Billet de blog 1 oct. 2019

1. Réseau, convergence, participation.

Pour agir sur un large espace avec une large population, on doit construire un réseau qui relie les participants quel que soit leur éloignement, ce qui permettra la convergence entre participants et une participation facilitée. Exemple concret, ce blog comme premier point d'un réseau.

Clotilde Fougeray
Activité: bon apôtre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les parties rayées du texte qui suit ne sont plus valables pour le cas de ce blog et de l'édition associée, mais restent valable pour tout projet autonome, tout “nœud”: agir pour que les choses se fassent rapidement, quand elles peuvent se faire rapidement, et réserver la patience à ce qui demande de la patience.


L'édition «Fruits de saison, la récolte» évoquée ci-après étant désormais créée, toute proposition pour ce cas précis ne le concernent plus vais vaut pour tout autre cas similaire.


Un réseau n'a pas de créateur mais à un initiateur, une personne physique (un individu) ou morale (un groupe), le réseau n'existe que quand au moins trois points sont reliés, chaque point étant relié aux deux autres. Pour plus de précision, je parlerai de nœuds et de liens.

Le réseau envisagé ici a un premier nœud, ce blog, le nœud lui-même a un créateur, et tout autre nœud aura un créateur, mais le réseau n'aura de réalité que quand trois au moins nœuds seront reliés, raison pourquoi le réseau n'a pas de créateur mais un initiateur, l'ensemble des premiers nœuds une fois liés.

Je désignerai le créateur de ce blog Ma Pomme, en ce sens que mon pseudonyme n'a aucune importance, et que son utilisation me poserait faussement comme «le créateur du réseau».

Le projet du créateur de ce blog, Ma Pomme, est d'initier rapidement un premier réseau, qui aura comme fonction de fédérer des propositions, des réflexions et des initiatives locales, en tout premier des groupes locaux de discussions et de propositions. Ces groupes locaux sont très nécessaires car un réseau est une structure trop lente et trop dispersée pour permettre l'élaboration rapide de propositions, le réseau est nécessaire pour rendre compte des débats et propositions locaux, et déterminer rapidement les divergences et convergences, ce qui permettra une convergence des divers nœuds vers celles des propositions les plus fédératrices, en ménageant l'autonomie de chaque nœud qui aura, selon les capacités, compétences et modes d'action privilégiés par chaque nœud, des manières propres de mettre en œuvre un projet circonstanciel. Pour un exemple simple, si un projet circonstanciel a comme élément de réalisation d'interpeler un élu du conseil général, selon que le territoire du canton est rural ou citadin, le mode d'action concret sera très différent, dans mon contexte local, je vis dans un canton rural peu dense d'un rayon d'environ 25 kilomètres, la ville de Bourges, assez proche, compte plusieurs cantons sur un rayon d'environ cinq kilomètres, la coordination des habitants du canton rural sera beaucoup plus dépendante du réseau informel de télécommunication (Internet et téléphones fixes et mobiles), celle d'un canton de Bourges peut plus facilement réunir physiquement les membres de nœuds de ce canton.

Pour qu'un réseau se développe à partir de ce blog, il faut le transformer rapidement en blog participatif, en “édition” dans la terminologie propre au Club de Mediapart, ce blog devenant alors un “centre de ressources”, un lieu où les propositions et débats de l'édition débouchant sur des convergences seront résumées et recensées, et où des propositions d'autres nœuds seront recensées ou mises en lien. Il est donc nécessaire, pour une action immédiate, que celles et ceux qui souhaitent participer sollicitent les gestionnaires du club, les “modos”, en leur signalant vouloir participer à l"édition liée à «Fruits de saison» dont la création a été demandée par Clotilde Fougeray – désolé, je ne me rappelle plus du nom proposé, il me semble que c'est «Fruits de saison, la récolte» mais je ne le certifie pas, participent à cette édition. Pour une efficacité rapide, il ne faut pas que vous vous limitiez à faire cette demande étape,  il vous faut aussi initier votre propre réseau en contactant des abonnés qui vous semblent susceptibles de vouloir participer, qui eux-mêmes...

D'autres nœuds “locaux”, d'autres paires blog+édition, doivent très vite se mettre en place, car le nombre de membres de chaque nœud ne doit pas être trop élevé, si par hypothèse deux cent abonnés entrent dans le projet, les débats seront très vite incohérents, donc un nœud doit compter au plus une dizaine de membres, un nœud secondaire recensant les ressources d'un dizaine de nœuds primaires, un nœud tertiaire celles d'un dizaine de nœuds secondaires, etc. Ça implique que dès que plus d'une dizaine de personnes adhèreront au projet devra se créer un autre nœud, et ainsi de suite.

Le schéma de nœuds primaires, secondaires, etc., est formel, il permet une mise en commun rapide et structurée mais pas plus que Ma Pomme n'est le créateur du réseau, les nœuds fédérateurs ne sont à sens unique obligé, si une proposition concerne des nœuds d"un certain niveau répartis dans divers ensembles, et en beaucoup plus grand nombre qu'une dizaine, ils peuvent et même doivent constituer des réseaux alternatifs circonstanciels pour une action ponctuelle, ou pérennes et constituant leur propre structure. Pour un exemple concret de nouveau, ce qu'évoqué dans «A. Discussion GTK-OH», sur les “sites Seveso”, au nombre de 1.300 environ en France, qui peuvent constituer un réseau pérenne avec des réseaux secondaires, tertiaires, etc. sur chaque territoire concerné, lesquels nœuds peuvent aussi participer d'autres réseaux ayant d'autres objets, donc d'autres projets et une autre structure.

Le fait que le réseau initié par ce blog se mettrait en place dans le cadre du Club n'induit pas que ce doit être le cas de tous les autres, factuellement ça doit même ne pas être le cas. Ici, dans ce cadre du Club, ça ne peut guère être autre chose que des lieux de débat et de propositions générales, comme je l'explique dans la discussion mentionnée, pour des raisons de sécurité matérielle et de fiabilité les opérateurs fournissant les moyens matériels doivent être locaux (dans l'exemple donné, français) et non susceptibles d'une cessation d'activité imprévisible: Mediapart est un hébergeur dans le Club, mais c'est aussi une entreprise de médias, et si pour quelque raison l'entreprise est amenée à cesser son activité (faillite, fermeture administrative...), l'hébergeur qui lui est lié cessera aussi son activité, sans qu'on puisse savoir où son entreposées physiquement les ressources des nœuds; si un opérateur comme celui du site personnel d'Olivier faisait faillite, probablement ça ne serait pas sans préavis à ses clients, et même en ce cas on saura où il faut aller pour récupérer les ressources et réagir rapidement pour les transférer chez un autre opérateur.

L'autre raison qui fait l'intérêt d'un opérateur comme celui cité pour le site personnel d'Olivier est sa souplesse d'utilisation. La description fait dans la discussion est celle d'un informaticien un peu parano sur ce domaine, parce que les informaticiens sont comme tous les professionnels en tout domaine, ils voient tous les problèmes que peut poser une maîtrise faible d'un site, mais c'est un risque faible dès lors qu'il y a un réseau dense de petits nœuds et qu'il existe de nombreuses solutions “prêt à l'emploi” adaptées aux besoins et capacités de chacun, des solutions comme Spip ou Wordpress par exemple, ne requièrent pas une compétence autre que de savoir utiliser Internet pour faire une installation standard fonctionnelle et sont des solutions très efficaces, ce n'est qu'à partir d'un niveau tertiaire que des compétences plus pointues se révéleraient nécessaires, mais elles se trouvent facilement – qui n'a pas, dans son environnement proche, au moins une personne sur quinze ou vingt qui s'y connaît en réseau et en gestion de site?

Ma description des niveaux est sommaire, dès le niveau tertiaire et probablement dès le secondaire, on n'a plus la même limite de nombre de membres d'un nœud, puisque l'essentiel des débats et propositions auront lieu au niveau primaire, les autres niveaux étant pour l'essentiel des nœuds fédérateurs sans création importante de réflexions et propositions. On peut envisager un doublement du nombre de membres à chaque niveau inférieur, donc une dizaine à celui primaire, une vingtaine au secondaire, une quarantaine au tertiaire, etc. Ce n'est pas nécessaire mais c'est utile pour une efficacité de diffusion et de coordination: chaque nœud secondaire fédérerait deux cent (200) personnes physiques, chaque nœud tertiaire huit mille (8.000), puis six cent quarante mille (640.000), puis plus de cent millions (102.400.000) puis plus de trente milliards (32.768.000.000). Bien sûr c'est là aussi formel mais du moins, dans une entité politique comme la France un réseau global n'a pas nécessité de plus de quatre niveaux, et au niveau mondial, de cinq niveaux.

Pour une explication de la structuration possible transversale, “horizontale”, et hiérarchique, “verticale”, le billet d'Olivier «La démocratie? Subsidiarité, dévolution, péréquation.», propose une organisation valant autant pour ce dont parle l'article, la mise en œuvre de la démocratie, que la mise en œuvre d'un réseau: le niveau le plus bas, celui “national” pour la France, n'a pas nécessité à tout fédérer, les solutions locales (commune, canton, arrondissement) auront une réalisation locale, et les solutions “inter-locales” peuvent se mettre en œuvre en créant un réseau autonome inter-local pérenne ou temporaire.

Voilà, une esquisse rapide, j'ai des propositions, elles valent ce qu'elles valent, comme je les reprends de propositions largement discutées de longue date je les sais assez réalistes mai maintenant tout dépend de vous. Comme dit dans «A. Discussion GTK-OH», ça commence à partir de soi: si vous ne décidez pas de vous-même d'agir concrètement et immédiatement en contactant d'une part vos relations afin qu'elles participent, de l'autre les “modos” pour qu'ils soient des facilitateurs, notamment en validant rapidement la création de l'édition associée au blog, ça en restera là. Seul je peux beaucoup en proposant, mais seul je ne peux rien pour la réalisation d'un tel projet.

 Une dernière chose, si vous approuvez ma proposition dans ses grandes lignes, ne me le dites pas, faites-le. Si vous voulez en discuter, faites-le avec vos voisins, vos amis, votre famille, et surtout pas avec moi. Sauf si je suis au moins l'un de ces trois ;-)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy