Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2017

Sivens: Le procureur Dérens peut-il bénéficier tranquillement d'une promotion?

Mis publiquement en cause pour l'ensemble de son œuvre dans l'affaire de Sivens, mis très particulièrement et très précisément en cause dans l'affaire de la Métairie Neuve, le procureur Dérens vient de bénéficier d'une promotion, signée par le président Hollande, deux jours avant le premier tour de l'élection présidentielle...

Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La fin d’un mandat présidentiel s’accompagne toujours de lots de nominations.

C’est l’occasion de placer dans des nominations qui font partie de mouvements habituels, des mouvements qui le sont beaucoup moins, d’où des controverses récurrentes en fin de mandats.

Je ne doute pas que les Rennais qui ont une très fâcheuse tendance à manifester sur des questions sociales seront heureux d’apprendre que Nicolas Léger, qui a défrayé la chronique, a été nommé à Papeete.

En revanche, si aucun des opposants au barrage illégal de Sivens ne regrettera son départ du Tarn, je ne suis pas sûr qu’ils seront heureux d’apprendre que le procureur Dérens a bénéficié d’une promotion.

Par un décret en date du 21 avril 2017, signé par François Hollande en toute fin du quinquennat, Claude Dérens a été nommé avocat général à la Cour d’appel de Limoges.

Selon mes informations, le pot de départ semble prévu cette semaine.

Comme si de rien n'était ?

Une plainte très circonstanciée a été déposée contre Claude Dérens le 22 mai 2017.

Un seul journal en a fait état à ce jour, c’est Reporterre :

https://reporterre.net/Le-procureur-du-Tarn-poursuivi-Il-a-laisse-detruire-la-memoire-de-Sivens

J’ai porté publiquement de graves accusations contre le procureur Dérens et j’attends toujours sereinement qu’il me cite en justice s’il les conteste.

Je dis ici que les comportements que je dénonce avec mes amis dans l’affaire de la Métairie Neuve sont des « comportements mafieux », que confirme l’omerta qui règne sur cette affaire.

Si le président/sénateur Carcenac et le procureur Dérens le contestent, qu’ils me citent en justice et je m’en expliquerai.

Interrogé par Reporterre, Philippe Folliot, chef de l’opposition départementale, a confirmé en effet qu’il avait appris la destruction de la Métairie Neuve par la presse, ce qui peut paraître surréaliste quand on connaît le fonctionnement républicain d’une collectivité territoriale mais c'est pourtant une réalité !

Les faits sont incontournables : alors que la Métairie Neuve de Sivens, construite en 1776, était protégée par le PLU de la commune, le président/sénateur Carcenac lui a réglé son compte à la pelle mécanique, avec ses comparses, sans jamais avoir soumis l’affaire au Conseil départemental, seul compétent pour décider du sort des immeubles du département, et il a fait et raconté n’importe quoi pour habiller les délits flagrants qu’il a commis avec la complicité du procureur-du-Tarn et du préfet.

A supposer qu’un bâtiment menace ruine (ce qui n’était pas le cas, on le revoit bien dans l’article de Reporterre), on ne le détruit pas avec un "coup de téléphone à un ami" comme l’a fait Carcenac.

Surtout, on n’a jamais vu en France les plus hautes autorités d’un département profiter d’un incendie criminel pour détruire illico presto des bâtiments protégés par la loi au seul motif inavouable qu’ils étaient le symbole d’une lutte sociale légalement justifiée contre un projet que "la mafia tarnaise" avait soutenu dans les conditions que l’on sait et avec les conséquences que l’on connaît.

Je réitère donc mes accusations :

https://blogs.mediapart.fr/bernard-viguie/blog/220517/sivens-poursuivre-devant-la-justice-claude-derens-procureur-du-tarn

https://blogs.mediapart.fr/bernard-viguie/blog/020617/tarn-le-procureur-derens-peut-il-rester-en-place

Comment un avocat général fraîchement promu pourrait-il accepter qu’un ancien avocat comme moi porte de graves accusations publiques contre lui sans lever le petit doigt si elles sont infondées ?

Craindrait-il qu’il se trouve au bout du compte dans cette affaire quelques magistrats susceptibles de faire prévaloir LE DROIT ET L’HONNEUR sur toutes autres considérations ?

Va-t-il fêter sa promotion par un pot de départ à Albi comme si de rien n’était ?

Le préfet Gentilhomme n’est plus là. Mais le président-sénateur Carcenac va-t-il être présent au pot de départ ? Lui qui nous a communiqué des documents accablants contre son comparse Dérens dans l’affaire de la Métairie Neuve ?

Le bâtonnier et le bâtonnier désigné d’Albi, que j’informe de la plainte déposée contre Claude Dérens, seront ils aussi de la fête ?

Des journalistes qui ont fait silence sur la plainte très circonstanciée déposée contre Claude Dérens vont ils lui chanter le chant du départ ?

Le Barreau de Limoges va-t-il être honoré de voir arriver dans sa juridiction un avocat général qui a commis des délits caractérisés qui sont publiquement dénoncés ? Quelle crédibilité auront ses réquisitions ?

Je le dis tout net :

Ce qu’a fait Claude Dérens dans le Tarn « déshonore la justice ».

Je reprends ici volontairement les termes qui avaient valu une poursuite à Henri Guaino dans une affaire mettant en cause Nicolas Sarkozy.

Mais si Henri Guaino admettait qu’il n’avait eu connaissance du dossier/Sarkozy que par la presse, je parle pour ma part en connaissance de cause, détenant les preuves formelles de tout ce que j’ai pu dénoncer sur mon petit blog de combat.

C’est pour moi une honte suprême pour un procureur que d’avoir ordonné la destruction des scellés dans une affaire d’incendie criminel avant que les plaintes n’aient été classées sans suite. C’est une très grave atteinte aux droits des citoyens et à l’Etat de droit.

C’est une honte suprême pour un procureur d'avoir commis délibérément le délit d’abus d’autorité contre l’administration, c’est à dire d’avoir agi pour que des lois ne puissent pas être appliquées, puisqu’un procureur a justement pour mission de veiller à l’application des lois de la République.

Si le procureur Dérens conteste ce que je dis ou s'il pense que de par sa fonction, il va toujours bénéficier des complaisances les plus diverses visant à couvrir ses agissements délictuels, il DOIT me citer en justice suite à mes accusations publiques.

S’il ne me cite pas, c’est un aveu !

Je remercie tous ceux qui diffuseront ce billet où ils pourront et comme ils pourront dans le silence des médias mainstream sur une affaire aussi grave. Merci à vous, citoyen(ne)s !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse