Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 22 avr. 2017

Une histoire d’apprentis sorciers.

Eludée, maquillée, amnistiée, rien à faire : notre Histoire récente nous rattrape et pèse sur nous de tout son poids. Tant qu’elle n’était qu’une blessure narcissique, nous nous en accommodions, dans les mains d’ennemis insoupçonnables et insoupçonnés (et je ne pense pas aux musulmans quand j’écris cela ) elle devient une arme redoutable.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une histoire d’apprentis sorciers.

 Eludée, maquillée,  amnistiée, rien à faire : notre Histoire récente nous rattrape et pèse sur nous de tout son poids. Tant qu’elle n’était qu’une blessure narcissique, nous nous en accommodions, mais dans les mains d’ennemis insoupçonnables et insoupçonnés (et je ne pense pas aux musulmans quand j’écris cela : ils ne sont que ‘‘ la farce dans « le  dindon de la farce » ’’) elle devient une arme d’une efficacité redoutable au service de  causes si différentes les unes des autres, alliées par un concours de circonstances. On peut déplorer cet état de fait,  se lamenter même, mais on doit le comprendre et l’expliquer, car la peur de l’inconnu tourne facilement à la panique. Et la panique est un danger mortel pour celui qui a quitté une berge et qui n’a pas encore atteint celle d’en face. Savoir permet de faire face au danger de manière appropriée.

Il y eut d’abord la catastrophique décolonisation de l’Algérie, ses pieds noirs éparpillés dans une indescriptible  pagaille, ses  Harkis  honteusement confinés, des années durant, dans des camps (certains étaient barbelés). Forcément,  il en résulta des séquelles indélébiles,  beaucoup en gardent du ressentiment, d’autres cuisent et recuisent, sans fin,  une haine forcenée désormais atavique. Les fantômes de l’Algérie  française hantèrent  la mémoire de bon nombre d’entre nous et faussèrent  notre relation,  non seulement, avec  les Algériens  mais  aussi  avec leurs descendants , nés sur notre sol  et qui - du fait de la loi du sol , vieille déjà de 500 ans-  sont des citoyens français . Certains  piaffent d’impatience : quand donc abrogerons-nous cette loi ? Qu’on en finisse avec eux ! Mais, ce qu’ils ne nous disent pas, c’est qu’une telle abrogation ne saurait avoir de portée rétroactive : aussi, Français ils sont, Français ils resteront et ce, sous  la protection de la Constitution, en dernier ressort.

 Il y eut ensuite le recrutement, en masse, des immigrés pour les besoins pressants du bâtiment et de l’industrie automobile ; des ghettos finirent  par se former  .A cette occasion  aussi, la mauvaise gestion des affaires de la cité frisa l’incurie. Surtout que les  célibataires des foyers SONACOTRA  -  variables d’ajustement par excellence, pourtant – ne nous avaient pas aidés : ils eurent la même idée saugrenue de   fonder, tout naturellement, des familles puis de s’installer  là où on  tolérait leur présence.  Là aussi, la loi du sol était passée par là. Certains d’entre nous  en tremblent encore d’indignation et crient  au  sans gêne qui «  nous ont fait leurs bébés dans le dos ». Leur a-t-il échappé que fonder une famille est  une constante et naturelle aspiration  de l’Homme ?

  Il y eut ensuite les années 80. De  jeunes Français prirent conscience de leur francité marginalisée ; il s’ensuivit une revendication, légitime, qui déboucha sur « la marche des  beurs ». Cette expression citoyenne fut vite récupérée par le pouvoir qui interposa aussitôt un contre-feu : l’association «  touche pas à mon pote ».Estimant que le mouvement  de masse des Français d’extraction maghrébine  était par trop « ethnique »,  on le déposséda de la parole ou on la recouvrit d’une cacophonie médiatique, ce qui revient au même.

Le problème était que l’association «  touche pas à mon pote » avait été placée dans des mains juives, vite suspectées de lobbying  en faveur d’Israël. Arezki Dahmani avait bien lancé une association parallèle « France plus », pour faire contrepoids. En vain .En désespoir de cause, les « robeux » furent renvoyés à leurs ghettos respectifs  -géographiques et psychologiques-  et, le pertuis par lequel ils avaient entrevu, l’espace d’un instant, le halo de lumière de leur citoyenneté, s’obtura.

Curieusement, de ce manque de considération de leurs compatriotes, ils en rendirent responsables leurs pères, coupables, à leurs yeux,  d’avoir baissé la tête «  sous les crachats ». C’était décidé, ils ne baisseraient pas la leur , eux ; ils revendiqueraient leur place de citoyens dans la société où ils étaient nés  ; ils  travailleraient  plus  dur  que  les  autres ; ils  auraient  le  savoir qui avait manqué à leurs ainés.

 Trente ans après, le bilan est terrifiant .Certes, certains s’en sont sortis, mais beaucoup gisent au bord de la route et pas seulement ceux qui ne possèdent pas la formation  suffisante. Le drame révoltant, c’est que parmi ces « épaves » gisent des hommes (les femmes s’en sortent mieux, elles sont beaucoup moins ostracisées) brillants, possédant 2 à 3 diplômes du supérieur, polyglottes et certains ont  même des brevets d’invention à leur actif. Ils ont trouvé, non seulement portes closes partout, mais ils ont eu à essuyer, en plus, obstructions et vexations à foison  (n’est-ce pas, Messieurs des Affaires Maritimes de Port-Vendres et d’Auray,  M.  Les ex-maires de Rennes, de St-Meen-le Grand, de Martigné-Ferchaud, de Montreuil/Ille,  M. les Présidents des SICTOM et des Communautés de Communes d’Ille-et-Vilaine et bien d’autres ? ).

 Quels modèles dévastateurs ils offrent à  leur  jeunesse, ces «  gueules cassées » de la vie !

 Ces épaves, victimes de la bêtise  et de l’autisme de notre société, ne représentent pas un danger  direct pour la France. Il en va autrement des jeunes gens, autour d’eux, qui vivent la même « malédiction » et  qui entrevoient leur avenir en perspective , une révolte sourde au cœur .Les moins résilients, à la vision courte, versent  dans des causes perdues d’avance, ils ajoutent , au déshonneur d’immoler des victimes innocentes, la stupidité du sacrifice de leur vie : juste pour se prouver qu’ils vivent ,ils meurent aussitôt après : quelle dérision que ces éphémères !  Pour les plus résilients, un découragement s’insinue déjà dans les esprits : « à quoi ça leur a servi », à ces épaves, de « perdre leur vie dans les bouquins », « d’avoir trimé comme des fous », de «  placer leur subjonctif imparfait, à bon escient », « ils voient bien que la France ne veut pas de nous ».

  Ce découragement brise l’individu et sape le vivre ensemble. Pourtant, une prise de distance des plus élémentaires aurait pu  désamorcer ce désespoir. Un regard circulaire autour d’eux leur aurait prouvé que ce désespoir était partagé (ce partage estompe, qu’on le veuille ou non,  le sentiment de solitude dans le malheur et peut même être source de solidarité, voire d’amitié) et que, si leurs vies sont incroyablement difficiles, celles de ceux de leur âge ne sont pas exemptes  de handicaps, même si c’est à un degré   moindre.

 La jeunesse est  devenue la variable d’ajustement ad hoc  pour tous les systèmes d’équations, posés mais jamais résolus. Combien de jeunes sont devenus des  « Tangui », assignés, à vie,  au domicile paternel, condamnés  aux amours furtives  quand ce n’est pas à la culture solitaire de l’asperge ou du bouton de rose, au clair de lune cathodique.

 Champignonnent sur cet humus  malsain, les carrières des Rastignac et autres flibustiers de la politique, du journalisme , de la littérature - à l’affût d’une renommée facile - mais aussi les espoirs de nombreuses causes  - certaines  plus respectables  que  d’autres-  qui , par  un  concours  de circonstances , s’entre  potentialisent  et  entrent   en  résonance : l’athéisme   militant  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/061116/cynisme-et-syllogisme-sont-les-deux-mamelles-de-larnaque-laiciste ,le laïcisme , le féminisme, le  sionisme ,  les  associations juives pro-israéliennes,les  associations gays et lesbiens  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/231116/laicisme-maladie-infantile-de-la-laicite , l’extrême-droite  classique , les ultras , nostalgiques de  l’Algérie française, les   néo-conservateurs américains  et  leurs  antennes  européennes et enfin les  islamistes  prosélytes.

  Ils ont, tous, livré une bataille de très long court- 30 ans- à califourchon sur le dos d’un Islam  essentialisé jusqu’à la caricature. Les uns brandissaient l’étendard d’une laïcité biaisée et bafouée. Les autres affichaient une  foi pour la galerie : leur système pileux était censé en faire la preuve, un peu comme ces  hippies du « Boul’mich », aux alentours de mai 68,  qui, par ce même biais, croyaient faire la démonstration, aux yeux de tous, de leur renoncement à la société bourgeoise, leur port d’attache, qu’ils faisaient mine d’exécrer. On a les Katmandou que l’on peut.

Il y a enfin cette compétition mortifère entre la communauté juive de France  et les Français de diverses origines. Le tapage médiatique de la Shoa par son omniprésence médiatique -  et ce, depuis  la parution de « nuits et brouillards », dans la foulée de la guerre des 6 jours -  excite les passions. Cette surmédiatisation  est vécue, à tort ou à raison, comme  une forme de chantage, une  justification, une légitimation de l’occupation de la Palestine et une forme d’excuse des exactions  du régime sioniste.

Un « 2 poids  2 mesures » est  agressivement revendiqué par le CRIF  qui s’est autoproclamé - sans rire- représentant de la communauté juive de France, au grand dam de bon nombre de nos compatriotes israélites. Plus grave, il est devenu le cheval de bataille de certains Français, hommes politiques (Valls, Sarkozy, Habib (  https://www.youtube.com/watch?v=R8dRTU_F8k0) et d’autres) et de divas du PAF   .

 La différence de traitements des mémoires collectives souligne outrageusement ce « 2 poids 2 mesures », ulcère les souvenirs encore douloureux et échauffe inutilement les esprits. Où réside l’égalité des citoyens quand la cause de l’un bénéficie d’une campagne médiatique débridée et savamment entretenue depuis un demi-siècle, tandis que celles des autres sont en butte au dénigrement systématique, aux cris, rageurs, de « pas de repentance ».

 Ce « 2 poids 2 mesures » est, à l’évidence,  le puissant catalyseur  de la réaction de pourrissement de la cohabitation entre la communauté juive et ces Français d’origine magrébine, d’Afrique subsaharienne et descendants d’esclaves de nos DOM et TOM. Le conflit israélo-palestinien alimente une dynamique suicidaire : il est devenu un problème intérieur majeur de la France.

C’est particulièrement choquant de voir et d’entendre un Zemmour https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130916/quelle-hecatombe-si-le-ridicule-tuait , un Finkielkraut, une Elizabeth Lévy, un B.H. Levy, tous juifs, débiter, à longueur de longueur d’ondes, les arguments des antisémites des années 30, leurs ennemis d’hier. Ils  prennent soin, toutefois, d’exciser  le mot « juifs » et de, lui substituer le mot « musulmans ». Ils se drapent, pour ce faire, hypocritement, dans la toge du chevalier blanc «  défenseur de la vertu de Marianne, de sa laïcité  et de sa culture ».

Mais si les intérêts de Marianne leur importaient, ils auraient fait montre de plus de loyauté envers elle en œuvrant à l’apaisement des tensions et des passions, au lieu de verser de l’huile sur le feu, comme ils le font. En tant que juifs, victimes de longue date de la calomnie et de l’essentialisation de leur religion, ils comprennent, mieux que nous tous, la portée de ce qui se trame contre l’Islam et les funestes conséquences en perspective pour tous les Français,  pour les  musulmans bien sûr, mais pour les juifs aussi.

 Certes, la détestation du musulman implique celle de l’arabe et donc celle du Palestinien : c’est un bénéfice qui tombe dans  l’escarcelle  sioniste israélienne, peut-être, mais aucunement dans celle de la France. Ne leur en déplaise, nous sommes tous sur la même galère.

Leur leitmotiv selon lequel les musulmans ne veulent pas s’intégrer - lancé par Sarkozy et ses suppôts - est puisé directement dans la boîte à outils du « parfait antisémite » d’antan ; on a changé le nom du bouc émissaire, c’est tout.

 Des juifs ne peuvent décemment pas user de tels arguments : leur histoire propre et ses légions de boucs émissaires immolés sur l’autel de l’ethnocentrisme le leur interdisent. De plus la comparaison est fausse.

 En effet, l’histoire atteste ce que montre Hannah Arrhent dans «  sur l’antisémitisme », (première partie de«  les origines du totalitarisme ») page12 : «  (…) la dissociation des juifs d’avec les non-juifs, et plus particulièrement d’avec les chrétiens, a pesé plus lourd dans l’histoire juive que l’inverse. La raison évidente en est que la préservation même du peuple juif, en tant qu’entité identifiable, dépendait de cette séparation voulue, et non pas, comme on l’a généralement cru, de l’hostilité des chrétiens et des non-juifs. Ce n’est qu’aux 19ième et 20ième siècles, après l’émancipation et la généralisation de l’assimilation, que l’antisémitisme joua un rôle dans la conservation de ce peuple, car c’est seulement depuis lors que les Juifs aspirent à être admis dans la société non juive ».

 Nos Finkielkraut, Zemmour et compagnie qui instrumentalisent le passé- ripoliné pour la circonstance- oublient de nous préciser que  cet auto-enfermement des juifs dans l’entre-soi, que relève Hannah Arrhent,  n’a été possible que parce qu’il ne concernait qu’une communauté peu nombreuse, baignant dans une culture unique. C’est  malhonnête d’enfermer l’Islam dans un tel schéma avec  ses 1,6 milliard d’adeptes. Réussir l’union des juifs, pourtant peu nombreux,  est déjà difficile, vouloir  celle de l’Islam ou du Christianisme, tient du pari stupide.

 L’ignorance des Français en matière d’Islam comme en matière de laïcité a rendu la tâche des uns et des autres des plus faciles.

Ma lettre ouverte adressée au Président de la République https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique  décrit l’escroquerie intellectuelle dont la laïcité a été victime  ainsi que les falsifications éhontées infligées à la loi du 09 décembre 1905- qui est pourtant sous la protection de la Constitution Française.

Peu  leur importe si la religion musulmane embrasse 1,6 milliard de personnes, d’innombrables cultures et se décline sous différentes obédiences clairement différenciées https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/270916/de-la-soi-disant-unicite-de-la-sharia-et-du-pseudo-monolithique-islam  parfois antagonistes, seul compte l’Islam essentialisé,  sculpté par leurs soins dans l’approximatif : « au pays des aveugles les borgnes sont rois ».

 S’il se présente aujourd’hui  sous les traits d’un « djihadiste de DAESH », cet islam essentialisé  avait, durant les années 80,  les traits  du  shiisme duodécimain  en proie à la révolution iranienne. Cette dernière était menée par un clergé puissant et structuré, obéissant à un patriarche qui se prévalait de la quintessence des vertus cardinales des papes (depuis Pie IX, du moins) : l’infaillibilité. 

 1979 est une date charnière, à plus d’un titre. L’Arabie Saoudite était encore toute tremblante d’indignation et de peur au souvenir de  « l’audace, de l’inconséquence  et de l’irresponsabilité » du  mauvais coup – choc pétrolier de 1973- du roi Fayçal contre les intérêts du protecteur américain de la dynastie des Saoud. Débarrassée du vieux  roi récalcitrant – assassiné par son entourage princier - comme un seul homme, la famille royale abandonna, à jamais, la cause palestinienne et entreprit de se faire pardonner en mettant son expertise - acquise dans le panislamisme  et le prosélytisme religieux - au service des Etats-Unis qui, déjà, « faisaient du pied » à la résistance afghane et au Pakistan de Ziah–Ul-Haq. Le wahhabisme fut le grand entremetteur de ce mariage de la «  carpe et du lapin ».

 Fin des années 70, donc, le pouvoir princier  qui avait pour ennemi  ses voisins laïcs (l’Egypte nassérienne, la Syrie, la République du Yémen et l’Irak) se découvrit une autre phobie : le shiisme révolutionnaire.

Contrairement  à  ce  que  l’on affirme - pour des raisons d’enfumage manifestes - la guerre de religion « Iran / Arabie Saoudite » - si guerre de religion il y a- est à rechercher dans la rivalité politique , contemporaine,  de ces 2 pays  et non dans d’hypothétiques soubresauts  de conflits nés, au Moyen- Age, d’une succession qui tourna mal et qui se termina par l’assassinat d’Ali puis de son fils Hussein.

Remarque I: Le shiisme a été minoritaire depuis toujours. Il n’est devenu religion d’Etat, en Iran, qu'en 1501, pour extirper la dynastie Safavide  de l’ombre de ses puissants voisins - la Turquie ottomane, totalement  sunnite, et la  Russie Tsariste partiellement. C’était  une transition religieuse et politique à usage interne, bien sûr ; elle signifiait : « eux, c’est eux et nous, c’est nous ». Au tournant du siècle, le clergé shiite duodécimain se muta en contre-pouvoir insolent. Le coup d’Etat de Reza Pahlavi (père du dernier Shah) - homme fort de l’ancien régime par la vertu  de sa légion cosaque - lui rogna les ergots. L’avènement de Khomeiny le ramena sur le devant de la scène. Plus forts que jamais, les mollahs confisquèrent  les pouvoirs  temporel et spirituel : l’Iran est depuis une théocratie.

Remarque II : Jusqu’à 1979, le régime du Shah d’Iran – qui grâce à sa police politique, la SAVAK, maintenait son peuple sous une chape de plomb  – était fort apprécié par  l’Arabie Saoudite, sa voisine .L’entente cordiale des 2 régimes baignait dans celle, non moins cordiale, des 2 obédiences wahhabite et  shiite duodécimain.

Concluons par un samizdat - d’un gaulois  manifestement révolté - prélevé sur un mur de ma bonne ville, Rennes. «  Les temps sont aux vents mauvais. Pendant que les gogos immodestes s’empoignent « va donc, eh, pourri ! Écarte ton minaret, il fait de l’ombre à ma bourre-cas », les larrons, en file indienne- impatients, certes, mais polis-  font assaut d’amabilités sur notre dos « je vous en prie, pénétrez. Non, faites donc,  tout l’honneur vous revient,  … ».

Que viennent des temps nouveaux qui s’adressent  à notre raison et non à nos passions ».

                                                                                                                   Belab.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre