Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 juil. 2022

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Russie, réfugiés ukrainiens : Nenacheva, de l’activisme au travail social

Un exemple de cette autre Russie, pour moi la vraie, celle qui se refuse et lutte contre la violence, avec Katrine Nenacheva, artiste engagée, qui organise un camp de vacances pour des enfants réfugiés d’Ukraine.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai déjà parlé dans ce blog de Katrine Nenacheva, dans un billet consacré à Sacha Staros et au mouvement psychoactiviste en Russie. Un autre billet, plus long, lui a été consacré dans Mediapart par Natalia Prikhodko Je regarde simplement la violence.

J’ai été pour ma part impressionné par une performance contre la torture qu’elle a réalisé en septembre 2018 à Moscou, avec le groupe Grouz 300. Elle s’était enfermée dans une cage, enveloppée dans un film translucide avec comme légende : « Dans cette cage, il y a un corps. Un corps qu’ils ont torturé. On torture en Russie chaque jour, derrière les portes fermées des prisons, des commissariats de police, des internats psycho-neurologiques, des hôpitaux psychiatriques. … ».`

Katrin Nenacheva dans une performance contre la torture © Natalia Boudantseva (Наталия Буданцевa) Wikicommons

Pendant sept ans d’activisme artistique, Katrine Nenacheva a réalisé une douzaine d’actions et de projets analogues : un mois dans un uniforme de prisonnière pour protester la situation des femmes dans le système carcéral russe, la création de Psikhoaktivno («Психоактивно»), le 1er mouvement russe d’auto représentation des personnes souffrant de troubles mentaux, qui milite pour les progrès en psychiatrie et santé mentale, et le respect des droits des personnes handicapées mentales, et le projet « Des ados et des chats » (Подростки и котики»), qui soutient les enfants qui ont connu la toxicomanie, les menaces et la violence ou des problèmes de santé mentale, projet qui lui a valu d’être arrêtée par la police de Moscou, ce samedi 30 juillet, alors que je commençais à écrire ce billet.

Elle a donné à Meduza un long interview, publié le 24 juillet. Elle y affirme sa volonté de ne pas quitter la Russie, ce qui serait pour elle une trahison.

Elle y raconte comment elle a participé à des manifestations contre la guerre— des piquets individuels — et comment elle a été arrêtée à plusieurs reprises. Elle explique que cette forme de protestation ne lui semble plus la bonne façon d’exprimer sa position, et que résister, c’est maintenant créer du lien social et des « communautés », où chacun puisse apprendre à connaitre les autres, partager les expériences et développer une conscience civique. Et que résister, c’est aussi faire du travail social, pour elle d’organiser un camp de vacances pour les enfants réfugiés d’Ukraine.

Le camp de vacances — nous dirions le centre aéré — accueille 10 à 12 enfants par roulement. Il comprend des visites auprès de peintres et de sculpteurs, ou dans des musées et des galeries d’art moderne, mais aussi du street art ou de la photographie. D’autres moments sont consacrés à des discussions et à des jeux de tous les jours. Il est organisé, faute d’autre lieu, et non sans incompréhension, dans un foyer de l’Église orthodoxe. Les enfants ont de 9 à 12 ans, parfois un peu moins. Ils viennent de Marioupol, de Donetsk, de Kharkiv, de Sievierodonetsk. Ils sont très différents, dans leurs histoires, dans leur compréhension de ce qui leur est arrivé ou de ce qu'ils ont subi. Les distraire de cela, leur offrir cette possibilité de vacances est bien sûr immensément important.

Katrine Nenacheva aborde d’autres sujets dans cet interview : l’art, qui doit être politique, sinon il n’est pas de l’art ; le groupe de discussion et de soutien mutuel « Je reste » où les activistes et d’autres personnes échangent sur ce veut dire rester en Russie dans la situation politique actuelle. Mais revenons en arrière.

J’ai écrit avoir été impressionné par la performance de Katrine Nenacheva, je le suis aussi face à l’idée que résister, c’est maintenant partager et faire acte de solidarité — faire du lien et du travail social. Cela me semble vrai, profondément russe aussi, profondément humain.

Ces Russes qui s’étaient engagés pour la modernité et la liberté sont d’autres héros. Ce pouvoir, qui fait la guerre à l’Ukraine, et qui enchaînera sur une guerre à son peuple — elle a déjà commencé —, va vouloir les sacrifier à son idéologie de la bêtise et du passé. Sachons qu’ils existent et qu’ils cherchent d’autres formes pour leur combat. Et ne les oublions pas.

L'artiste contemporaine Katrine Nenacheva (avril 2018) © Dmitry Rozhkov - Wikicommons

Meduza (27 juillet 2022) - RBK (30 juillet 2022)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org