Eric Fassin
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les mots en campagne

Suivi par 86 abonnés

Billet de blog 24 oct. 2016

Calais: «mise à l’abri humanitaire»

C’est pour leur bien qu’hier on enfermait les migrants dans un camp à Calais. Aujourd’hui, c’est pour leur bien qu’on les chasse. Et c’est pour leur bien qu’on réprimera leurs protestations et leurs résistances. On pense à Orwell : « la guerre, c’est la paix ; la liberté, c’est l’esclavage. » C’est que la bataille politique se joue d’abord sur le terrain du vocabulaire.

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui débute l’expulsion de milliers de migrants à Calais avant la destruction du camp où ils attendaient l’occasion d’une traversée pour l’Angleterre. On aura donc échappé à la date du 17 octobre, initialement prévue par nos politiques : peut-être ont-ils fini par comprendre que le symbole colonial de cet anniversaire ne serait pas très heureux pour gérer l’immigration, cinquante cinq ans après le massacre d’État d’Algériens à Paris. Reste que les pouvoirs publics font bien une démonstration de force. On pourrait même parler de monstration, puisque 700 journalistes environ sont accrédités pour l’occasion : le monde entier est convié au spectacle de la puissance de l’État français. Autant dire que cette gesticulation s’inscrit dans le contexte de l’élection présidentielle à venir : à Calais, on bat la campagne.

Sans doute pareille mise en scène ne manque-t-elle pas d’ironie : c’est qu’elle se répète, à la manière d’un jour sans fin – mais sans happy end. Déjà en 2002, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, fermait le centre d’accueil de Sangatte ; en 2009, c’est Éric Besson, son successeur, qui parade à Calais devant les caméras : une fois encore, on promet de mettre fin au problème. Il s’agissait alors de quelques centaines de personnes ; aujourd’hui, comme le rappelle le blog Passeurs d’hospitalité, elles seraient encore plus de 8000, dont 1300 mineurs non-accompagnés. Les succès de nos ministres rappellent ainsi, après l’offensive en Irak, le triomphe de George W. Bush sur un porte-avions en 2003 : « Mission accomplie ». On sait ce qu’il en est aujourd’hui. Bref, le tragique de répétition ne fait que signifier l’impuissance de la puissance publique.

Il n’empêche : pas question pour le gouvernement d’apparaître cynique. Au contraire, c’est précisément en ces termes que le ministre de l’Intérieur qualifie, dans La Voix du Nord, les militants qui résisteraient à l’évacuation : « Les No Border sont des cyniques qui instrumentalisent la misère d’hommes et de femmes désespérés. » Avec la ministre du logement, Bernard Cazeneuve leur oppose le 18 octobre un communiqué aux accents généreux : « La France est un grand pays. Son histoire, sa tradition et ses valeurs commandent que des solutions adaptées soient proposées à ces hommes, femmes et enfants qui ont été jetés sur les chemins de l’exil par les guerres et les persécutions, et qui ont gagné Calais dans l’illusion d’un passage au Royaume-Uni que leur ont promis des acteurs cyniques de la traite des êtres humains. »

Ignorant les critiques des associations, les ministres revendiquent ainsi une « mise à l’abri humanitaire ». Le tribunal administratif de Lille ne vient-il pas de leur donner raison ce même jour ? En effet, « à supposer même que les abris de fortune de certains des migrants présents sur le site de la Lande puissent être considérés, au regard de l’ancienneté de leur installation, comme des domiciles au sens de l’article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la mesure d’évacuation envisagée ne porte pas au droit à la vie privée et familiale et à l’inviolabilité du domicile une atteinte disproportionnée au regard des objectifs qu’elle poursuit. » Autrement dit, il n’est pas sûr qu’on puisse parler d’expulsion, dès lors que leur habitat est précaire : effectivement, pour reprendre le titre d’un roman sur Calais d’Olivier Adam, les réfugiés ne sont « à l’abri de rien ».

Déjà, le 12 octobre, le Conseil d’État avait justifié la destruction des commerces installés sans autorisation sur la Lande avec une logique quelque peu déroutante. Certes, celles-ci permettaient « de pourvoir à des besoins non satisfaits, en termes de nourriture, de produits de première nécessité et de services, et constituaient des lieux de vie et de rencontre importants pour les migrants. Mais c’est à l’État qu’il appartient de mettre en œuvre le droit à l’hébergement d’urgence reconnu par la loi à toute personne sans abri qui se trouve en situation de détresse médicale, psychique et sociale et de veiller à ce que les demandeurs d’asile puissent bénéficier de conditions matérielles décentes. Dans ces conditions, le fait que les commerces illégaux aient pu contribuer à améliorer les conditions de vie des migrants sur le site n’était pas de nature à retirer son utilité à la mesure demandée par le préfet. » Et d’en conclure que « la mesure d’expulsion présentait un caractère d’utilité et d’urgence. »

Emmanuelle Cosse peut donc enfoncer le clou dans Libération : il y a urgence, car « un hiver de plus dans la jungle n’est pas possible. » C’est une question d’humanité : « il est hors de question de laisser encore plus longtemps ces personnes dans la boue et la détresse. » On comprend ici le sens de la nomination de cette ancienne militante, qui, comme moi, a contribué aux volumes du collectif Cette France-là dénonçant la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy – y compris à Calais : c’est qu’il s’agit de mettre à jour la rhétorique de l’ancien président de la République, pour qui la France ne pouvait accueillir dignement toute la misère du monde. Aujourd’hui, la mise à l’abri humanitaire est pareillement une affaire de dignité : « notre action va permettre aux migrants d’avoir un avenir qui ne soit pas dans la rue ou les camps, parce que cela les abîme et ne leur permet pas de se construire dignement. » Voilà ce que les enfants qu’on empêche de rejoindre leur famille en Angleterre ne semblent pas vouloir entendre.

 Il importe d’analyser les rhétoriques mises en œuvre, au moins autant que les moyens policiers. Partout, dans les médias, on parle du « démantèlement de la “jungle” de Calais. » Les guillemets mettant en garde contre les connotations d’ensauvagement du mot « jungle » empêchent de remarquer l’absence de guillemets pour « démantèlement », comme si le terme était neutre. Or on démantèle une place forte, pas un campement. C’est renverser la réalité politique de « l’Europe forteresse ». C’est aussi occulter le rôle de l’État dans l’édification de ce camp, alors même qu’il se vante de faire financer son mur barbelé par le Royaume-Uni. Avec une militante de Calais, nous écrivions il y a dix-huit mois, au moment où il allait ouvrir : « Loin d’en finir avec les “jungles” qui échappaient à leur contrôle, les pouvoirs publics créent à Calais une jungle d’État. Il est temps pour le ministre de l’Intérieur de venir l’inaugurer. Sur les bâches en plastique, censées protéger les cabanes de la pluie, un graffiti l’a déjà baptisée : “Bidonville made in Cazeneuve.” » Or c’est la même logique qui conduit « tantôt à expulser les étrangers de ghettos “sauvages”, tantôt à les enfermer, comme ici, dans un ghetto sous gestion publique. »

 C’est pour leur bien qu’hier on enfermait les migrants, réfugiés ou pas, dans un camp à Calais. Aujourd’hui, c’est pour leur bien qu’on les chasse. Et qu’importe si ces malheureux ne comprennent pas leur intérêt ; c’est pour leur bien qu’on réprimera leurs protestations et leurs résistances. On songe à la phrase célèbre d’un militaire états-unien au Vietnam, après le massacre de My Lai en 1968 : « Il devenait nécessaire de détruire ce village pour le sauver. » On pense surtout à Orwell : « la guerre, c’est la paix ; la liberté, c’est l’esclavage. » C’est que la bataille politique se joue d’abord sur le terrain du vocabulaire. L’ultime ironie, c’est qu’on va raser gratis, sans bénéfice – y compris en termes électoralistes : à force de défaire le jeu politique, le pouvoir socialiste n’a même plus véritablement de candidat à l’élection présidentielle. Tout cela pour rien ; même la démagogie tourne à vide. À Calais, les mots sont en campagne ; mais c’est en rase campagne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo