Emmanuel Kosadinos
Psychiatre d'adultes d'enfants et de jeunes, psychothérapeute, syndicaliste à l’Union Syndicale de la Psychiatrie (USP), animateur du Réseau européen pour une Santé Mentale Démocratique (RESMD), membre du CA de l’Association Internationale pour les Politiques de santé en Europe (IAHPE), membre du groupe de coordination de la section européenne de PHM (Mouvement Populaire pour la Santé), militant politique, syndical et associatif
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2018

Bilan humain, social et politique à ce jour des incendies en Grèce

Le bilan des incendies meurtriers qui ont ravagé la périphérie de la capitale grecque est catastrophique, et les conséquences sont incommensurables. Les moyens de protection civile subissent l'impact de l'austérité. Les mesures gouvernementales d'aide sont très insuffisantes. Les plus démunis en première ligne du mouvement de solidarité !

Emmanuel Kosadinos
Psychiatre d'adultes d'enfants et de jeunes, psychothérapeute, syndicaliste à l’Union Syndicale de la Psychiatrie (USP), animateur du Réseau européen pour une Santé Mentale Démocratique (RESMD), membre du CA de l’Association Internationale pour les Politiques de santé en Europe (IAHPE), membre du groupe de coordination de la section européenne de PHM (Mouvement Populaire pour la Santé), militant politique, syndical et associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Version anglaise

Grèce, population : 11 millions

Bilan des derniers incendies à ce jour

Victimes humaines : 93 morts dont plusieurs enfants !
Parmi eux : 1 mort en réanimation, 7 corps non retrouvés
Causes de décès : incinération, asphyxie, brûlures, noyades
Blessés hospitalisés : actuellement 36, dont 14 en soins intensifs
Habitations détruites : 1500
Véhicules détruits: 800

Sociologie des zones sinistrées : 50% habitations principales, 50% habitations secondaires et entreprises, notamment touristiques

Pic de température pendant la tempête de feu: 1000 degrés Celsius

Une tempête de feu s'est abattue en peu de temps sur des zones densément habitées

Moyens déployés : 190 pompiers professionnels (+ les bénévoles), 95 véhicules, 7 Canadair.
Une grande partie des moyens étaient non opérationnels car non entretenus.
Service central de protection civile, effectifs: 20 fonctionnaires
Part du budget dédié à la protection civile : 0,03%
Part du budget dédié à la défense et l'OTAN: 2,4%

Salaire brut d'un pompier grec: 800 euros
Temps d'attente des vedettes des garde-côtes par les rescapés, immergés dans l'eau de mer: 5 heures !

1er communiqué officiel : 7 heures après le désastre
Réunion de crise du gouvernement : 21 heures après le désastre
Évacuation des zones sinistrées : selon les initiatives individuelles
Transport des blessés : avec des moyens individuels
Indemnisation par maison détruite : 5000 euros
Report des expropriations des foyers surendettés: néant !

Attitude du gouvernement SYRIZA : arrogance, complotisme, absence d'autocritique, décontraction gênante
État des services sanitaires : désorganisation
Vous trouverez sur mon blog Médiapart le communiqué de la Fédération Panhéllenique des salarié-e-s des Hôpitaux Publics témoignant de la gestion sanitaire des incendies.

Solidarité spontanée : massive
Moyens : dons de sang, dons de matériel de toute sorte, implication physique, accueil des victimes
Acteurs de cette solidarité : les gens aux moyens modestes, les réfugiés syriens, les réfugiés kurdes, les Roms, les Dispensaires Solidaires autogérés, les Collectifs citoyens, la Croix Rouge.
Parmi les acteurs de la solidarité je dois rajouter les pêcheurs égyptiens de la mer Égée, qui ont recueilli beaucoup de rescapés dans les flots, alors que les embarcations des gardes portuaires ne s'étaient pas encore fait présentes. Ce sont ces mêmes pêcheurs que les nervis d'Aube Dorée avaient agressés il y a 4 ans.

Attitude des élites
Association des Industriels grecs : condoléances verbales, zéro dons
Église orthodoxe : pour Monseigneur Ambrosios c'est une punition divine juste car le peuple a voté pour un gouvernement d'athées, pour le parti SYRIZA.

Mesures gouvernementales prises après la crise: accélération annoncée de la démolition des constructions illégales, indemnisation de 5000 euros par habitation détruite (avec bonification selon le nombre de membres du foyer), octroi de deux mois supplémentaires pour les retraités sinistrés, 45 jours d'indemnité chômage supplémentaires pour les salariés dont l'entreprise a été détruite par le feu, 10.000 euros d'indemnité pour le survivant du couple dont un membre est décédé, une bourse d'études pour les jeunes des familles sinistrées, exemption de l'impôt immobilier pour les habitations détruites pour l'année 2018 uniquement, report de l'échéance pour la déclaration d'impôts au mois d'octobre, exemption de facture d'électricité pour les habitations détruites pour le premier semestre 2018.

Le coût cumulé de ces mesures est estimé à 10 millions d'euros, 0,01% du budget de l'État grec. Les fonds seront puisés d'une "cagnotte spéciale" en voie de création.

L'opposition considère ces mesures insuffisantes. Le Parti Communiste de Grèce (KKE) a annoncé qu'il s'abstiendra du vote.

Des dégâts massifs que les maigres aides ne sauront soulager

Attribution de responsabilités :
Démission du ministre adjoint chargé de la protection civile, limogeage du Chef de la police et du Chef du corps des pompiers.
La justice a été saisie pour enquêter sur la situation et éventuellement attribuer des responsabilités. Le gouvernement SYRIZA a toutefois de mener une enquête indépendante de la justice et il a pour cela fait appel à des experts allemands

Post Scriptum:

Il ne s’agit pas d’un compte rendu journalistique professionnel des événements liés aux incendies, mais d’une note personnelle, basée sur des éléments publiés dans les médias grecs et non grecs. C'est un texte inéluctablement traversé par un sentiment de chagrin et de révolte et par mon engagement militant personnel.

Lire aussi :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart