Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2018

Un dîner rue de Solférino (29), Le blues de Louise

Le blues de Louise. Poème en prose.

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Balle au centre

Le blues de Louise

Nous étions jeunes, beaux et… stupides.
Maintenant, nous ne sommes plus que…
Stupides.

 Mick Jagger

C’était mieux avant. Si, si, c’était mieux avant, c’était plus simple.

Il y avait les parents et la messe, on était contre.

L’avortement, on était pour.

La peine de mort, on était contre.

Sécurité et liberté, on était contre aussi.

Avec ça, à mon avis, ça suffisait : on pouvait aller partout, on se reconnaissait.

Quand on avait les cheveux longs, on était du bon côté, on était objecteur de conscience ou alors on se faisait réformer P4 en se mettant du savon dans les yeux et en disant qu’on avait des problèmes avec sa mère. Et nous, les filles, on se faisait bronzer les seins sur la plage à la première occasion.

Les autres, ils avaient le cheveu court et c’était des fachos, à commencer par ceux qui trouvaient que c’était pas si mal, sous Giscard. Ceux-là, ils avaient également des chaussettes Burlington et des mocassins à pompons.

Dans la classe, en 1981, on avait fait un sondage blanc : Huguette Bouchardeau (PSU) passait au 1er tour avec plus de 50% des voix, suivie de peu par Arlette Laguillier (Lutte ouvrière) qui firent respectivement 0,88 et 1,84% au plan national. Après, il y avait un peu de Georges Marchais et un peu de Brice Lalonde, pas beaucoup, mais dans mon souvenir, aucun PSU ne tapait comme un fou sur les luttes ouvrières. On en avait même un peu fini avec les histoires de trotskystes et de maoïstes, en ce temps-là. Même si Arlette était trotskyste, on n'en gardait que la lutte ouvrière et on ne voyait pas trop la différence avec les gars de la LCR. On était juste contents d’être passés au 1er tour.

Je crois qu’on écoutait Bernard Lavilliers, un truc qui s’appelait Fortaleza. Ce qui est certain, c’est qu’on avait des guitares¹.

À l’annonce des résultats, quand la calvitie de Giscard est devenue sans prévenir le front de Mitterrand, on était hystériques. Tata Jeannie était dévastée, sa bouche faisait comme des bulles de poisson dans l’eau, mais nous, on était hystériques. Et le lendemain, dans la cour du lycée, on était encore hystériques. On brandissait Libération, on sautait, on dansait, on s’embrassait. Même le gros Chapotaud en a profité pour m’embrasser, c’est dire !

Après il y a eu l’austérité, puis la rigueur, on dansait moins, c’est vrai.

Bon, mais on avait quand même gardé des repères… D’autant plus qu’ensuite, ce fut un festival ! Chacun cherchera ce qui fut son festival à lui mais, en ce qui me concerne, je considère que ça a fini par dégénérer grave en 2007. C’est cette année-là que j’ai commencé à écrire, traumatisée par la campagne de Ségolène Royal et le débat historique entre elle et le petit Nicolas.

- Mes parents sont vieux, qu’allez-vous faire pour les vieux ?
- J’ai des problèmes de vue, qu’allez-vous faire pour les lunettes ?

Oh, ça va pas la tête, c’est quoi cette politique à la noix ?
Vous les prenez pour Louis XIV, les politiques ?
Alors, faut pas trop s’étonner, non ?
Quand la politique n’est devenue rien d’autre qu’une liste de commissions ?

Bon, vous me direz… Non, vous ne me direz pas ?
Et bien moi, je vais vous le dire. À tout prendre, je préférais la ligne (ou le fil rouge.)

Et no me digas, chéri, on retournera à Fortaleza.

 (1) Personnellement, je gratouillais Toi le frère que je n'ai jamais eu, Stewball et Dis-moi, Céline. Ce fut une période très difficile pour ma famille (sans compter la pilule.)

_______________________

https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/230518/un-diner-rue-de-solferino-28

Épisode suivant : Ce maudit esprit de 68

AOC : https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/270518/miscellaneous

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement