Planning familial et burquini: la pudeur empouvoire-t-elle l'Islam identitaire?

Après le planning familial 13, incapable de condamner sur le champ l'excision et associant la pudeur au voile islamique, voici que celui de l'Isère s'associe à la campagne islamique d'affichage du burquini à la piscine. Quand intersectionnalité et décolonialisme sont à la dérive.

Un Planning Familial si modeste

On se souvient qu'en septembre 2018, quelques échanges sur les réseaux sociaux avaient fait douter de l'engagement laïque du Planning Familial, au moins pour son antenne des Bouches Du  Rhône. En cause, un visuel assimilant la modestie, ou la pudeur selon une traduction plus exacte, au port du voile islamique.

Quand tu ne portes pas le voile islamique ,es-tu impudique? Quand tu ne portes pas le voile islamique ,es-tu impudique?

Ah cette femme noire svelte et "pudique", quel contraste avec cette blanche qui étale - impudiquement ? - sa nudité...

Le plus beau venait ensuite. Au prétexte de refuser l'universalisme, l'intervenant du Planning était incapable de condamner clairement l'excision.

Nous défendons la liverté de toutes les femmes.... Nous défendons la liverté de toutes les femmes....

La polémique ayant été relayée, d'abord par le blogueur Naëm Bestandji puis dans un article de Marianne  , le Planning tenta , par la voix de ses coprésidentes, d'éteindre l'incendie  rappelant que la position officielle du planning, tant au niveau national que local, était bien de combattre l'excision... Peu relayée sur Mediapart, excepté sur le blog d'un militant du CCIF, l'affaire en resta là. Le Planning qualifiait bien ces informations de diffamatoires, mais n'engageait aucune poursuite.

Relativisme culturel et domination coloniale

Un lecteur distrait pouvait donc croire à la simple "maladresse" d'un militant  isolé. Pourtant, et le Planning le sait mieux qu'un autre, cette question peut tout à fait s'inscrire dans un contexte théorique bien éloigné de "l'accident" individuel.

C'est que la lutte contre l'excision a fait l'objet, à l'orée du millénaire, de propositions théoriques décoloniales et anti-universalistes plutôt décoiffantes, aux Etats-Unis notamment.  Le lecteur assidu de Mediapart y retrouvera, sans surprise, les notions de relativisme culturel ou de domination coloniale dont il est , à coup sûr, familier... L'article Wikipedia y consacre d'ailleurs une entrée spécifique critique envers certaines formes de lutte contre l'excision. On y rappelle, par exemple, que certains anthropologues considèrent que l'excision  serait l'équivalent d'opérations de chirurgie esthétique pratiquées en Occident, comme la pose d'implants mammaires ou la rhinoplastie.

Plus près de nous, Françoise Vergès, dont le Pour un féminisme décolonial a été loué dans Mediapart mais recensé dans le billet Le tableau noir du "féminisme blanc", affirme, sans rire, que le féminisme français souffre d'une " obsession pour ce qui se passe en Afrique (excision, mariages forcés…)". Pour les incrédules, rappelons ce que Mme Vergès, par ailleurs universitaire, semble ignorer: selon l'Ined, 3% des filles nées en France de femmes excisées sont elles-même victimes de cette pratique: cela correspondait , en 2009 , à 1766 jeunes filles. Par ailleurs, les associations comme Excision, parlons-en !, estiment que cette pratique est en recrudescence par rapport à 2009.

Le silence -modeste ?-  du Planning Familial sur ce contexte théorique et militant dénote-t-il son embarras?

 Plongée en eaux presque hallal?

Dans mon précédent billet, j'avais rappelé quelques positions iconoclastes de Mme Taous Hammouti, membre d'Alliance Citoyenne, et à la pointe de l'opération "Burquini" dans les piscines de Grenoble.

Fan des frères Tarik et Hani Ramadan (le premier préconisant d'ailleurs, lorsque ses activités un peu queutardes lui en laissait le temps, des piscines sexo-séparées à la Réunion quand le second affirme que la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe d’une main à l’autre) elle avait fort élégamment affirmé "N'oubliez jamais que c'est "Charlie" qui a dégainé en premier" alors que les frères Kouachi courraient toujours.

Pour faire bonne mesure, elle aurait,selon Conspiracy Watch, également relayé un dessin antisémite signé "Adolf"  issu du site "Vérité et réconciliation " d'Alain Soral. Cela n'empêche pas le soutien du Planning Familial 38 dans son nouveau combat contre l'islamophobie, combat bien plus identitaire que religieux, d'ailleurs... C'est pourtant chose faite, dans un manifeste de sa présidente dont l'argumentation vaut le détour...

Rappelons que le burquini a été commercialisé en 2006, soit à une date où les règlements intérieurs des piscines édictaient, depuis longtemps, les tenues autorisées, tant pour des raisons d'hygiènes que de pudeur (je ne peux, toujours pas, me baigner en étui pénien ...). Le règlement des piscines de Grenoble n'a certainement pas été écrit pour discriminer des femmes musulmanes. Cela n'empêche pas le planning de faire feu de tout bois en s'appuyant sur une décision du défenseur des droits.

L'hélicoptère juridique de M. Toubon n'est plus ce qu'il était...

Problème, cette décision (qui n'est pas contraignante) est relative à une modification du règlement intérieur d'un centre aquatique après que des femmes s'y soient baignées en burquini et alors que le gérant leur aurait donné l'assurance, par téléphone,  qu'elles y seraient autorisées.  Il s'agit donc d'une modification du règlement a posteriori et pour des motifs probablement discriminatoires ( l'affaire se passe à l'été 2016 et des clients se seraient plaints).

Malheureusement, M. Toubon ne se contente pas de relever l'aspect discriminatoire du cas d'espèce mais souhaite donner une assise plus large à son analyse juridique. Tout à sa soif de montrer la discrimination indirecte, là où la discrimination directe est déjà supposée acquise. Cela nous vaudra des détours vers des contrées lointaines, hélas moins exotiques que les Himalaya...

Ainsi, au §24 est affirmé: Il convient de relever que seules les femmes portent le burkini et qu’elles font l’objet d’une particulière stigmatisation. Ainsi que l’a relevé le Haut Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies, les codes vestimentaires interdisant les burkinis, tant sur les plages que dans les piscines, « affectent de manière disproportionnée les femmes et les filles et sapent leur autonomie en niant leur aptitude à prendre des décisions indépendantes sur leur manière de se vêtir et constituent une discrimination claire à leur encontre »

Problème, le point presse du haut commissariat aux droits de l'homme donné en lien , fait explicitement référence aux tenues de plages dès les premières lignes mais ne s'intéresse nullement aux piscines ...ni aux règles d'hygiène spécifiques.

Il en est de même au paragraphe 46, qui fait toujours référence aux plages et à la baignade...

Quant aux règles d'hygiène dans les piscines, M. Toubon n'ayant pas reçu de réponse satisfaisant son analyse de la part, tant de l'agence Santé Publique France que du Ministère des Sports (§17 §18 et §19) il en est réduit à s'appuyer sur des décisions... du défenseur des droits de la région Flandre. On ignore si un hélicoptère a été utilisé pour les recueillir...

 Le Planning Familial plonge tête baissée:

Fort de cette décision hors sujet, le Planning Familial38 évacue toute problématique qui ne confirmerait pas la prétendue discrimination qu'il se fait fort de combattre. Et ce au mépris même de la mise au point de l'observatoire de la laïcité qu'il cite pourtant en appui de sa nouvelle cause. Rappelons, pour les éventuels martiens qui liraient ce billet , que cet observatoire n'est pas précisément un repaire de sexistes islamophobes. Pourtant, il conclut ainsi son avis:

Comme pour d’autres tenues de bain, il peut ainsi être relevé que ce type de tenue de bain couvrante peut être composé de matières ou comporter des volants qui ne permettent pas d’en garantir la propreté. Également, alors qu’il est obligatoire pour des raisons d’hygiène de se mettre en tenue de bain sur place, certaines de ces tenues sont parfois portées préalablement à la venue à la piscine. Par ailleurs, le port d’une tenue couvrant l’ensemble du corps ne peut pas entrer en contradiction avec l’obligation de prendre une douche savonnée avant l’entrée dans le bassin, ni avec les règles de sécurité en cas d’accident.
Enfin, si le port de signes ou tenues manifestant une appartenance religieuse —ou pouvant être perçus comme tel— est possible pour les usagers des services publics, tout comportement prosélyte leur est en revanche interdit.

Evidemment, cela n'empêche pas le Planning d'affirmer, rigolard, "Couvrant ou pas, on ne voit pas tellement de femmes en maillot de bain dans la ville."

Pour les inquiets qui se souviendraient que le Planning se veut laïque, et donc, a priori, sensible à l'oppression patriarcale que véhiculent si souvent les cultes religieux, un petit os est donné à ronger. On peut lire "Ce qui est donc en jeu ici c’est bien une discrimination et une stigmatisation à l’encontre d’un groupe de personnes spécifique. La question du maillot de bain et la polémique médiatique montre bien la double oppression que subissent les femmes musulmanes du fait d’islamophobie et du contrôle patriarcal sur les corps. "

Il est consternant de constater que , non seulement le règlement de la piscine de Grenoble est supposé islamophobe, mais que, surtout, le contrôle patriarcal sur les corps ne sera pas abordé plus avant. Peut-être que la France a tellement progressé à cet égard que cela ne constitue plus un combat digne du planning...

Les affreuses féministes blanches universalistes et bourgeoises prêtes à l'entrisme

Une nouvelle menace plane sur la Planning depuis la publication de ce manifeste. Selon le Dauphiné Libéré et France 3, des féministes isérois, choqués par cette prise de position, ont décidé ... d'adhérer au Planning Familial afin de contrecarrer ce qu'ils considèrent comme une dérive préoccupante. Parmi eux , n'en doutons pas, d'affreuses féministes universalistes blanches et bourgeoises. Peut-être le Planning y gagnera de retourner à ses fondamentaux: la situation des femmes souhaitant avorter, en France, n'est pas exactement reluisante...

On souhaite cependant bien du plaisir à Eric Piolle dont la pusillanimité a permis à la situation de pourrir ( le maire de Villeurbanne ayant lui pris le taureau par les cornes sans tergiverser)... D'autant que, suivant le Dauphiné Libéré, du côté d'Alliance Citoyenne, des militantes annoncent quitter l'association, laissant ainsi plus de place aux entrepreneurs identitaires.

Et les pâtes dans tout ça?

Le monstre en spaghetti géant est notre créateur. Le monstre en spaghetti géant est notre créateur.

Adepte, pas assez pratiquant il est vrai, du pastafarisme, j'aimerais savoir si je pourrai compter sur le soutien du Planning pour me baigner dans la tenue que ma religion me prescrit: avec une passoire sur la tête.

J'en profite pour demander à M. Piolle de m'autoriser à me baigner avec les pâtes de notre Créateur dans mon slip de bain en lycra. Comme elles sont bio et sans gluten, et qu'à ma connaissance aucun avis motivé d'une quelconque autorité administrative de notre pays ou de l'univers n'a montré leur incompatibilité avec les règles d'hygiène, j'ai bon espoir d'être entendu.

Comme l'affirme le Planning Familial  "qu'on soit trans, intersexes, non-binaire, ou cisgenre, le règlement intérieur de la plupart des piscines françaises nous impose arbitrairement la forme du maillot en vigueur". S'y ajoute qu'on nous impose parfois d'utiliser des douches sexoséparée sans tenir compte de nos identités de genre. Je suis convaincu que, lors de ma prochaine crise de disphorie de genre, j'aurai le soutien inconditionnel d'Alliance Citoyenne, pour me doucher en compagnie des porteuses de burquini.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.