Valls ne voilera pas son bilan catastrophique

Tout à sa « bataille culturelle et identitaire », plus importante selon lui que l'économie et le chômage, Manuel Valls estime prioritaire l'interdiction du voile à l'université.

 

Valls en octobre 2014 - Briand (CC) © Brian (CC) Valls en octobre 2014 - Briand (CC) © Brian (CC)
Au même moment, à l'université Paris VIII, à Saint-Denis, des étudiant-es, dont des jeunes femmes voilées, se mobilisent contre la loi Macron, énième transgression des promesses électorales du PS et menace sur le droit du travail.

Au même moment, des enseignant-es et des parents d'élèves, dont des mères voilées, occupent des écoles primaires et maternelles de Saint-Denis et d'autres villes du 93 pour dénoncer les inégalités de moyens et l'abandon total par l'Etat de leurs enfants, dont la scolarité est sacrifiée.

 Au même moment, des militant-es antiracistes, dont des femmes voilées, soutiennent des victimes d'agression islamophobe – à commencer avant tout par les femmes.

 Au même moment, toujours à Saint-Denis, des femmes voilées attendent avec leurs enfants des heures et des heures aux urgences de l'hôpital.

Chômage en hausse continue, démantèlement de l'Éducation nationale, des services hospitaliers, du système de santé, augmentation des crimes racistes, antisémites, islamophobes, sexistes et homophobes, soutien à l'évasion fiscale, qui prive la solidarité nationale de ressources essentielles, politiques d'austérités, trahison de l'ensemble des promesses électorales de 2012 : telle est une partie de l'accablant bilan de Manuel Valls et du PS.

Le premier ministre ne désamorcera pas les colères que sa politique engendre avec un nouveau débat sur une laïcité falsifiée. Il n'a aucune leçon de laïcité à donner, lui qui est responsable de la pire atteinte à ce principe. En mars 2004, il a en effet annoncé que la Procréation Médicalement Assistée ne serait pas ouverte aux couples de femmes... depuis le Vatican. Au mépris de la loi de 1905, Valls s'est donc laissé dicter les droits des LGBT par le Pape. Qui peut encore lui accorder le moindre crédit en matière de politique laïque ? En matière de politique tout court ?

 

Des enseignant-es du CEAL.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.