Billet de blog 13 juin 2021

G7/Covid-19 : Macron est-il vraiment en train de défendre la levée des brevets ?

Emmanuel Macron est-il en train de défendre la levée des brevets au G7, comme il l'avait affirmé jeudi ? La contribution française à un projet de compte-rendu commun des discussions fait planer le doute sur la volonté politique du président de la République.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

OTMeds - Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament

Emmanuel Macron est-il en train de défendre la levée des brevets au G7, comme il l'avait affirmé jeudi ? La contribution française à un projet de compte-rendu commun des discussions fait planer le doute sur la volonté politique du président de la République.

Ce document qui circulait dès vendredi, comprend, dans la partie consacrée aux discussions sur la réponse des pays les plus riches à la pandémie, un rajout de la délégation française1. Or, ce rajout n'apporte aucun soutien explicite à la demande, déposée initialement par l'Inde et l'Afrique du sud début octobre 2020, de lever toutes les barrières de propriété intellectuelle sur les technologies développées contre le COVID-19. Il ne cite pas non plus l'article IX de l'accord de Marrakech qui a fondé l'OMC et sur lequel s'appuie la demande de levée.

Dans ce même paragraphe, la délégation française vante les effets soi-disant positifs des licences volontaires et des transferts de technologie mutuellement consenties. Le manque dramatique de vaccins dans les pays pauvres et les morts que cette pénurie engendre prouvent pourtant les limites de cette option défendue depuis un an par les pays riches. Aucun laboratoire n’a répondu à la proposition d’une mise en commun des brevets au sein de l'Organisation Mondiale de la Santé. De plus, les exemples se multiplient de nombreux producteurs en capacité d'apporter leur contribution à la fabrication de vaccins, mais à qui les détenteurs de brevets refusent depuis des mois la moindre licence. Si la levée des brevets est indispensable, c’est bien parce que toutes les initiatives volontaires restent très insuffisantes. La conférence de presse qu'Emmanuel Macron a tenue jeudi laissait espérer que lui et ses conseillers l'avaient enfin compris.

Ce dimanche, le chef de l'État doit dissiper les doutes que ce projet de compte-rendu fait légitimement naître après des semaines de prises de position contradictoires. Au sein du G7, comme il s'y est engagé, il doit appeler ses homologues qui s'y opposent encore à défendre la demande de levée des barrières de propriété intellectuelle déposée par l'Afrique du sud et l'Inde. Il en va de milliers de vies par jour, de la fin de la pandémie et du droit à la santé.

_________

Nos tribunes sur les vaccins contre le COVID-19 :

_____________

1« Noting the need for equitable access, we will engage constructively with discussions at the WTO on the role of intellectual property consistent with the full implementation of the TRIPS agreement and the 2001 Doha Declaration on the TRIPS agreement and Public Health. Intellectual property is not and should not be an obstacle to equitable access. We note the positive impact that voluntary licensing and technology transfer on mutually agreed terms have already made to increasing global supply. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique