PhagoGate 14 La parole interdite

Phages et phagothérapie sont "à la mode" mais le discours tourne en boucle, dicté par l'ANSM, par l'Europe ???. La vérité est occultée : nombre de décès et d'amputations, "facilité" de la culture des phages-gardiens et "sûreté" de la phagothérapie. La puissance aveugle de la technocratie-scientiste ne repose sur RIEN et n'est pas remise en question.

Lu dans Futura Science le 8 novembre 2018.

En italique, les propos de Marie-Céline Ray qui répond aux questions de Floriane Boyer, suite à la parution de l'ouvrage sur la phagothérapie - voir PhagoGate 9.

"des phages, c'est-à-dire des virus guérisseurs"

Comme nous l'avons vu, la formulation est au mieux maladroite, au pire fausse.
Uniquement les phages-gardiens sont guérisseurs des maladies à bactéries multirésistantes
Nous martelons ce terme de phage-gardien car l'on trouve en ligne et ailleurs des articles qui mélangent tout à propos des différents types de phages. 

La phagothérapie, inventée à Paris par Félix d’Hérelle il y a 100 ans

La thérapie par les phages 1. Existe depuis des milliers d'année 2. A été découverte par les Anglais au 19ième siècle 3. A été baptisée par d'Hérelle "phagothérapie". Voir l'histoire des bergers dans PhagoGate 10.
Si l'on dit que la phagothérapie est une "invention" alors c'est comme un médicament de synthèse, alors il faut appliquer les règles de fabrication des médicaments de synthèse, règles édictées à Bruxelles ...
Ce qui justement est le gros délire de l'ANSM. Voir aussi PhagoGate 12 

Les phages ont été délaissés en raison de l’avènement des antibiotiques, jugés plus pratiques et plus efficaces

Les phages ont été délaissés au moment où l'on savait que les bactéries devenaient résistantes aux antibiotiques.
Les phages ont été abandonnés car on a préféré une idéologie technocratique-scientiste plutôt que de sauver les gens.

Aujourd'hui les phages sont ... toujours utilisés dans des pays de l’ancien bloc soviétique, comme la Géorgie et la Russie

En France, ils sont cultivés et utilisés de manière clandestine
Cela va bientôt se dire, pour l'instant "motus !"

En France, les phages peuvent être utilisés dans le cadre d’un traitement dit « compassionnel », c’est-à-dire quand un patient risque de mourir ou d’être amputé à cause d’une infection résistante

Sauf que les phages-gardiens nécessaires sont sous clé dans les laboratoires de recherche civils et militaires et qu'on laisse mourir 12 mille personnes chaque année + 60 milles amputés et invalidés !!! France, grand pays, de grande médecine !!! Ah bon ...

Dans ces cas-là, les médecins font un prélèvement des souches des patients, les envoient à une entreprise de biotechnologie qui cherche, dans ses banques, des phages actifs contre les bactéries des patients. Il s’agit donc d’une médecine personnalisée.

C'est totalement faux ! L'entreprise Phérécydes dispose de quelques phages standards pour bactéries standards.
Pour faire de la médecine personnalisée il faut s'attaquer aux 7 mille types de bactéries donc disposer des 7 milles types de phages.
Cette collection de phages existait à l'Institut Pasteur  et a été jetée !!!
Le travail de reconstitution de la collection de phages a été commencé à Lausanne - Suisse.
Qu'en est-il en France ?

Les résultats d’un essai clinique sur les grands brûlés, PhagoBurn, viennent de tomber et ils étaient un peu décevants. Les chercheurs ont donné à tous les patients le même mélange de phages et se sont aperçus que ce n’était peut-être pas la meilleure stratégie.

Traduction : Ce que l'on dit de cet essai PhagoBurn est totalement à côté de la plaque !
La vérité : Le cocktail standard administré soigne les quelques patients qui ont la chance d'avoir des bactéries standards.
Les autres patients ont besoin que l'on cherche leur phage spécifique dans la collection de 7 mille phages.
Où est la collection ?

Floriane : Qu’est-ce qui bloque le retour de la phagothérapie en France ?
Marie-Céline : Il y a des freins réglementaires et le problème de la production des phages.

Il n'y a aucun problème de production : les phages sont cultivés en Suisse, en Géorgie, en Pologne et dans les "garages" de France.
L'ANSM fait obstacle à la culture des phages-gardiens dans les hôpitaux universitaires sans aucune raison.

on manque de recherches dans ce domaine en France et que, pour l’instant, il n’y a pas assez d’études cliniques qui ont donné des résultats convaincants

Faux ! Il y a des milliers de pages de travaux de recherche, il suffit de les lire !!!

C’est pour cela que l’entreprise française Pherecydes met en place un mode de fabrication qui respecte la réglementation européenne.

La vrai question des phages-gardiens est de les cultiver localement avec les précautions habituelles d'un service de transfusion sanguine par exemple.
Produire ? Usine ? Quelle réglementation européenne ? Faite pas qui ? Pour quelle industrie qui n'a rien à voir avec la culture des phages ?

Faut-il conclure ?

Voir le Résumé des actions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.