14 % des Russes avec des anticorps contre le covid-19, 20 % à Moscou

Des chiffres communiqués par les autorités fédérales et celles de la ville de Moscou montrant qu'une part significative de la population russe a développé des anticorps contre le SARS-CoV-2

Dans une déclaration faite lors d'une réunion du conseil russe de coordination de la lutte contre le covid-19, Anna Popova, directrice de Rospotrebnadzor, l’agence fédérale en charge de la prévention et du suivi épidémiologique, a estimé, sur la base de 650 000 tests immuno-enzymatiques Elisa, que près de 14 % des Russes présenteraient des anticorps contre le SARS-CoV-2.  L’information date du 10 juin. La très grande majorité des tests (88 %) ont été réalisés à Moscou, mais 47 des sujets de la Fédération sont concernés. L’étude elle-même n’a à ma connaissance pas été publiée, ce qui appelle la prudence dans le commentaire. L’absence de données par région, alors que la pandémie, maitrisée à Moscou, se diffuse ailleurs en Russie, empêche également d’aller très loin dans leur analyse.

Avec cette réserve, soulignons que le taux de 14 % est relativement élevé par rapport à ce qui a pu être constaté dans d’autres campagnes de tests. Anna Popova, qui n’émet pas de doute sur la protection immunitaire apportée par les anticorps, a également indiqué que leurs taux de présence étaient plus élevés chez les enfants et adolescents (près de 20 %), moins chez les personnes de plus de 65 ans (11 %), dans la moyenne pour celles entre 18 et 64 ans (14 %). Elle en tire argument pour une protection spécifique des plus âgés. 

Rospotrebnadzor compte poursuivre ces tests pour mieux connaitre la façon dont le covid-19 s’est diffusé dans la population et sur le territoire russe. 

L’information a été reprise le 11 juin par la vice première ministre Tatiana Golikova, qui donné également des éléments sur les tests fait auprès des personnels médicaux de la ville de Moscou : selon elle, 32,4 % auraient des anticorps au covid-19. 

À Moscou, la campagne de tests Elisa que j’avais évoquée dans ce billet s’est poursuivie. Lancée le 15 mai, avec un objectif de 70 000 puis de 90 000 tests par jour, elle n’a pas eu l’ampleur souhaitée, sans doute à cause de la réticence des Moscovites à un exercice dont les conséquences sur leur situation personnelle, et notamment un éventuel reconfinement, n’étaient pas claires. Néanmoins, dans la troisième phase de cette campagne, qui s’est déroulée du 5 au 18 juin, 90 000 personnes ont été testées, dont 19,9 % ont présenté des anticorps au coronavirus, selon les déclarations d’Anastassia Rakova, maire adjointe chargée des affaires sociales. Ce taux est en augmentation de 2,5 points par rapport à la précédente séquence.

Un million de tests Elisa auraient été au total faits à Moscou, en plus de 3,5 millions de tests PCR. Il ne m’est pas possible ni de sourcer ce chiffre d'un million, ni de dire si le taux de 20 % peut être extrapolé à l’ensemble de la population de Moscou. 

Kommersant (10 juin 2019) - Interfax (13 juin 2019) - RBK (26 juin 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.