Aides à domicile en grève : des invisibles dans la lumière

Pour la première fois, une journée de grève baptisée « 24 heures sans aide à domicile » leur a été consacrée ce jeudi 23 septembre. Objectif : dénoncer des salaires indécents et conditions de travail déplorables.

https://blogs.mediapart.fr/stephane-ortega/blog/230921/aides-domicile-en-greve-des-invisibles-dans-la-lumiere

Mon regard... et merci à l'auteur de l'article mit en lien !

Reconnaissance au dévouement de ces personnes au regard de l'expérience qu'a vécue mon épouse dans l'aide à domicile durant 5 ans. Un métier essentiel dans le maintien à domicile de nos ainés, par exemple et pourtant... il faut un certain courage pour tenir face aux conditions de travail et le salaire qui ne tient pas compte des moments de "pause" entre deux prestations... être parfois bloqué durant 10h dans une journée pour un travail effectif de 4 h.


AUTRES ARTICLES SUR L'ASPECT DU METIER
ET SES CONDITIONS ET MANQUE DE RECONNAISSANCE :


Laver les chiottes...

Ou : nettoyage des waters et lutte des classes. Aujourd'hui, les aides à domicile manifestent. Leur boulot est dur, mal payé, mais tout le monde s’en fout car « laver les chiottes », et autres tâches ingrates, c’est un sujet politique impur. On n’en parlera pas dans les débats pour 2022, alors même qu'il est grand temps que ceux qui n'ont jamais manié une brosse à toilettes quittent le pouvoir...
lire la suite ici.

Je suis aide à domicile, celle qu’on appelle « la bonne » - je suis celle qu’on oublie

[Rediffusion] Je suis aide à domicile, celle qu’on appelle « la bonne » ou la « femme de ménage ». Je suis celle qui, à force d’écouter, de consoler, de rassurer, d’aider les autres, oublie de le faire pour elle-même. Demain, je serai debout car j’ai une conscience professionnelle qui m’empêche de céder à la panique malgré l'absence de protection, malgré le contact avec des personnes sensibles. Je suis celle qu’on oublie, et aujourd’hui encore plus...
lire la suite ici.

Femme invisible

[Rediffusion] « Toutes les horreurs de l’Histoire commencent souvent par le mépris de l'autre. Qui que tu sois, tu mérites un sujet, verbe, compliment. Que ta valeur soit mise en avant. Le plus souvent possible. De l'utopie ? Sans doute. Mais je préfère être utopique que du côté du mépris. » ...
lire la suite ici.

 .

Image issue de l'article « Femme invisible » © Mouloud Akkouche Image issue de l'article « Femme invisible » © Mouloud Akkouche

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.