BAC & Blanquer, adjudant sous-chef à la répression "éducative"

Décembre 2018 : le ministre Blanquer suggère de faire payer des amendes à des parents d'élèves. Mai : tout le monde le sait. Juillet : ses ouailles évoquent la punition des professeurs grévistes refusant de corriger les copies du BAC. Cette simple possibilité exprimée, assortie d'un passage en force, est une déclaration de guerre à la citoyenneté.

Ce n'est pas comme si le ministre de l'Éducation Blanquer faisait partie d'un gouvernement légitime et cherchant le dialogue. Ce monsieur est l'un des rouages principaux d'un rouleau compresseur étatique détruisant tout sur son passage, sans discernement, sans aucune concertation, arrachant des mains, crevant des yeux, et nous ne parlons pas des morts ou disparitions survenues dans des circonstances "non élucidées".

Le seul élément de légitimité qui permette encore au rouleau compresseur d'avancer, ce sont les résultats électoraux adossés à une constitution obsolète. Seuls les aveugles-sourds et atactiles ignorent combien ces résultats sont dus à l'orchestration médiatico-affairiste.

Pour ne citer que deux événements récents :

- Le ministre évoquait en décembre dernier devant la chaine CNEWS une possible « amende » pour les parents « responsables de carences éducatives ». Le gouvernement actuel et les précédents n'étant bien sûr aucunement responsables des carences éducatives de l'éducation nationale en termes de moyens et de non-concertation, ni des carences sociales qui engendrent les difficultés des parents à suivre la scolarité des enfants.

Dessin de Zaïtchick. https://www.blagues-et-dessins.com/category/l-actu-de-zaitchick/ © Zaïtchick Dessin de Zaïtchick. https://www.blagues-et-dessins.com/category/l-actu-de-zaitchick/ © Zaïtchick

- Les professeurs sont depuis mai 2019 soumis au devoir de réserve, pardon, à l'obligation de réserve, admirez la nuance ; comme s'ils étaient des fonctionnaires de police.

Aujourd'hui, le rouleau C condamne la grève des professeurs (celle qui perturbe les résultats du baccalauréat), seul moyen pour eux de s'exprimer face au mur Blanquer. La porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye suggère avec modération aux professeurs de faire grève « au mois de mars ». Autrement dit, de ne pas trop déranger et de se soumettre au silence médiatique qui relaie les revendications ou indignations des enseignants avec des pincettes de chirurgiens, ou bien avec les gros sabots de la Vindicte, selon.

Lors de la même crise, une journaliste de CNEWS demande en toute objective neutralité à un invité officiel, si l'on ne devrait pas « radier » les professeurs grévistes. Magnanime, il répond que non, une « sanction » devrait suffire. Menaces ou non, l'indécence est la même. Si exécution de menaces il y a, aucun citoyen sérieux ne pourra l'accepter.

Acte dernier, 30 000 (ou plus ?) bacheliers sont évalués sur des notes de contrôle continu, affront à la jauge du mérite, affront à la loi, à la coutume, au règlement, à notre culture, à la décence. Spécialistes en Droit, sénateurs, députés, les citoyens vous observent.

Ce cirque peuplé de clowns à l'allure de croque-morts présente tous les signes de l'imminence d'un chapital effondrement.

Pour une vue informée de l'intérieur, lire le blog de Pascal Maillard, ou celui du jeune étudiant A. Blomme ; ou bien le blog plus tautologique qui reproduit la lettre des profs d'Amiens ici.

Le Ministre de l'Éducation Blanquer à Cnews, décembre 2018. Le Ministre de l'Éducation Blanquer à Cnews, décembre 2018.
Ministre de l'Éducation nationale, J.M. Blanquer. Ministre de l'Éducation nationale, J.M. Blanquer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.