Un rapport de l'OMS analyse l'application de la Résolution Transparence en Europe

"A quelques mois des élections présidentielles, en France, aucun-e candidat-e ne sera crédible sans un programme garantissant la transparence totale sur la chaîne du médicament et une réappropriation collective de la production pharmaceutiques sous la forme d’une production publique du médicament. Ce rapport de l’OMS-Europe contribue à éclairer le débat public sur ces enjeux vitaux et urgents."

mini-logo

 

Communiqué de presse – OTMeds (Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament)

4 août 2021

 

En mai 2019, l'Assemblée Mondiale de la Santé, qui réunit annuellement les États membres de l'OMS, adoptait la résolution WHA72.8, dite « Résolution Transparence », appelant les pays à produire notamment des informations telles que les prix des médicaments et produits de santé, le montant des aides publiques reçues, informations indispensables pour éclairer les prix des produits de santé et guider les politiques publiques. L'explosion des prix des produits pharmaceutiques est une menace pour la pérennité de nos systèmes de santé et tout doit être fait pour évaluer la légitimité de ces tarifs et redonner du pouvoir aux régulateurs publics dans les négociations.

Deux ans après cette résolution, un rapport du bureau Europe de l'OMS fait un état des lieux de cette transparence dans la région. Le document s'appuie sur des publications et l'analyse d'expert-es, dont OTMeds (cités pages 17 et 18). Il permet d'identifier des mesures qui existaient avant la résolution (par exemple en Suisse), des pays qui ont fait avancer leur réglementation depuis (l'Italie), et des pays où un processus a été enclenché comme en France (où des amendements ont été adoptés par le Parlement deux années de suite, mais où le décret d'application d'une mesure encore insuffisante n'a toujours pas été signé).

Les auteurs rappellent qu'une bonne gouvernance en santé est incompatible avec l'opacité qu'entretiennent des accords avec les entreprises du médicament renforçant un « secret industriel ».

La crise du COVID-19 illustre chaque jour les conséquences de l’opacité sur les marchés pharmaceutiques. A quelques mois des élections présidentielles, en France, aucun-e candidat-e ne sera crédible sans un programme garantissant la transparence totale sur la chaîne du médicament et une réappropriation collective de la production pharmaceutiques sous la forme d’une production publique du médicament. Ce rapport de l’OMS-Europe contribue à éclairer le débat public sur ces enjeux vitaux et urgents.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.