Christine Marcandier
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 9 janv. 2010

Christine Marcandier
Littérature
Abonné·e de Mediapart

La Castiglione, toujours

En 2008, Nathalie Léger avait fait de la Castiglione le pré-texte d’un roman magnifique et dense, L’Exposition (POL), une énigme de la féminité, une figure de l’identité diffractée, d’une interrogation sur l’image et le temps. La Castiglione toujours, exposée, cette fois, à la Galerie Baudoin Lebon, jusqu’au samedi 23 janvier 2010.

Christine Marcandier
Littérature
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2008, Nathalie Léger avait fait de la Castiglione le pré-texte d’un roman magnifique et dense, L’Exposition (POL), une énigme de la féminité, une figure de l’identité diffractée, d’une interrogation sur l’image et le temps. La Castiglione toujours, exposée, cette fois, à la Galerie Baudoin Lebon, jusqu’au samedi 23 janvier 2010. Les portraits sont aussi rassemblés dans un superbe catalogue d’exposition aux éditions de La Différence.

© 

Dans les pages liminaires de ce catalogue, nous retrouvons la comtesse telle qu’en elle-même, sa vie si romanesque, déjà appel à l’imaginaire. Née en mars 1837 à Florence, elle se marie en 1854 et s’installe à Paris en 1855… rue de Castiglione. Elle fut la maîtresse de Victor-Emmanuel II de Savoie puis de Napoléon III, l’amie de Thiers, elle joua un rôle diplomatique important, parfois malaisé. Surtout, elle commença à poser dès 1855 pour Pierre-Louis Pierson. Le livre reproduit ces photographies, sur des décennies, en noir et blanc, parfois coloriées à la main par l’atelier, jusqu’en 1895, quatre ans avant sa mort. 82 photographies de 1893 (elle a 56 ans) et 1895. La Castiglione est malade, elle a perdu ses dents et ses cheveux, elle pose toujours, joue de sa déchéance comme d’un envers de sa beauté antérieure.

Jeux de miroir, pose, théâtralité, robes extravagantes et rôles (la Dame de cœur, la reine d’Etrurie, Rachel), la comtesse se met en scène, se démultiplie.

La photographie est son langage, celui du deuil quand elle perd tragiquement son fils, celui du scandale en réponse aux accusations d’immoralité de son temps (Vengeance). Un geste, une performance. Le catalogue rend l’essence paradoxale de cette femme, son narcissisme, son auto-fétichisme (elle fait photographier son corps fragmenté : jambes, épaules, pieds), sa folie fascinante et abyssale. Lors des enchères de sa succession, en 1901, Montesquiou acheta 434 photos et des objets lui ayant appartenu. Un mythe est né, qui interroge aujourd’hui encore.

© 

L’introduction du catalogue remet en contexte cette pratique étonnante de la photographie, dans son siècle, et montre combien cette collaboration de la Castiglione avec Pierre-Louis Pierson doit être comprise comme une amorce de la pratique moderne et post-moderne de la représentation du moi, démultiplié. Combien la comtesse annonce les œuvres de Claude Cahun ou de Cindy Sherman, leurs interrogations sur la féminité comme identité, essence et représentation sociale.

© 

Cindy Sherman, justement. Dans un essai publié aux éditions de la Différence, toujours, Marianne Nahon – qui participe aussi au catalogue – questionne L’Eternel retour de la Castiglione et renverse la perspective : et si la comtesse était la plagiaire, à rebours, de Cindy Sherman et même d’Andy Warhol, dans ses sérigraphies de Marilyn ?

© 

« Aujourd’hui, au cimetière du Père-Lachaise, personne ne se recueille sur la tombe de la Castiglione.

MAIS,

On écrit sur sa vie.

On écrit sur son œuvre.

On l’expose.

On la plagie » (Marianne Nahon)

CM

L’exposition La Comtesse de Castiglione, en association avec la Galerie Beaubourg, est ouverte du vendredi 11 décembre 2009 au samedi 23 janvier 2010, du mardi au samedi, de 11 heures à 19 heures. Galerie Baudoin Lebon - 38 Rue Ste Croix De La Bretonnerie - 75004 Paris

La Comtesse de Castiglione, catalogue de l’exposition. Introduction de Marta Weiss, avec un texte d’André Maurois. Biographie et commentaires de Marianne Nahon, La Différence, 190 p., 30 €.

© 

Marianne Nahon, L’Eternel retour de la Castiglione, La Différence, 76 p., 15 €.

© 
Et toujours,Nathalie Léger, L’Exposition, P.O.L., 157 p. 10 €

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon