Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 avr. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Fermeture du centre de rétention administrative de Mayotte

Les IndignéEs de Mayotte, 101ème département français, annoncent une décision historique. "Nous remercions tous les élus de Mayotte ainsi que Monsieur le Préfet Thomas Degos qui ont enfin eu la présence d'esprit de fermer le CRA [ndlr. centre de rétention administrative, antichambre de l'expulsion] de Pamandzi.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les IndignéEs de Mayotte, 101ème département français, annoncent une décision historique. 

"Nous remercions tous les élus de Mayotte ainsi que Monsieur le Préfet Thomas Degos qui ont enfin eu la présence d'esprit de fermer le CRA [ndlr. centre de rétention administrative, antichambre de l'expulsion] de Pamandzi. Ce lieu, depuis longtemps condamné par les associations et les autorités administratives indépendantes*, constituait une insulte à la dignité humaine et aux droits fondamentaux.

La France a mis du temps avant de fermer ses bagnes. Il lui aura aussi fallu 17 ans pour se rendre compte qu'elle prenait une voix sans issue avec le CRA de Mayotte, nourrissant une haine fraternelle qui entachait la France, patrie des Droits de l'Homme.

La Préfecture a su faire preuve de courage, assumer ses erreurs passées, réalisant ainsi de réelles avancées pour l'Humanité ! Hourra ! Vive la France ! Merci aux décideurs politiques pour tant d'engagement altruiste ! Nos élus renouent ainsi avec leur rôle premier qui est de s'occuper du bien-être du peuple !

Ils ont enfin réalisé :

- que retenir 150 personnes dans 137m² insalubres n'était pas digne d'un pays civilisé.

- que d'expulser des mineurs isolés, de briser des familles étaient des pratiques barbares désuètes.

- que la chasse à l'homme est un sport qui ne se pratique plus depuis 1945.

Fort heureusement, il n'est jamais trop tard pour reconnaître ses torts et aller de l'avant !

En ces temps de crise, l'Etat a jugé préférable d'économiser les 70 millions d'euros annuel alloués à la chasse aux migrants. Cet argent public sera évidemment reversé dans des biens communs, pour l'intérêt général des mahorais. C'est en toute logique que la France a donc mis fin à cet odieux Visa Balladur qui a déjà causé 10 000 morts en mer depuis son instauration en 1995. Les habitants de l'archipel sont enfin libres de circuler là où bon leur semble, se réconciliant ainsi avec des coutumes vieilles de plusieurs siècles. Bravo Monsieur Degos, votre nom est à jamais gravé dans l'Histoire. Nous illustrerons cette courageuse décision politique par la fameuse citation de Franz Fanon : « C'est un petit pas administratif, mais c'est un grand pas pour l'Humanité ! »

Les IndignéEs satisfaitEs de Mayotte

indignes976@gmail.com

* Commission Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales, Cour des Comptes, Commission Nationale de la Déontologie et de la Sécurité, Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté, Tribunal Administratif de Mayotte, Médecins sans Frontières, Croix Rouge, Cimade, etc"

Lire aussi

- Ils chantent contre l'expulsion

- Alerte à Mayotte, petite terre de France

- Faites passer

- La France, Etat de droit dérogatoire

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre