Billet de blog 13 mai 2020

Le nouveau chantage de Sanofi doit amener à sortir la santé des logiques de marché

Sanofi annonce aujourd’hui vouloir fournir en priorité aux États-Unis le vaccin contre le COVID-19 en cours de développement, au motif que les autorités de ce pays auraient davantage participé à son financement que d'autres pays. L'article de Bloomberg qui documente l'annonce rappelle à quel point le système de recherche, développement et production des médicaments et biens de santé est vicié.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament  Mercredi 13 mai 2020

COVID-19 et vaccins : le nouveau chantage de Sanofi doit amener à sortir la santé des logiques de marché et de profits

 Le PDG de Sanofi annonce aujourd’hui vouloir fournir en priorité aux États-Unis le vaccin contre le COVID-19 en cours de développement, au motif que les autorités de ce pays auraient davantage participé à son financement que d'autres pays. L'article de Bloomberg qui documente l'annonce rappelle à quel point le système de recherche, développement et production des médicaments et biens de santé est vicié : 

  • L'annonce de Sanofi n'est ni plus ni moins qu'un chantage : « Si vous n'enrichissez pas plus nos actionnaires, à travers une augmentation de la contribution publique à la recherche, vous n'aurez rien ». Il doit être traité comme tel par les pouvoirs publics français. Ce chantage s’ajoute à celui déjà exercé ces dernières semaines par l'industrie pharmaceutique, exigeant une hausse des prix des médicaments, déjà exorbitants, notamment ceux pour lesquels ont eu lieu des pénuries. De façon mensongère, ils rendent les prix des génériques responsables des ruptures de stock, et en profitent pour demander davantage d’aides publiques, afin de relocaliser la production et lutter contre les ruptures d'approvisionnement – dont la logique de profits est pourtant entièrement responsable.
  • Sanofi veut plus d’aides publiques, mais refuse la transparence sur celle-ci. Les industriels du médicament refusent la transparence sur la chaine de production des médicaments et notamment sur l’argent public qu’ils reçoivent à différentes étapes et sous différentes formes (Par exemple, le Crédit impôt recherche. Pour Sanofi, celui-ci s’élève à au moins 1,5 milliards sur dix ans alors que la firme a supprimé 2800 postes de chercheurs dans le même temps[1]).
  • Sanofi refuse l'investissement et le risque inhérent à une recherche clinique sur un nouveau produit sauf s'il est garanti par l’État. Alors même que l'industrie privée justifie les prix exorbitants qu'elle impose à ses produits au nom du risque qu'elle prendrait, on voit bien à quel point cette justification est mensongère. Le risque est assumé par le public, seuls les profits sont privés.
  • Sanofi n'est pas une entreprise française au service de la santé et de l'intérêt commun, mais un géant multinational obéissant à des logiques de profits au service des actionnaires. Sanofi ne se sent pas redevable des aides publiques françaises conséquentes, et pour lesquelles le gouvernement Édouard Philippe a refusé de mettre en place une transparence pourtant indispensable[2].
  • Cette nouvelle annonce est faite alors même que Sanofi redistribue à ses actionnaires, en pleine crise économique et sociale liées au COVID-19, quatre milliards d'euros de dividendes. 80 % du chiffre d'affaires de Sanofi repose sur le remboursement des médicaments par l'Assurance Maladie. Nous payons donc les médicaments de Sanofi deux fois : une fois par un soutien public à la recherche, une fois par ses remboursements. Sanofi estime ce racket insuffisant et procède à un chantage supplémentaire.
  • Le 2 mai dernier, Mediapart révélait que le financement français pour la recherche vaccinale était très insuffisant. Bien que scandaleuse et injustifiée, la décision de Sanofi de privilégier les États-Unis confirme le manque de transparence sur le fléchage des subventions annoncées.
  • Le système actuel encourage les inégalités mondiales dans l'accès aux traitements, vaccins, diagnostics ou produits de santé. La concurrence imposée par Sanofi entre les citoyen-nes des Etats-Unis et les autres est scandaleuse, mais n'est pas nouvelle. C'est la même concurrence qu'inflige depuis 30 ans l'industrie aux malades du sida, du cancer, du diabète, de la tuberculose, des pays pauvres ou à revenus intermédiaires, privés pour de pures raisons de profits, des innovations dont nous bénéficions dans les pays riches.

Jusqu'à présent, Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Agnès Buzyn puis Olivier Véran ont accepté toutes les pratiques de l'industrie pharmaceutique. Alors que leur politique en la matière ne sert que les intérêts des actionnaires et non ceux de la santé, Sanofi leur inflige une nouvelle humiliation avec cette annonce. Cela va-t-il enfin les amener à changer de politique ? Plus que jamais, nous avons besoin :

  • D'une transparence, qui peut s'établir par décret, sur toute la chaine du médicament, notamment sur les aides publiques à la recherche et au développement (cf. notre check-list de la transparence).
  • Cette transparence sur les aides publiques à la recherche doit s'accompagner d'une conditionnalité émise sur les produits qui en seront les fruits. Des médicaments, vaccins, tests, produits de santé développés grâce à l'argent public ne peuvent être brevetés par des groupes privés ni vendus à des prix exorbitants. Les modalités de fixation du prix des médicaments ne peut se faire qu’à la lumière d’éléments rationnels, dont les montants des contributions à la R&D.
  • D'une réquisition immédiate des moyens de production de Sanofi pour produire les médicaments dont nous avons besoin, et notamment tous ceux en « tension »
  • D'une mise en place d’une chaine de production nationale publique et d’une planification sanitaire, en coordination avec les pays européens et capable d’exporter vers les pays à ressources limités.
  • D'une coopération internationale qui garantisse à tous l'accès aux innovations en santé, et non aux seuls ressortissants des pays riches.

 [1] Depuis 10 ans, Sanofi reçoit au titre du Crédit Impôt Recherche 150 millions d'euros – sans compter toutes les nombreuses aides publiques supplémentaires. Pourtant, Sanofi a supprimé sur cette même période plus de 2800 postes de recherche et abandonné des pans entiers, comme Alzheimer. Le laboratoire n'innove pas, mais dépose des brevets sur des molécules très anciennes comme l'insuline ou  une combinaison de deux antituberculeux, l’isoniazide et la rifapentine, vieux de plusieurs décennies (Sanofi n’en a découvert aucun des deux), dont l’un n’a jamais été breveté et dont l’autre est tombé dans le domaine public. L’intérêt thérapeutique de la combinaison était par ailleurs déjà connue, mais Sanofi cherche désormais à breveter de nouvelles formes adultes et pédiatriques de cette combinaison, dont la non-toxicité a été démontrée grâce à…de l’argent public.

[2] Revoir le débat à l’Assemblée Nationale en octobre 2019 https://www.youtube.com/watch?v=BGpCy7TEsnU&t=1s

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d'un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Au sixième mois de leur prise du pouvoir, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin