Jeu d'enfants - à propos du film "Viaje" de Paz Fábrega

" Todo es del viento y el viento es aire siempre de viaje " ( Tout vient du vent et le vent a toujours eu un air de voyage ). "Viaje", second long-métrage de Paz Fábrega, débute sur cette citation d'Octavio Paz. Du vent des attractions amoureuses au vent frais de la jeunesse et de la liberté, il mène le spectateur sur les chemins du hasard des rencontres qui parfois peuvent emmener loin.

Viaje © Esteban Chinchilla Viaje © Esteban Chinchilla

Les routes de Luciana et Pedro, deux étudiants costaricains, se croisent lors d'une fête costumée organisée en ville. Du pari un peu fou d'un baiser volé à l'inconnu(e), entre deux verres, la cage d'un escalier et les toilettes, ils se retrouveront bientôt à l'arrière d'un taxi où ils partageront, sur le ton de l'humour, leurs visions communes sur la norme établie et leur envie de s'en démarquer. Leur rencontre, qui a tout pour prédire au départ une aventure d'une nuit, les amènera finalement à entreprendre ensemble un voyage hors des sentiers battus dans le Parc National Volcan Rincón de la Vieja, où Pedro doit se rendre pour ses études.

Paz Fábrega dépeint ici une jeunesse à l'état d'esprit ouvert, plus inspirée par l'imprévu et l'aventure que par les normes traditionnelles. Le temps d'un week-end, les deux personnages incarnés par Kattia Gonzalez et Fernando Bolaños, s'offrent une balade sur les sentiers du jeu et de la spontanéité propres à l'enfance. Ici il n'y a pas d'avant, pas d'après, seulement l'instant présent et la nature luxuriante du parc qui leur ouvrira la porte des sentiments et les autorisera à revenir à leur nature profonde. Un voyage comme un jeu, comme une parenthèse. Et si l'amour s'invite au passage, il ne pourra exister qu'ici et maintenant, dans ce jardin de l'enfance où le temps semble s'être arrêté.

Agua fria del Mar, premier long métrage de Paz Fábrega réalisé en 2010, relatait déjà l'histoire d'un voyage aux allures de mise entre parenthèses du quotidien, pour le jeune couple Rodigo et Mariana, partis sur la côte Pacifique pour négocier la vente d'un terrain. Avec Viaje, la réalisatrice signe également pour la deuxième fois un film sur le thème de l'enfance féminine où la nature, belle et puissante, semble guider le récit, jusqu'aux mouvements des corps, jusqu'aux comportements des personnages.

Viaje © Esteban Chinchilla Viaje © Esteban Chinchilla

En soixante-douze minutes seulement, elle laisse le temps et l'espace travailler, au travers de longs plans séquences qui mettent en lumière les émotions du couple et en font ressortir toutes les nuances. Elle parvient ainsi à capter l'essence de la relation qui s 'élabore entre les deux personnages. Le choix du noir et blanc vient ajouter à la sobriété de la mise en scène. Loin de tout exotisme, il confère au récit un caractère universel sur le grand thème des relations hommes-femmes.

Dans un entretien donné en 2015 pour le Tribeca Film Festival à New York, Paz Fábrega explique avoir commencé à filmer les premiers plans de Viaje sans être certaine de vouloir en faire un long-métrage pour le cinéma. Elle affirme avoir tourné, presque comme un jeu, ce qu'elle et toute l'équipe de tournage souhaitaient voir apparaître à l'écran, sans se préoccuper des attentes ou de la réception d'éventuels professionnels ou d'un public. Il en résulte un film-ovni très singulier, minimaliste et intime, comme une brise fraîche et légère qui invite à partir, se perdre pour mieux se trouver, sur les chemins de l'aventure, de l'amour et de l'enfance.

Adeline Bourdillat

Pour en savoir plus : Lire entretien avec Paz Fábregapar Cédric Lépine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.