dans le même registre, il est proprement ahurissant d’entendre aujourd’hui les gilets jaunes réclamer la paternité d’un mouvement social qui s’est développé sans eux, de valeurs contre lesquelles ils ont, du moins pour une majorité d’entre eux, montré un réel mépris. Aujourd’hui comme il y a un an, le mouvement social a tout à craindre de son infiltration par les gilets jaunes.

De fait, on n’a rien lu sur Mediapart, sur les origines des gilets jaunes, sur une mouvance née de la contestation des taxes, des syndicats, des fonctionnaires (et donc des services publics), une mouvance traversée de courants identitaires et dont la moitié des sympathisants se reconnaît des affinités avec l’extrême-droite, une mouvance soutenue à l’international par Trump, Bannon, Erdogan, Salvini et bien d’autres de la même famille.

On n’a rien lu sur Mediapart sur le mode opératoire d’un mouvement fondé sur la violence et l’intimidation, qui privilégie le défoulement de quelques gros bras à la manifestation, le cabotinage nombriliste au travail de fond, à la prise de responsabilités. Défoulement gratuit chaque samedi de 14 h à 16 h, dans lequel les savants experts dûment sélectionnés par Mediapart voient l’annonce d’une révolution. Un peu comme d’autres lisent dans le marc de café. Rien lu sur la confusion, l’escroquerie fondamentale, entretenue avec le dogmatisme typique des faux rebelles (et une bonne dose de mauvaise foi) entre la rue et le peuple.

Rien lu sur l’impasse qui consiste à ne pas voir que, dans un pays où deux électeurs sur trois votent pour la droite ou l’extrême-droite*, le peuple est nécessairement de droite ou d’extrême-droite et que si une révolution devait advenir, ce ne serait pas celle des lendemains qui chantent. Mais après Zeev Sternhell, il est bien connu qu’en France, à gauche de la gauche, on trouve l’extrême-droite.

Mise à jour (03/12/2019, 23h 45)

* Elections présidentielles (avril 2017, 1er tour) : votants = 78 % des inscrits (donc abstention = 22 %) ; droite + extrême-droite = 72 % des suffrages exprimés.

   Elections européennes (printemps 2019) : RN + LRM = 46 % des inscrits à eux seuls, avec certes une abstention importante mais touchant tout le spectre politique.

Sinon, à cette heure, 3 commentaires, 3 mises en cause personnelles de l'auteur de la présente note de blog, notamment ce qualificatif de "macronien" accroché à tout ce qui ne porte pas un gilet jaune. Le lecteur honnête pourra toujours se reporter aux 245 billets du présent blog pour juger du macronisme de son auteur...

 Mediapart et les gilets jaunes : la course à l'abîme (1)

Mediapart et les gilets jaunes : la course à l'abîme (2)

http://journaldecole.canalblog.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik