Nouvelle panique de la revue scientifique Nature

Trente années après la célèbre publication du chercheur Jacques Benveniste dans la revue Nature le 30 juin 1988, un groupe de chercheurs en pharmacologie et biotechnologie vient de publier dans cette même revue Nature Scientific Reports une étude confirmant l'efficacité de hautes dilutions.

Trente années après la célèbre publication du chercheur Jacques Benveniste dans la revue Nature le 30 juin 1988 :

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/260119/hommage-de-l-ina-au-chercheur-jacques-benveniste

un groupe de chercheurs en pharmacologie et biotechnologie vient de publier dans cette même revue Nature Scientific Reports :

https://www.nature.com/articles/s41598-018-31971-9

une étude montrant l’efficacité contre la douleur de hautes dilutions de Rhus toxicondendron en utilisant des tests pharmacologiques classiques.

Ultra-diluted Toxicodendron pubescens attenuates pro-inflammatory cytokines and ROS- mediated neuropathic pain in rats.

Shital Magar, Deepika Nayak, Umesh B. Mahajan, Kalpesh R. Patil, Sachin D. Shinde, Sameer N. Goyal, Shivang Swaminarayan, Chandragouda R. Patil, Shreesh Ojha & Chanakya Nath Kundu

Or, une surprise attend les lecteurs : en effet, on peut lire une note éditoriale du 1er octobre 2018 :

01 October 2018

Editors’ Note: Readers are alerted that the conclusions of this paper are subject to criticisms that are being considered by the editors. Appropriate editorial action will be taken once this matter is resolved.

1er octobre 2018

Note de l’éditeur: Les lecteurs sont avertis que les conclusions de cet article sont sujettes aux critiques qui sont examinées par les éditeurs. Une action éditoriale appropriée sera prise une fois cette question résolue.

Cette note éditoriale s’inscrit dans la même ligne que celle rédigée par John Maddox, éditeur de Nature le 30 juin 1988 :

https://www.slideshare.net/BernardSudan/historical-recallofthenaturesagasaturdayjune3020182-2

Cet éditeur reconnaissait dans sa réponse du 14 septembre 1988 à ma lettre à l’éditeur que le test de dégranulation des basophiles humains de Jacques Benveniste utilisé pour la détection des allergies courantes n’était pas en cause mais qu’il ne pouvait tout simplement pas accepter une activité biologique sans molécules car impossible dans le paradigme actuel de la physique… :

maddoxnature1988

Nous retrouvons ainsi la même panique pour bloquer des travaux scientifiques qui dérangent et qui utilisent les tests pharmacologiques classiques utilisés par tous les laboratoires de recherche dans le monde mais qui ne peuvent être admis car « sans molécules pas d’activité biologique » !

Or, la réalité des faits observés dans de nombreux laboratoires scientifiques prouvent le contraire depuis les célèbres travaux de Jacques Benveniste. Il s’agit donc d’une censure systématique pour protéger l’industrie pharmaceutique qui n’a plus aucune innovation et qui a vendu sur le marché de nombreux médicaments inutiles et dangereux (Vioxx, Mediator, etc.) :

medocinutilelemonde20190126

 

Cette nouvelle note éditoriale a posteriori après acception par des référents qui ont bien contrôlé la publication révèle à nouveau ce vent de panique de certains conservateurs obscurantistes qui ne veulent pas accepter la réalité des faits car dérangeants.

Cette dernière publication coïncide également avec la récente évidence du phénomène de la mémoire de l’eau de Jacques Benveniste publiée par le physicien belge Auguste Meessen dans la revue scientifique Journal of Modern Physics venant effondrer le paradigme actuel :

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/290119/vers-l-evidence-du-phenomene-de-la-memoire-de-l-eau-de-jacques-benveniste

https://file.scirp.org/Html/16-7503655_89620.htm

Après trente années depuis les travaux innovants de Jacques Benveniste, on constate que le bateau des conservateurs de la « science » prend l’eau et qu’il va bientôt sombrer…

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.