Pourquoi la gauche doit rompre avec Georges Frêche

La politique est un langage. Et les mots y sont bavards, au-delà de ce qu'ils nomment. Ils disent l'idée que l'on s'en fait, la façon dont on la pratique, les idéaux qui l'inspirent.

La politique est un langage. Et les mots y sont bavards, au-delà de ce qu'ils nomment. Ils disent l'idée que l'on s'en fait, la façon dont on la pratique, les idéaux qui l'inspirent. En ce sens, le verbe musclé de Georges Frêche ne se résume pas à des dérapages. Il dit sa vérité, celle que l'on retrouve dans cette confidence, rapportée par L'Express: «Avec Sarkozy, on se ressemble comme deux gouttes d'eau.» Tirée du portrait qu'a consacré, cette semaine, l'hebdomadaire au président sortant de la région Languedoc-Roussillon, cette phrase a été très peu relevée, encore moins commentée. Politiquement, elle me semble pourtant plus essentielle que cet énième dérapage, dans le même article, sur la «tronche pas catholique» de Laurent Fabius qui a, enfin, sorti le Parti socialiste de sa complaisante torpeur à l'endroit de Georges Frêche.

Le sarkozysme en effet – et nous n'avons cessé, à Mediapart, de le démontrer par les faits, jusqu'à notre livre récent – ne se résume pas à une classique politique de droite. Par sa façon de faire et par sa manière de dire, il témoigne d'une nécrose démocratique qui prolonge et approfondit, exacerbe et hystérise, les travers, faiblesses et insuffisances de notre culture politique nationale, ramenée au pouvoir d'un seul, à son caractère et à ses foucades, à ses humeurs et à ses obsessions, à son absolutisme et à son clientélisme. Nous en révélant les dangers et les risques, les imprévoyances et les inconséquences, il nous oblige à relever le défi d'exigences démocratiques trop longtemps contenues sous les précédents pouvoirs, de gauche comme de droite.

C'est pourquoi, et mieux vaut tard que jamais, le Parti socialiste comprend soudain que le cas Frêche n'est pas une originalité locale, mais un handicap national. On ne peut prétendre affronter demain Nicolas Sarkozy et tolérer aujourd'hui Georges Frêche. On ne peut affirmer incarner nationalement une alternative, c'est-à-dire une authentique différence sur le fond comme dans la forme, et accepter localement un pouvoir sans partage, aussi démagogue qu'autocrate. Bref, il faut prendre Georges Frêche au mot, et en tirer les conséquences : puisque frêchisme et sarkozysme se ressemblent « comme deux gouttes d'eau », la gauche doit clairement rompre avec le premier si elle veut vraiment battre le second.

Ses supporters objecteront que Georges Frêche a été de tous les combats de la gauche depuis ses premiers engagements politiques et que sa politique d'élu local est profondément sociale. S'agissant du premier argument, on répondra qu'il ne suffit pas d'avoir été pour être. Dans les temps de transition, d'incertitude et d'instabilité qui sont les nôtres, les contours de la gauche ne relèvent pas d'un héritage passé mais d'une actualité présente. Après tout, nous avons vu, en 2007, un homme (Eric Besson) et une femme (Fadela Amara) passer sans transition du Parti socialiste à l'UMP de l'identité nationale et du paquet fiscal.

Au-delà d'une pratique gestionnaire du pouvoir totalement confiscatoire, non délibérative et très égocentrique, on se demande donc bien en quoi sont de gauche plutôt que de droite le clientélisme communautariste pratiqué de longue date par Georges Frêche, sa vision méprisante de ses propres électeurs qualifiés de «cons» malléables à merci, sa promotion incessante d'un passé antiquaire où le bilan positif de la colonisation a toujours été en bonne place, son alignement sur la vulgate anti-musulmane du choc des civilisations autour de la question proche-orientale avec sa position aveuglément pro-israélienne, sa fascination revendiquée sans aucune nuance pour l'actuel autocratisme dictatorial chinois – etc., etc. ... tant la liste n'est pas exhaustive.

Chez Georges Frêche, le pouvoir est la seule constante: s'y maintenir, coûte que coûte. Et, de fait, cela dure depuis bientôt 37 ans, Frêche ayant été élu à Montpellier député pour la première fois en 1973, puis maire de la ville en 1977. Que son étiquette, ses alliances, ses relais soient apparemment de gauche ne définit aucunement son identité politique qui, en vérité, se résume à sa seule personne. S'il en fallait une seule preuve, elle est assénée au centuple par les ruptures, menaces subies et disgrâces forcées de toutes celles et de tous ceux, dont l'actuelle maire de Montpellier, Hélène Mandroux, qui ont osé se dissocier, se démarquer ou s'éloigner alors même qu'ils appartiennent à la même famille politique. En frêchisme, comme en sarkozysme, on est avec ou on est contre, sans entre deux. Pas de place à la nuance, à la diversité, à la contradiction. Avec moi ou contre moi, tel est le seul vrai programme politique.

Quant à l'aspect social de sa politique, il n'est pas certain que la réalité lui en donne quitus, et c'est bien pourquoi la fuite en avant démagogique, par l'outrance et la provocation, la force du verbe et l'intimidation des adversaires, lui tient déjà lieu de refrain de campagne. Avec 12,8% de chômeurs, le Languedoc tient socialement la lanterne rouge de l'Hexagone, bon dernier dans la plupart des indicateurs sociaux et gratifié du PIB par habitant le plus faible de France. Mais, surtout, on ne saurait trop inviter les socialistes locaux et leurs soutiens nationaux à relire leurs classiques, voire, dans le cas de Vincent Peillon, philosophe de métier, leurs propres ouvrages (sur Jean Jaurès ou sur Ferdinand Buisson), pour se rappeler qu'on ne peut dissocier la question sociale de la question démocratique.

C'est ici qu'il faut en revenir au langage. Longtemps monopole médiatique de Jean-Marie Le Pen, le registre transgressif de Georges Frêche, où le dérapage verbal est immédiatement suivi d'une posture de victimisation dénonçant les élites (forcément parisiennes) et le politiquement correct (évidemment bourgeois), est l'habituelle ruse de tous les manipulateurs d'opinion et de foule les moins soucieux de l'émancipation des masses. En l'espèce, la vulgarité et la grossièreté n'ont rien d'authentiquement populaire, mais traduisent au contraire le mépris et le dédain du peuple chez un intellectuel titré, agrégé et universitaire, professeur de droit romain, qui a choisi ce registre pour s'imposer et dominer. A gauche, ce rôle de composition n'est pas nouveau : il fut souvent celui choisi par ceux, lettrés ou bureaucrates, qui détournèrent à leur profit les causes ouvrière et paysanne.

Nul hasard, par exemple, si ceux qui s'opposèrent au stalinisme, à son imposture communiste et à ses crimes totalitaires, firent de la correction de la langue comme du comportement une question politique centrale. On trouve ainsi chez Léon Trotsky, dans Questions du mode de vie, ouvrage publié en 1923, donc aux premières années de la révolution soviétique, un réquisitoire contre la bureaucratie placé sur le terrain de la politesse et du langage. «Les égards et la politesse comme conditions nécessaires à des relations harmonieuses» est le titre d'un chapitre, suivi d'un autre, ainsi intitulé: «Il faut lutter pour un langage châtié.» Staline, l'homme qui devait ordonner son assassinat en 1940, n'avait pas encore imposé sa dictature, mais la caste qui allait le promouvoir prenait ses marques, avec une grossièreté brutale comme signe distinctif.

«La grossièreté du langage est un héritage de l'esclavage, de l'humiliation, du mépris de la dignité humaine, celle d'autrui, et la sienne propre», écrit Trotsky qui ajoute que, «dans la bouche d'un maître», c'est «l'expression d'une supériorité de classe, d'un bon droit esclavagiste, inébranlable». Et de conclure: «La lutte contre la grossièreté fait partie de la lutte pour la pureté, la clarté, la beauté du langage.» Au cas où la référence au fondateur de l'armée rouge troublerait certains lecteurs, quelque peu oublieux de ce que fut l'opposition au stalinisme, j'y ajoute volontiers cet autre opposant déterminé, mais sur le versant socialiste libertaire, George Orwell, dont la common decency, cette décence commune propre aux opprimés, se voulait l'exact contraire de la grossièreté politique imposée au mouvement ouvrier par le communisme stalinien.

Pour reprendre la définition qu'en a donné Jean-Claude Michéa, spécialiste d'Orwell habitant justement Montpellier, le frêchisme est à l'opposé de ce « sentiment intuitif des choses qui ne doivent pas se faire, non seulement si l'on veut rester digne de sa propre humanité, mais surtout si l'on cherche à maintenir les conditions d'une existence quotidienne véritablement commune». A cette aune, les provocations de Georges Frêche sont bavardes tant, loin de cet idéal partagé, elles opposent et divisent, compartimentent et segmentent. Des noirs aux harkis, en passant par les femmes musulmanes voilées ou l'implicite antisémite de ce Fabius à la «tronche pas catholique», ses cibles ne sont jamais anodines, convoquant toutes un imaginaire de l'étrange étranger, de l'immigré envahissant; bref, de l'autre pas comme nous, jamais comme nous, dont la différence est, au bout du compte, de trop.

Il y a certes bien longtemps que le Parti socialiste aurait dû s'en émouvoir. Et ses alliés nationaux, opposés localement à Georges Frêche, sont légitimes à le lui rappeler. Mais on ne saurait aujourd'hui faire reproche de ce coûteux retard maintenant qu'il se transforme en une évidente ponctualité politique. «Le socialisme est une morale», écrivait en 1894 un jeune député dont les viticulteurs du Languedoc honorent la mémoire. Il se nommait Jean Jaurès, et il serait peut-être temps que les socialistes s'efforcent enfin de lui donner raison.

 

Post-scriptum-1, le 4 février 2010: Jean-Pierre Mignard prolonge la discussion en répondant à ce billet sur son blog. C'est à lire ici.

Post-scriptum-2, le 7 février 2010: le cas Frêche a été le sujet de mon débat hebdomadaire avec Alain Genestar sur France Info. C'est à écouter ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.