Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Laïcité

Suivi par 262 abonnés

Billet de blog 17 janv. 2022

La Ligue de l'enseignement et la mémoire du peuple.

Par ses activités, la Ligue de l’enseignement a été d’emblée porteuse de la culture populaire. Contrairement à une idée reçue, cette culture est à la fois nationale et attentive aux réalités locales. Toujours vivante, elle est devenue diverse.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"En classe, le travail des petits" Jean Geoffroy.1889.

L'historienne Anne-Marie Thiesse a souligné : « L’École primaire républicaine, qui a été parfois dépeinte comme le théâtre d’un combat sans merci mené par les jacobins acharnés contre les cultures régionales, a tout au contraire cultivé le sentiment d’appartenance locale comme propédeutique indispensable au sentiment d’appartenance nationale » (« Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique ». Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme). Jean-François Chanet étudie de même l’attention portée par les instituteurs  aux langues régionales et aux musiques et danses dans « L’Ecole républicaine et les petites patries » (Editions Aubier).

Sous le Front populaire la Ligue de l’enseignement s’investit pleinement et crée au sein de l’Union Française des Œuvres Laïques pour l'Education Artistique (UFOLEA) une commission Folklore.  Bien que très beau, le mot « folklore » (« savoir du peuple », en anglais) est parfois récusé. C’est la notion d’arts et de traditions populaire qui est reprise par la commission puis le secteur culture. Elle renvoie au célèbre Musée national des Arts et traditions populaires fondé dans les années trente par Georges-Henri Rivière. Dans les années 90, c’est la notion de « patrimoine culturel immatériel » qui émerge, avec une Convention de L’UNESCO dédiée à sa sauvegarde en 2003. Les Arts et traditions populaires restent pratiqués de façon diverse dans les fédérations départementales de la Ligue de l’enseignement, ou par des associations affiliées.  Très souvent autour des contes, parfois sur les langues et cultures régionales, parfois sur les danses et les musiques… 

Au congrès de Versailles en 1937, l'UFOLEA lance cette commission de folklore où chansons populaires, contes folkloriques et danses locales seront enseignées. Paul Delarue (1889-1956) est chargé de coordonner son activité. Instituteur originaire de la Nièvre, responsable du Syndicat National des Instituteurs du département, botaniste, membre de la Société d’ethnologie française, il collecte les récits locaux et publie un catalogue : « Le conte populaire français » (Editions Maisonneuve et Larose). Il participe, comme Célestin Freinet, au célèbre congrès international de folklore de 1937. Il y est rapporteur de la question relative aux chants populaires régionaux à l’école. Permanent au siège de la Ligue de l’enseignement, Paul Delarue préside la commission folklore jusqu’en 1956. 

"Le quêteur de mémoire" Un chapitre est consacré aux activités de PJ Hélias au sein de la Ligue.

Pierre Jakez Hélias ((1914-1995) fut un autre membre prestigieux de cette commission. Agrégé de lettres, professeur à l’Ecole normale de Quimper, journaliste, chroniqueur radiophonique et auteur dramatique en français et en breton, producteur à la télévision, c’est en tant qu’écrivain qu’il devient célèbre. Son « Cheval d’orgueil », publié dans la collection « Terre humaine », est vendu à plus d’un million d’exemplaires. Il devient président de la commission en 1957. Dans son livre « Le quêteur de mémoire », Pierre Jakez Hélias consacre un chapitre aux activités de la commission. Une cinquantaine de stages nationaux et régionaux sont mis sur pied, toujours en associant les cultures populaires aux « arts savants ». Des « folklores-clubs » permettaient aux participants d’acquérir les connaissances sur leur art, danse ou musique, l’environnement culturel et social local, les traditions et langues pratiquées, le sens originel des fêtes nationales et locales.

Le bulletin de l’UFOLEA regorge d’informations concrètes et de réflexions théoriques sur le folklore. Un numéro spécial très riche intitulé "

Folklore (pdf, 5.8 MB)

" y a été entièrement consacré en avril 1957. On trouve dans les bulletins aussi bien des aperçus sur le folklore d’autres pays que des études sur le théâtre dialectal (en « patois »). Une carte ethnographique de la France est dressée. Un inventaire des groupes folkloriques est réalisé. Robert Lafont, universitaire médiéviste, secrétaire de l’Institut d’Etudes Occitanes, romancier, auteur de théâtre et de nombreux essais est également membre de la commission folklore. Avec Pierre Jakez Hélias et Paul Delarue, c’est un des principaux collaborateurs du bulletin de l’UFOLEA. Ils théorisent sur un folklore vivant, intégrant les traditions populaires dans une optique progressiste, laïque. Ils souhaitent reclasser le folklore dans la hiérarchie des activités artistiques en réfléchissant sur la notion d’authenticité. Ils prônent « un mouvement de la tradition française ».

Robert Lafont poursuivra ce travail au sein du nouveau secteur « Cultures et communication » dirigé par Guy Gauthier. Une série d’articles paraît au début des années 80 dans la revue « Pourquoi ? » sur les langues régionales et la place de la langue française. Un recueil de ces articles est publié et préfacé par Robert Lafont en 1982 « Langue dominante, langues dominées » (Edilig, collection des Cahiers de l’éducation permanente). La Ligue de l’enseignement publie alors une collection intitulée « Diapolivre » proposant une dizaine de coffrets contenant chacun un ouvrage et une centaine de diapositives. Un de ces coffrets est intitulé « Histoire des pays de langue occitane ». L’auteur du livre (en français et en occitan) est Michel Roquebert, historien spécialiste des cathares. 

C'est à partir de cette période que la Ligue de l'enseignement lance une réflexion interne sur une société devenue multiculturelle. Elle passe de la mémoire du peuple à la mémoire des peuples. Et étend sa réflexion aux langues dites minoritaires (extra-européennes). La Ligue revisite le pluralisme culturel comme un état de fait, une donnée de la dignité humaine et un élément constitutif du développement de la démocratie. La mémoire du peuple, la mémoire des peuples sont des mémoires vivantes, qui résistent à la culture de masse mondialisée. La Charte pour la diversité exprime de façon concise cet ensemble d'idées.  Depuis 2008 la Ligue apporte son soutien à la rédaction de la revue européenne dédiée au dialogue interculturel « Diasporiques. Cultures en mouvement ». En 2011 la Ligue adopte un document de référence « Une politique de la culture ».  La même année le Conseil international des organisations de festivals de folklore et d'arts traditionnels (CIOFF France) s’affilie à la Ligue en tant qu’association nationale. Le CIOFF rassemble une trentaine de festivals en France et plus de 250 festivals dans le monde. Le CIOFF est une ONG reconnue par l’UNESCO. En 2015, la Ligue consacre deux journées à l’inventaire de ses positions et actes sur la pluralité culturelle. Parmi les nombreuses activités qui l'illustrent en son sein se trouve le Festival de Montignac:

Festival Cultures aux cœurs 2022 Montignac. © SPICY MOTION - production audiovisuelle

Le Festival de d’art, danses et musiques du monde est animé depuis plus de trente ans par l’Amicale laïque de Montignac en Dordogne. Il rassemble 15.000 personnes chaque année fin juillet. Le Festival est affilié au CIOFF. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo