mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart mar. 9 févr. 2016 9/2/2016 Édition de la mi-journée

Des ministres et des blogs

Il y a les anciens et les nouveaux, les assidus et ceux qui se font rares. Et celui qui dirige aujourd'hui le gouvernement. Petite revue de la présence ministérielle dans le Club de Mediapart. Christiane Taubira, ministre de la Justice, a ouvert son blog en mars, pendant la campagne, pour saluer la promesse de François Hollande de supprimer le mot race de la Constitution.

Il y a les anciens et les nouveaux, les assidus et ceux qui se font rares. Et celui qui dirige aujourd'hui le gouvernement. Petite revue de la présence ministérielle dans le Club de Mediapart. Christiane Taubira, ministre de la Justice, a ouvert son blog en mars, pendant la campagne, pour saluer la promesse de François Hollande de supprimer le mot race de la Constitution. Son dernier billet en date, publié le 15 mai, à la veille de sa nomination, prenait ses distances avec Jules Ferry : « Nul n’est tenu de me suivre, mais à Jules Ferry je préfère Condorcet, marquis de son titre, et Jean Zay, ministre de l’Education de Léon Blum. » « Chère membre du club, Madame La Ministre, je pleure de joie… », lui répond Dianne le lendemain, tandis que Pierre Kirool s'interroge : « Bon ben vu la composition du gouvernement, je sens que je vais attendre une réponse longtemps. M'enfin elle écrit bien Madame la ministre. »

Nicole Bricq, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, est sénatrice quand elle ouvre son blog, Une socialiste à la Commission des Finances du Sénat, le 26 mars 2009, avec des Propositions sur l'encadrement et la limitation des rémunérations des dirigeants d’entreprise. En mai de la même année, elle défend une fiscalité carbone, alternative à la taxe que souhaite mettre en place Nicolas Sarkozy : « À cette fin, nous faisons le choix, à l'instar d'autres pays européens, d'une fiscalité carbone universelle qui envoie à tous les agents économiques, ménages, institutions et entreprises le même “signal prix”. Cette fiscalité se distingue radicalement d'une « recette » qui rapporte au budget de l'Etat. Elle est incitative et son acceptation repose sur un accompagnement redistributif pour les ménages modestes comme pour les entreprises qui n'auraient pas les moyens de s'adapter. » En juin 2010, elle défend la possibilité des recours collectifs en justice.

Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, abonné de longue date, a commencé à utiliser son blog à l'occasion des primaires du Parti socialiste. Mais son premier article vient au lendemain des élections européennes de 2009, qui voient un Edwy Plenel consterné apostropher « ces socialistes qui nous désespèrent ». Arnaud Montebourg lui répond dans cette Lettre d'un socialiste qui espère. Oui, constate déjà le secrétaire national du PS à la rénovation, député et président du conseil général de Saône-et-Loire, « il faudra certainement en rabattre sur notre naïveté internationaliste qui a fait l'alpha et l'oméga de nos choix en faveur d'une mondialisation qui ne pouvait pas être la nôtre ». Mais pour reconquérir l'électorat, ce sont les primaires qu'il faut mettre en place, affirme-t-il : « Cette démocratisation de la désignation du candidat à l'élection présidentielle n'est pas anecdotique ou procédurale ; c'est un acte d'une audace stratégique majeure destiné à organiser par nous mêmes et pour nous mêmes notre propre dépassement en reprenant pied dans la société, qui nous a retiré sa confiance. »

Mention particulière pour Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication, qui, si elle ne tient pas de blog sur Mediapart, a proposé à nos lecteurs, en mars dernier, un beau texte programmatique, Octets et défis, ou ce que pourrait être une nouvelle politique culturelle à l'heure du numérique.

Marylise Lebranchu, ministre de la réforme de l'État, de la décentralisation et de la fonction publique, s'est intéressée à l'affaire Karachi : « Au-delà des suspicions, nous devons la vérité aux familles », écrit-elle en novembre 2010 sur son blog. En février 2010, l'ancienne garde des Sceaux s'était adressée aux policiers dans une lettre ouverte où elle s'élevait conre la politique du chiffre et plaidait pour une prise en compte des revendications policières.

Victorin Lurel, ministre des outre-mer, n'est pas allé jusqu'à ouvrir un blog, mais s'est adressé plusieurs fois aux lecteurs de Mediapart dans différentes tribunes. Signalons l'hypothèse, formulée en juillet 2011, que Nicolas Sarkozy ne soit pas le candidat de la droite pour 2012, ou encore, pour ce président du Conseil général de Gualdeloupe, son opposition à Lucette Michaux-Chevry sur la question de l'ouverture d'un centre d'hébergment à Basse-Terre, sa bataille contre Marie-Luce Penchard, alors ministre de l'outre-mer, à l'occasion des élections régionales de 2010, et plus récemment son refus d'accueillir Claude Guéant, à la suite des « propos consternants sur la hiérarchie des civilisations » tenus par le ministre de l'Intérieur.

George Pau-Langevin, ministre déléguée auprès du ministre de l'éducation nationale, chargée de la réussite éducative, est une abonnée discrète. Elle s'est néanmoins exprimée à l'occasion des révélations de Mediapart sur la mise en œuvre de discriminations dans le football français : contre l'idée qu'il y aurait « trop de noirs dans le foot », « ce qui me gêne », estimait-elle, « c'est de ne pas voir assez de minorités dites visibles dans d'autres domaines », poursuivant : « Il faut permettre aux jeunes des quartiers populaires de s'épanouir par le sport ou la musique, mais aussi dans la vie sociale, dans l'entreprise, dans la représentation politique.»

Michèle Delaunay, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes âgées et de la dépendance, est arrivée en septembre 2011 sur Mediapart, pour saluer la victoire de la gauche aux élections sénatoriales. Députée de Bordeaux, médecin, elle s'est aussi intéressée à la gestion municipale d'Alain Juppé (ici et ), ou encore à l'interdiction du bisphénol A.

Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre de l'économie, des finances et du commerce extérieur, chargé de l'économie sociale et solidaire, a été présent sur Mediapart à travers l'édition participative Un monde d'avance, du nom de son courant à la gauche du Parti socialiste. À revoir, une vidéo dans laquelle il s'exprime notamment sur la reconquête du travail.

Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille, a été photographiée par Xavier Lahache. Elle souhaitait alors, en octobre 2011, après la défaite de Ségolène Royal aux primaires, « une gauche iconoclaste ».

Jean-Marc Ayrault, premier ministre, saura-t-il répondre à son attente ? En décembre 2009, le maire de Nantes est à Copenhague « pour porter officiellement la voix des villes ». Une unique incursion dans les blogs de Mediapart, qui permet aujourd'hui de relire ses engagements pour le climat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Samedi 2 juin 2012

Et puisque j'ai l'esprit qui galope par trop et qu'en certains endroits, on sait ne pas répondre, je me suis corrigé. Le responsable des conséquences et  de ces états de silence, c'est MôâH ! Ceci a nécessité une bonne dizaine de jours (il faut dire que l'état en question a été crescendo chez Médiapart depuis le 20 août 2010 (sain bernard) où je me suis inscrit et donc le 20 mai 12 (sain bernardin) où j'ai commencé à faire de l'apné pendant 10 jours, pour remonter le 30, me mettre sur le 31, rencontrer un "miracle" le 1er juin (pas le premier miracle...) Un miracle laïque dirait un médiapartivore) et ç'a me dit ce samedi 2 d'annoncer le retrait d'un retraité qui fut très dépendant de son allergie (allergie à l'injustice, contactée en septembre 1973, en pleine époque, enfin en fin des fameuses Glorieuses, sous l'ère Gaullisme AOC, dite aussi kaki doré...). Dans les prochains "stages" d'umour que j'ai prévus, j'aborderai l'histoire de la 5ème en 3 tandems dont 2 sur 3 , constitués du Fondateur et de 3 héritiers...

 

Plus sérieusement, Géraldine, auteure du billet auquel je suis venu répondre, comme si c'était la toute première fois que vous en éditiez, j'ai montré mon ignorance du Journal et de ses ressources (dont le club). Et puis éparpillé ici et ailleurs, rien d'étonnant à des faux-pas. Ajoutant à ce tableau, une faiblesse technique insigne, il est évident que j'ai peu à attendre de tous ces pros du Web, doublés dans un bon pourcentage de savoirs et de talents affirmés.

Pour finir, j'ai été submergé, bien que toujours debout sur le Grand Rouleau (15 ans après Retraite trop stationnaire - et à reconsidérer, donc boulot nécessaire) et me suis trouvé une route "Jaurès" mieux utilisée. Plus sérieusement, je vous ai aperçue hier, prête à relayer les lecteurs en direction de Frédéric Bonnaud (aïe ! j'espère ICI ne pas avoir écorché le nom), chef d'orchestre  de bien des pros de la Rédaction et de leur Boss qui bossent Vrai...

Bon, je stoppe en regrettant de ne pas avoir été tancé par vous et de penser que vous n'allâtes nulle part pour informer d'autres destinataires de courriers remis au 138. Déçu aussi de votre total silence pour les commentateurs montés dans le même wagon que moi ci-dessus.

M. Challalli ci-dessus ? Je vous certifie que je ne recherche pas du négatif...mais vérité;..
Merci ! Bon WE !

Bernard 

   .

20/8/10 - 20/5/12 = 21 mois. A la décharge de cette éclipse chez MDP est que je suis devenu un pois(s)on rouge destiné à en découdre avec tout ce qui était UMP et son 

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

L'édition

suivi par 28 abonnés

Pol en stock

À propos de l'édition
Echos, récits, témoignages, petites phrases, bribes et morceaux de choix, choses vues, entendues, enquêtées, sons, photos, vidéos. Avec Pol en stock, les reporters de Mediapart ouvrent leurs carnets de note et fouillent le web. Bienvenue en coulisses. Pas de tabous, on vous dit tout.

mots-clés