Billet de blog 21 nov. 2011

Dan Franck écrit pour Oleg Evloev et Dmitri Tian

Amnesty International
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

AI France a demandé à des comédiens, écrivains, compositeurs, réalisateurs, journalistes, de donner leur regard personnel sur une personne en danger mise en lumière durant le Marathon des Signatures. François Morel, Jean-Claude Guillebaud, Dan Franck, Nicolas Lambert, Coline Serreau, Marc Kravetz, Nicolas Bonneau, Franck Pavloff, Agnès Bihl,Romain Goupil, Milk, Coffee and Sugar, Gérard Mordillat, se sont prêtés au jeu, en toute liberté, afin d'offrir un éclairage et un point de vue personnel, une perspective différente sur la personne.

Des textes librement inspirés de la situation proposée, qui n'engagent que leur auteur. Des textes d'une très grande qualité que nous présentons en avant-première dans le cadre de cette édition.

Avec Amnesty International, le 3 décembre, agissez sur www.marathondessignatures.com !

Aujourd'hui pour Oleg Evloev et Dmitri Tian, Dan Franck.

Le Kazakhstan est une République devenue indépendante depuis l'éclatement de l'URSS. Le pays a une croissance économique raisonnable, on y vote de temps en temps, son représentant parle parfois à l'Assemblée générale de l'ONU. Bref, rien que d'assez normal. Côté pile au moins.

Côté face, c'est une autre histoire. Les présidents élus avec 91% des voix (Noursoultan Nazarbaïeven 2005, décrété depuis chef de la nation, jouissant d'une impunité totale) dirigent rarement des démocraties véritables. L'habit ne fait pas ce moine-là. Au-delà d'un certain score, il convient d'aller y voir de plus près. Et on découvre généralement les mêmes paysages, tous funestes, faits d'inacceptables barbaries. Le Kazakhstan est une République indépendante, douée d'une croissance économique acceptable, d'un droit de vote discutable et de pratiques insupportables. On y emprisonne allègrement, souvent sans preuves, on y torture à peu près systématiquement des individus arrêtés sans motif bien défini. Il y a deux ans, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture dénonçait les mauvais traitements infligés aux détenus. La Cour européenne des Droits de l'Homme s'alarmait à la même époque du risque pesant sur tout suspect arrêté de subir un traitement dégradant et d'être soumis à des brutalités. Cela sans raison particulière. Les victimes sont souvent des membres de partis islamistes interdits, des personnes appartenant à des minorités religieuses, des demandeurs d'asile. Ou encore de simples témoins, comme Dmitri Tian, convoqué en octobre 2008 au poste de police d'Astana comme témoin dans une affaire de meurtre, matraqué et torturé, emprisonné depuis sans jugement alors que les charges pesant contre lui demeurent inconnues. Quant à son compatriote Oleg Evloev, son sort paraît d'autant plus incertain que nul n'a reçu de nouvelles depuis plusieurs mois, personne ne sachant exactement ce qui lui est reproché et même s'il vit encore.

Le Kazakhstan est une république indépendante dont la croissance économique, le droit de vote et quelques parades démocratiques masquent un régime où la présomption d'innocence est rarement respectée et souvent violée, où les parents des suspects sont eux-mêmes accusés, où les droits de l'homme sont régulièrement bafoués.

Côté pile, côté face : la pièce reste la même, fausse monnaie et décadence, honte et colère.

Dan Franck

Avec Amnesty International, le 3 décembre, agissez sur www.marathondessignatures.com !

L'auteur

Après des études en sociologie à l'Université de la Sorbonne, il fait quelques petits boulots avant de commencer ce qui lui tient à cœur, le métier d'écrivain. Il reçoit le prix du premier roman en 1980 pour Les Calendes grecques. Dan Franck écrit aussi en collaboration avec d'autres auteurs tels qu'Enki Bilal et Jean Vautrin, avec lequel il a conçu la série de neuf romans publiée chez Fayard, Les Aventures de Boro, reporter photographe. Il est aussi scénariste pour le cinéma et la télévision. Il a écrit le scénario de Carlos, sélection officielle au festival de Cannes 2010. En 2012, il travaille sur la série Les Hommes de l'ombre, avec Nathalie Bayle (France 2). Photo : Sandrine Roudeix.

En savoir plus sur Oleg Evloev et Dmitri Tian, torturés afin d'obtenir leurs aveux

En savoir plus sur la torture au Kazakhstan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof