Emmanuel Macron – Bleu piscine rouge exil

Versailles, quelques mots hier d’Emmanuel Macron sur la "jeunesse du désespoir", qui n'a "pas droit dans une large majorité à l'asile". Mais aucun détour sur cette jeunesse en exil tombée à l’eau ? Et ceux qui relèvent le défi de sauver ces vies ont toute sa considération, celle "de faire le jeu des passeurs." - Fable d'été -

Emmanuel Macron - Bleu piscine rouge migrants Emmanuel Macron - Bleu piscine rouge migrants
Nager sur les caillasses de la Mer Morte ? Marcher sur la Mer Rouge du désert ? Ou se prélasser sur les plages abandonnées bondées de Méditerranée ?

Cette mer qu’on voit danser a des reflets sanglants. La mer, les reflets écarlates des morts de barrages. De l’écume humaine sur les berges, des chevelures rousses d’algues crépues, d'ossuaires éparpillés, coquillages et crustacés. Le vortex de déchets des grands océans (une pollution urgente) est un tourbillon vermillon de corps abandonnés de toute urgence en Méditerranée. Des hommes, des femmes, des enfants en exil meurent sous nos yeux rougis dans le berceau de nos humanités : 1446 morts sur nos plages cet été !

De cette mer de nos mythologies à la frénésie communicante contemporaine, Emmanuel Macron se déclare Jupiter. Et Jupiter en vacances, c’est Neptune. Et Neptune c’est bleu ! Parce que la mer c’est bleu !

Le cahier des charges précisait : « Le projet consiste en la reconstitution d’un horizon bleu magnifiquement aveugle qu’accompagnera une mosaïque marine lisse unie. Pas un carreau blanc formant nuage ne sera accepté. La piscine sera implantée face à la mer avec vue imprenable puisque conçue pour que la tête du baigneur hors de l’eau : la ligne de débordement du bassin rejoigne parfaitement l’horizon azur et dissimule la mer décolorée. »

Et voilà que depuis, Neptune dans son Fort admire le ciel sans nuage dans un bain à niveau turquoise. Mais une tache lointaine perce l’azur radieux. A la façon de ces dossiers qu’on laisse en vacances, elle grossit d’abandon, d’indigence et d’absence. Une promesse de « dignité et d’humanité » en déshérence qu’il fit sombrer par le fond. Mais qui remonte comme un ballon oxydé orange au dessus de sa ligne d’horizon maîtrisée. Puis devient ce soleil de providence d’acier rouge en fusion qu’il redoutait et qui s’approche inévitablement : 

« Comme un boeuf bavant au labour
le navire s'enfonce dans l'eau pénible,
la vague palpe durement la proue de fer,
éprouve sa force, s'accroche, puis
déchirée,
s'écarte, (1) »

Neptune redevient Macron et l’homme hurle : « Par Neptune ! Qu’on le peigne en bleu ! »

Contre toutes résistance marine et hostilité politique, L’Aquarius se penche alors sur la bassine présidentielle : « Qu’on me peigne en bleu si tu veux, mais sache que toujours l’étrave de nos humanités viendra fendre ta lâcheté et les artifices de ta tranquillité. »

Le bateau rouge sauvera des vies tout l’été puis le bleu de la mer bleue.

(1) Jules Supervielle - Comme un boeuf bavant au labour

Dans la série Macron et les migrants : 

"Si les migrants avaient des ailes, ils seraient dignes d'humanité" 

"Macron et Trump - Mur à Mur"

Contact Danyel Gill, ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.