B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 sept. 2018

Pour financer le service national, 1800 postes supprimés dans l'Education

On s’y attendait bien un peu mais pas aussi rapidement. Comment financer le coût exorbitant (2 à 3 milliards d’euros par an) du SNU (service national universel) étant entendu que sa charge n’en serait pas assurée par le ministère des Armées ? La réponse est venue aujourd’hui avec la suppression de 1800 postes à l'Education nationale, promue grande organisatrice de cette comédie.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On s’y attendait bien un peu mais pas aussi rapidement. Comment financer ce SNU (service national universel) au coût exorbitant (2 à 3 milliards d’euros par an) étant entendu que sa charge n’en serait pas assurée par le ministère des Armées ? La réponse est venue aujourd’hui par la bouche du ministre de l’EN : 1800 postes seront supprimés en 2019 dans le second degré et les services administratifs. Un tripatouillage budgétaire qui permet de faire payer par l’éducation, en renforçant sa dimension militaire, ce qui relève normalement de l’armée. Ces suppressions de postes dans les secteurs civils, alors même que tant d’autres besoins vitaux ne sont pas assurés (par exemple dans la santé, le logement, l’environnement) sont la traduction concrète du choix qui a été fait de privilégier la défense, en sanctuarisant des dépenses portées par la loi de programmation militaire à 300 milliards d’euros, des dépenses auxquelles ne sont jamais demandées de justification, l’armée, à l’inverse des élèves de CP, n’étant jamais soumise à évaluation…

En dépit de l’assurance du Premier ministre qu’il ne s’agissait pas de « recréer un service militaire », la composante militaire du SNU se confirme au fil des semaines. De quoi une commission nommée par Macron, dirigée par un général, travaillant dans le plus grand secret et dont le rapport final n’a même pas été publié, pouvait-elle bien accoucher ? Le principe d’un enfermement obligatoire de toute une classe d’âge, sous surveillance en partie militaire (dorénavant sous budget EN ?), l’objectif de « sensibiliser les jeunes aux enjeux de la défense », aux métiers de la défense, la perspective de les orienter ensuite vers un volontariat militaire, tout montre que si l’idée initiale d’un service de 3 à 6 mois a été abandonné en cours de route au vu des contraintes budgétaires, la dimension militaire du SNU reste prégnante.

Les responsables militaires ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en faisant savoir que « les armées étaient déterminées à prendre toute leur place » dans le SNU. Après avoir déjà pris, par l’éducation à la défense, une place abusive dans la formation civique des élèves. Confirmation encore avec la présence de la ministre des Armées à Compiègne dans le cadre de la « deuxième consultation nationale » sur le sujet, la première ayant étant assurée par le Premier ministre en personne, selon des modalités qui, à chaque fois, tournent à l’entreprise de communication officielle.

Ainsi, aujourd’hui, à Compiègne, la ministre rencontre « des » jeunes. Quels jeunes ? Sélectionnés sur quels critères ? Représentatifs de qui ? Nul ne sait, sinon que ces jeunes sont présents pour assurer le service après-vente d’un projet qu’il est interdit de remettre en cause, puisque, s’ils sont autorisés à donner un avis sur le contenu du mois d’internement obligatoire, ils ne sont pas sollicités sur le principe même de ce mois, arrêté, comme on l’a vu, dans le secret d’une commission dirigée par un militaire. Un peu comme si un condamné à mort se voyait demander de choisir entre la pendaison ou la guillotine. De fait, le programme de cette journée a été soigneusement balisé : dans la matinée, « des jeunes auront réfléchi aux enjeux et à leurs attentes concernant le SNU ». A 15h 05, les jeunes disposent de 40 minutes pour exposer le fruit de leur réflexion. Comme les jeunes sélectionnés par Philippe dans le cadre de la première « consultation », ils auront peut-être à faire leur choix entre apprendre à se servir d’une boussole, organiser une compétition sportive ou s’occuper de jeunes autistes… Suit un bref moment d’échange entre la ministre et « des » jeunes, avant la conclusion puis le départ de la ministre. Une concertation troussée en 1 heure 45… pour ce que Florence Parly qualifie de « large consultation de la jeunesse. »

Précipitation, amateurisme, autoritarisme, refus du débat : le SNU se met en scène avec tous les ingrédients de la méthode Blanquer. Avec des conséquences qui commencent à se voir.

Une pétition est toujours en ligne.

Sur le même sujet :

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale
- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse
- Brassage social : la grosse arnaque du service national

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart