did2019
Prof de maths.
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2022

Occident et Russie : l'éternel deux poids deux mesures.

Je fais mien le commentaire suivant du blogueur Marugil (*) : "La guerre déclenchée par Poutine en Ukraine est criminelle mais les pays occidentaux n'ont pas la moindre autorité morale pour la condamner". Tout est dit.

did2019
Prof de maths.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Commençons par quelques précautions d'usage, qui malheureusement semblent s'imposer à tous ceux qui refusent d'hurler avec les loups : 1) Comme toute Miss France, je suis contre la guerre. 2) Je ne suis ni de la famille de Poutine, ni un de ses amis, et encore moins un admirateur.

Pour autant, j'essaie de comprendre les tenants et aboutissants de cette crise. Les trois hypothèses suivantes sont avancées :

1) Poutine est fou. Il ne l'est pas. Pour ceux qui en doutent, je conseille le documentaire d'Oliver Stone "Conversations avec Mr Poutine".

2) Poutine est un impérialiste qui veut reconstituer l'URSS. Ce n'est pas crédible. La Russie est bien trop affaiblie pour une telle ambition et cela nécessiterait d'envahir des pays de l'Otan donc de déclencher une troisième guerre mondiale et nucléaire avec une probable destruction totale de la Russie. Or il n'est pas fou (voir le point 1!).

3) Poutine considère qu'une entrée de l'Ukraine (ou de la Géorgie) dans l'Otan, avec de nouveaux déploiements d'armes nucléaires à sa frontière est une ligne rouge pour la Russie. Selon moi, c'est la bonne hypothèse et je vous renvoie à mon précédent billet pour des arguments : Pour comprendre la crise ukrainienne, éteignez votre télévision

Et ceci constitue le premier "deux poids deux mesures". Depuis l'opération "la baie des cochons", nous connaissons la position américaine, bien compréhensible par ailleurs, sur ce sujet. Et il n'est pas besoin d'être devin pour savoir ce qu'il adviendrait si le Mexique installait demain matin des missiles à sa frontière avec les USA.

"Deux poids deux mesures" aussi dans le traitement médiatique. Les guerres menées par l'Occident et ses alliés sont souvent présentées comme des jeux vidéos sans aucune mention des civils, quand elles ne sont pas invisibilisées comme l'est la guerre au Yémen (400 000 morts au bas mot déjà dont une majorité de civils). En revanche, l'invasion de l'Ukraine est uniquement traitée sous le prisme de l'émotion et de la compassion envers le peuple ukrainien. Compassion bien légitime par ailleurs mais refusée à d'autres peuples.

"Deux poids deux mesures" encore pour les sanctions qui s'abattent sur la Russie. Lorsque les Etats-Unis sont intervenus en Irak, sans mandat de l'ONU et sous couvert d'un bobard ahurissant, tout ça pour une affaire de vile rapine du pétrole irakien sans aucun rapport avec leur sécurité intérieure, ont-ils été punis? Bien sûr que non. Au contraire, ils ont même pris des mesures de rétorsion contre les alliés qui avaient refusé de bafouer comme eux le droit international.

"Deux poids deux mesures" toujours dans le mépris pour les souffrances à venir du peuple russe, conséquences prévisibles des sanctions de plus en plus démesurées et indexées semble-t-il sur l'emballement médiatique. Pas grave, disent-ils, ils n'ont qu'à se rebeller et chasser Poutine! Ou l'art de raconter des billevesées pour se donner bonne conscience, à l'instar de ce fameux réveil de l'Europe dont la spectaculaire unité  se résume en réalité à appliquer scrupuleusement les sanctions décidées par l'Oncle Sam (et à lui acheter son gaz de schiste), quitte à se punir soi-même.

Lorsque Poutine dénonce un génocide des peuples prorusses du Donbass, il affabule évidemment. Mais l'Occident a raconté la même fable sur le Kosovo, considérée par le monde diplomatique comme Le plus gros bobard de la fin du XXième siècle.  (**) Alors que la vérité est connue depuis 20 ans, l'écrasante majorité n'a retenu que la version bidon du sinistre BHL, même parmi certains professeurs d'Histoire! Ainsi l'écriture de l'Histoire ou du moins ce que l'on en retient est le "deux poids deux mesures" absolu, celui qui justifiera moralement les prochains.

"Selon que vous serez puissants ou misérables les jugements de cour vous rendront blanc ou noir". Jean de La Fontaine

(*) Voir l'excellent billet de Marugil :  Quand la méchante russie agit comme les bons occidentaux.

(**) Article instructif par ailleurs sur les racines de la crise actuelle. Petite remarque en passant, faites-en l'expérience autour de vous, vous serez surpris par le niveau d'adhésion à ce bobard.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti