Édition suivie par 9 abonnés

Le Service National Universel face à l'urgence écologique

3 rédacteurs

À propos de l'édition
La terre que nous laissons à nos enfants se meurt et le gouvernement au lieu d'investir massivement et d'urgence, dans l'éducation à l'environnement qui est censée être obligatoire dans les Etablissements scolaires et qui représente la base indispensable d'un changement que nous attendons tous, va engloutir des milliards d'euros par an dans le service national universel obligatoire des jeunes, et ce, dans la plus grande indifférence. Ne vous y trompez pas, ce projet n'a rien de commun avec les autres : les moyens investis sont énormes. La stratégie employée dans sa mise en place, son caractère obligatoire, intrinsèquement préformé et intégré dans le parcours citoyen des élèves, dés le plus jeune âge (au détriment des autres éducations à la citoyenneté, dont celle à l'environnement fait partie) sont de nature a entraver toute évolution possible, non seulement en faveur de l'autonomie des jeunes mais aussi, en faveur de l'environnement. La première expérimentation du service national universel obligatoire est repoussée (elle devait avoir lieu à l'été 2019, ce sera finalement, aux vacances de la Toussaint 2019.) Ce n'est pas le signe que le gouvernement recule, bien au contraire, le projet s'approfondit et se renforce, grâce à la consultation publique mise en place depuis cet été 2018, qui exploite les craintes des jeunes filles et l'esprit aventureux des jeunes garçons (ainsi il vient d'être ajouté au programme du S.N.U le self-défense et la survie en milieu hostile.) Et que dire du chantage fait aux jeunes en difficultés, (appelé "formules attractives") qui devront passer par le volontariat à la sortie du S.N.U, pour pouvoir accéder à des aides s'ils veulent passer leur permis de conduire ou obtenir un crédit universitaire ou encore bénéficier d'aides à l'insertion ? Sans parler du profit que retirera l'Etat de cette manne de main d'oeuvre quasi gratuite. Ce projet a un seul mérite : il nous pousse à nous rassembler et à lui opposer d'urgence une alternative politique et pacifique d'une ampleur aussi grande, en faveur de l'éducation à l'environnement mais cette alternative ne sera pas possible sans vous. Cette édition a besoin de votre aide, notre Appel au Rassemblement pour protéger nos enfants de la destruction définitive de leur planète et de leurs droits les plus plus fondamentaux attend vos signatures ci dessous : https://www.change.org/p/oui-a-l-education-a-l-environnement-non-au-service-national-universel Notez bien : Cette édition est libre pour les blogueurs de Médiapart, pour les autres si vous souhaitez publier sans ouvrir de blog, vous pouvez nous adresser votre texte à cette adresse : myriam-alderton@orange.fr nous nous chargerons de le publier.