Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

296 Billets

4 Éditions

Billet de blog 9 janv. 2014

Presse : la mobilisation pour l’égalité fiscale s’amplifie

Grâce à votre soutien, notre campagne pour l’égalité fiscale entre presse numérique et presse imprimée, face à des contrôles fiscaux discriminatoires, marque ses premiers points. C’est d’abord, une position unanime prise, mercredi 8 janvier, par toutes les organisations professionnelles de la presse. C’est ensuite, une réunion convoquée sur le sujet à l’hôtel Matignon, à l’initiative du premier ministre, le vendredi 17 janvier.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Grâce à votre soutien, notre campagne pour l’égalité fiscale entre presse numérique et presse imprimée, face à des contrôles fiscaux discriminatoires, marque ses premiers points. C’est d’abord, une position unanime prise, mercredi 8 janvier, par toutes les organisations professionnelles de la presse. C’est ensuite, une réunion convoquée sur le sujet à l’hôtel Matignon, à l’initiative du premier ministre, le vendredi 17 janvier.

D’un mal, un bien. La mobilisation lancée après des contrôles fiscaux abusifs visant la presse en ligne, et notamment Mediapart, obtient ses premiers résultats. Rappelons que, si nous ne contestons aucunement le principe de contrôles fiscaux sur nos entreprises, et encore moins le devoir fiscal qui nous oblige comme tout un chacun, nous contestons en revanche des contrôles fiscaux discriminatoires car voulant appliquer une TVA à 19,6 % sur nos abonnements, qui sont notre seule recette, alors qu’elle est de 2,1 % pour toute la presse. Lesquels contrôles fiscaux, initiés et validés au sommet de l’administration de Bercy, sont de plus volontairement punitifs, tant par la brutalité des délais (avis reçu le 17 décembre, premier redressement signifié juste une semaine plus tard, le 24 décembre – du jamais vu de mémoire de fiscaliste !) que par l’application de pénalités aberrantes dont le cumul menace l’équilibre fragile et la survie économique de notre entreprise (lire mon précédent billet ici).

Grâce à vous tous, aux lecteurs qui se sont spontanément mobilisés (lire par exemple ici sur le blog de Pascal Maillard et là dans l’édition CAMédia), aux journaux, élus, organisations et personnalités qui ont accompagné notre appel citoyen pour l’égalité fiscale (voir la liste ici et retrouver là ses près de 30.000 signataires), à notre avocat, Me Jean-Pierre Mignard (lire ici l’entretien qu’il nous a accordé), à notre Société des amis et à son président, Michel Broué (lire là sa lettre ouverte au président de la République), nous commençons à faire entendre aux pouvoirs publics la justesse, voire l’évidence, de notre cause. Après une première prise de position des trois ministres concernés (budget, communication, numérique – c’est à lire ici) annonçant leur réflexion commune sur la mise en œuvre rapide de la « neutralité fiscale » entre presse numérique et presse imprimée, le premier ministre, en accord avec son ministre du budget, Bernard Cazeneuve, a décidé de prendre directement en charge ce dossier interministériel, tandis que la présidence de la République nous faisait savoir, officieusement, qu’elle était favorable à une solution rapide conforme à ce principe d’égalité fiscale.

Une réunion est donc convoquée pour le vendredi 17 janvier à 11 heures à l’hôtel Matignon, autour du directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault, Christophe Chantepy. Les organisations professionnelles de la presse y sont conviées, dont le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil) auquel Mediapart appartient, aux côtés de ceux de la presse quotidienne, de la presse magazine et de la presse spécialisée. Seront présents les directeurs de cabinet des ministres de l’économie et des finances, du budget, de la culture et de la communication, des PME et de l’économie numérique. Tous les conseillers du premier ministre qui suivent ce dossier dans ses multiples dimensions seront également autour de la table : les conseillers affaires européennes, culture, économie numérique et comptes publics.

En vue de cette réunion, toutes les organisations professionnelles de la presse se sont réunies, à l’initiative du Spiil, mardi 7 janvier au siège du groupe L’Express, afin d’arrêter une position commune conforme à celle qu’elles avaient déjà exprimée en 2011 (la retrouver ici). Un communiqué commun en est le fruit, diffusé mercredi 8 janvier, signé, outre le Spiil, par le Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN), le Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), le Syndicat des éditeurs de presse magazine (SEPM), la Fédération nationale de la presse spécialisée (FNPS), le Syndicat de la presse quotidienne départementale (SPQD), la Fédération de la presse périodique régionale (FPPR), le Groupement des éditeurs de contenus et services en ligne (Geste) et l’Association de la presse d’information politique et générale (AIPG).

Dans le contexte de crise que traverse la presse, cette unité est un événement trop rare pour ne pas être saluée et soulignée. Loin de nous inciter à faiblir dans la mobilisation pour faire respecter par l’administration fiscale l’égalité entre presse numérique et presse imprimée, ce rassemblement unanime et cette échéance interministérielle doivent nous rendre encore plus vigilants. Notre objectif est à la fois d’obtenir, par voie législative, une modification formelle du Code général des impôts mettant en accord la loi avec le droit et, d’autre part, par voie administrative, la levée des contrôles fiscaux discriminatoires sur la presse en ligne.

Voici donc ce communiqué (à télécharger ici en format PDF) :

TVA sur la presse en ligne

Communiqué conjoint des organisations professionnelles de la presse

SPQN, SPQR, SPIIL, SEPM, FNPS, SPQD, FPPR, GESTE, AIPG

Paris, le 8 janvier 2014. - Représentant toutes les familles de presse, les organisations professionnelles signataires réaffirment leur position unanime en faveur du même taux de TVA applicable à la presse numérique et à la presse papier.

Instaurée de longue date au bénéfice du lecteur, la TVA super-réduite sur la presse n’est en aucun cas un privilège mais, au contraire, l’affirmation par l’Etat du rôle démocratique essentiel d’une information vivante, accessible et pluraliste.

Les organisations signataires demandent donc instamment aux pouvoirs publics de faire respecter les principes de neutralité technologique et d’égalité fiscale pour tous les titres de presse et services de presse en ligne reconnus par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP).

Cette exigence est conforme aux principes constitutionnels qui garantissent le droit à une information libre et pluraliste, au service du droit de savoir des citoyens. A l’heure de la révolution numérique, elle est essentielle, voire vitale, pour la survie, le développement et le renouvellement de la presse, de ses industries, de ses métiers et de ses emplois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc