Réforme des retraites, ou la Bérézina ….

Le gouvernement qui n’a pas su présenter, par son incompétence, après 18 mois de travail, un projet de réforme compréhensible par l’ensemble des salariés, s’apprête à reconstruire une usine à gaz. Macron a beau lancer ses ministres à la rescousse, il ne se passe pas un jour sans couac; l’amateurisme est flagrant. Et pourtant il aurait bien fallu redonner de l’équité dans les retraites …

Depuis le 1ier Janvier 2019, les retraites complémentaires Arcco et Agirc ont été mutualisées en une seule retraite complémentaire Agirc-Arcco, en prenant comme référence le point Arcco. En réalité il y a deux points Agirc-Arcco :

  • la valeur de référence (valeur servant à acquérir des points : 17,0571 € en 2019),
  • la valeur du point (valeur permettant de calculer le montant de la retraite : 1,2588 € en 2019).

De plus il y a un taux d’appel (127 % en 2019), oublié dans toutes les simulations présentées par notre « expert » national en retraite, qui fait que la valeur de référence effective est de 22,0957 € en 2019, puisque la formule pour calculer le nombre de points acquis chaque année est la suivante :

Nbr points = Somme des cotisations annuelles / Valeur de référence / Taux d’appel.

Avec Somme des cotisations annuelles = Salaire Brut Annuel x Taux cotisation (salarial + patronal).

Chaque année en fonction de l’inflation et des composantes démographiques, les partenaires sociaux revalorisent :

  • la valeur de référence,
  • le taux d’appel,
  • la valeur de point,
  • les taux de cotisation salarial et patronal,

pour maintenir l’équilibre des retraites complémentaires.

Et l’on peut constater, qu’ils ont atteint avec brio leur objectif, malgré quelques désagréments pour les salariés (la dernière en date : décote temporaire de 10% pendant 3 ans si vous partez à 62 ans sur la retraite complémentaire, mais si vous partez à 63 ans vous n’aurez pas de décote).

Alors que dans le projet de réforme de retraite universel de Macron, si vous partez avant l’âge pivot de 64 ans, la décote est définitive jusqu’à votre mort (Voir la bourde inexcusable de la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye).

 

valeur-point-arrco

 

On constate que :

  • la valeur du point Arrco a été figé pendant 5 ans, entre 2013 et 2017 à 1,2513 €, mais n’a jamais diminuée,
  • la valeur de référence a augmentée de façon significative à partir de 2016, pour diminuer le nombre de points acquis à rémunération constante,
  • le taux cotisation est passé à 6,2% en 2015 (alors qu’il était de 6% en 2013).

Le critère qui a un sens, au niveau d’un système de retraite à points, c’est le rapport entre la valeur de référence effective (en intégrant le taux d’appel), et la valeur du point (à la liquidation de la retraite) :

ratio-arrco

On constate que les cotisations annuelles Arrco financent:

  • 14 années en 2002 de retraite complémentaire,
  • 15 années en 2012 de retraite complémentaire,
  • 17 années en 2019 de retraite complémentaire.

En effet en 2019 le SMIC brut est de 1521 €, ainsi les cotisations annuelles Agirc-Arrco s’élèvent à : 6,2% x 1521 = 1132 €. Le nombre de points acquis est de : 1132 / 17,0521 / 127% = 52 points. A la liquidation d’une retraite en 2019, les 52 points représentent une pension annuelle de : 52 x 1,2588 € = 65,45 €. D’où le ratio de 17,3.

Selon le rapport Delevoye, la valeur de référence effective serait de 10 € en 2025 (Taux d’appel 100% semble t-il), et la valeur du point serait de 0,55 € en 2025. Ainsi le rapport est de 10 / 0,55 = 18,2. En prolongeant la courbe ci-dessus jusqu’à 2025, on imagine que le ratio devrait être proche de 18,2.

Alors pourquoi le gouvernement a t-il choisi un nouveau point, au lieu de généraliser le point Agirc-Arrco à la retraite de Base pour le système universel ?.

En prenant le point Agirc-Arrco comme référentiel pour la réforme des retraites, cela aurait permis :

En effet les taux de cotisation dans les différents systèmes de retraites sont différents (voir l’article « La réforme des retraites, il est grand temps de réagir, il n’y aura que des perdants ».

Dans le système de retraite universel, le taux de cotisation donnant droit à l’acquisition de points de retraite est de 25,31% (90% de 28,12%) jusqu’à un plafond de  3 fois le plafond de la Sécurité Sociale (PSS = 3377 € en 2019). Les 2,81% de cotisation restante (10% de 28,12%) sur la totalité des salaires, sans plafond, servent à maintenir l’équilibre budgétaire du système de retraite universel par répartition.

Cela ne semble pas être clair, dans la tête du premier ministre Edouard Philippe, à en croire ses dernières explications confuses sur le sujet des 2,81%.

Ce taux de 28,12% est aligné sur le taux de cotisation d’un salarié non cadre du régime privé, sans se soucier:

  • des salariés qui cotisent à la caisse des cadres (ex Agirc),
  • des salariés des régimes spéciaux.

Manifestement les cadres qui gagnent plus de 120 000 € annuel se tourneront vers les retraites par capitalisation. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.