Billet de blog 10 oct. 2018

Service national universel : une consultation en ligne pour les dupes

ARTICLE DE B.GIRARD Avec un retard de quelques semaines sur la date initialement prévue, la consultation sur le service national universel (SNU) est en ligne. Elle prend cette fois-ci la forme d'une grossière mystification confiée à un institut de sondage.

myriam alderton
En finir avec le service national universel Oui à la décroissance !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec un retard de quelques semaines sur la date initialement prévue, la consultation sur le SNU est en ligne. Elle fait suite à une première phase d’auditions, largement factices, au cours desquelles un membre du gouvernement est censé apporter des réponses à des questions soigneusement sélectionnées – puisque ne portant que sur les modalités du SNU et non sur son principe – posées par un public lui-même soigneusement sélectionné.

L’organisation de l’enquête en ligne, annoncée par le ministère de l’EN, confiée à OpinionWay, confirme que les économies faites sur le budget de l’éducation ne sont pas perdues pour tout le monde. Mais ce n’est qu’un début, le coût annuel du SNU étant estimé à 2 ou 3 milliards d’euros, sans compter les dépassements.

Avec l’aplomb qui est sa marque de fabrique, le ministre de l’EN a beau annoncer que « depuis juillet, les jeunes Français sont largement consultés pour participer la conception du SNU » en réalité, cette seconde phase s’annonce tout autant trompeuse que la première : censé s’adresser exclusivement aux jeunes concernés, le sondage en ligne peut en réalité être renseigné par tous, l’entrée dans le questionnaire ne demandant aucune authentification préalable. L’année de naissance ou la nature de l’établissement ne sont alors requises que pour la forme. Cette duperie, renforcée par le fait que chacun peut répondre autant de fois qu’il le souhaite, forme assez grossière d’un bourrage des urnes, confirme – avec l’amateurisme du procédé – le côté totalement artificiel de l’entreprise. Mais que pouvait-on attendre d’autre d’un gouvernement - et d’un ministre tout spécialement - qui ont eu l’occasion de montrer en toutes circonstances le peu de cas qu’ils faisaient du débat, du dialogue, de la confrontation d’idées. Ici, la consultation suit la décision.

Puisque le principe du SNU – tout spécialement le mois d’internement obligatoire - est exclu de l’enquête, les questions posées aux jeunes), sont d’une banalité convenue, teintée d’un comique involontaire certain :

- « Pour toi (tutoiement de rigueur…), le SNU devrait te permettre avant tout de : renforcer tes connaissances concernant les questions liées à la défense nationale ? Faciliter ton engagement auprès d’une association ? Savoir réagir en cas de crise ? Etc. « 

- « Qu’aimerais-tu vivre ou faire concrètement pendant ta période d’hébergement collectif (l’expression désignant dorénavant la période d’enfermement obligatoire) ? T’initier au code de la route ? Rencontrer un militaire ? Faire du sport ? Etc »

- « Parmi les mots suivants, lesquels correspondent le mieux à ton état d’esprit vis-à-vis de ce projet de SNU : peur/enthousiasme/curiosité/corvée etc ? »

- « Ce que tu sais du SNU te donne-t-il envie de le faire ? »

- « Parmi les activités suivantes, lesquelles te donneraient le plus envie de faire le SNU : des activités liées à la défense et à la sécurité ? Des activités liées à l’environnement ? D’aide à la personne ? etc »

Cette consultation tronquée, malhonnête dans son principe comme dans ses modalités d’organisation, se poursuit jusqu’au 19 octobre. Quels qu’en soient les résultats, qui ne seront publiés que pour renforcer l’illusion (et Blanquer est un maître en la matière), face à un gouvernement qui ne connaît que le rapport de force, l’avenir du SNU dépendra d’abord de la capacité de mobilisation des premiers concernés, les jeunes, autour d’un projet autoritaire et infantilisant, destiné à satisfaire les nostalgiques de la conscription mais dont ils n’ont rien à attendre en termes de formation personnelle.

Pour lire les autres articles sur le service national universel de B.GIRARD :https://blogs.mediapart.fr/b-girard-0

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau