Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

458 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 juil. 2019

"Traitements inhumains et dégradants" pour des demandeurs d'asile en France

Un tribunal allemand considère qu'en France les risques de traitements inhumains et dégradants, au sens de la Convention européenne des droits de l'homme, de demandeurs d'asile étaient avérés! En vertu de quoi il a invalidé la décision de transfert vers la France d'une demandeuse d'asile et de sa fille.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 25 avril 2019, la Cour administrative d'Arnsberg a décidé de suspendre le transfert vers la France d'une demandeuse d'asile et de sa fille, considérant que ce transfert violerait ses droits à une protection selon la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH). Elle a déclaré que l'expulsion vers de mauvaises conditions humanitaires ne pouvait être considérée comme un traitement inhumain ou dégradant que dans des cas individuels très exceptionnels et si les exigences du seuil de gravité de l'article 3 de la CEDH étaient remplies. Elle a estimé que ce seuil était atteint lorsque les ressortissants de pays tiers (étrangers non européens) demandeurs d'asile ne pouvaient pas gagner leur vie, trouver un abri ou avoir accès à des soins médicaux de base.

La requérante en l'espèce avait précédemment été transférée en France depuis l'Allemagne en 2018 avec sa fille en application du Règlement Dublin III de l'UE. Elle a affirmé qu'à leur arrivée en France, elles avaient vécu dans la rue et que, lorsqu'elle avait tenté de s'enregistrer auprès du refuge pour réfugiés de l'aéroport, elle avait été informée qu'elle devait rester sans ressources pendant 45 jours avant de pouvoir enregistrer sa demande d'asile et que l'accès à l'abri ne serait accordé qu'après trois mois (voir par exemple ici). En conséquence, la requérante et sa fille dormirent à l’aéroport et dans la rue. Pendant ce temps, la requérante a été violée. Elle a déclaré que si elle n'avait pas à s'occuper de sa fille, elle se serait suicidée. La requérante a contacté son oncle en Allemagne et s’y est rendue de nouveau.

En se référant au rapport  AIDA Country Report: France, 2018 Update, la Cour a reconnu la situation compliquée pour les demandeurs d'asile "dublinés" en matière d'accès à la procédure d'asile. Il décrivait les procédures complexes de pré-enregistrement auprès des plateformes d'accès à la demande d'asile (PADA), à la suite desquelles elles devaient s'inscrire dans l'un des 34 guichets uniques de demande d'asile (GUDA), ainsi que les problèmes avec le système d'inscription téléphonique mis en place en Île de France. S'agissant de l'accès aux centres d'hébergement, la Cour a relevé des difficultés d'accès et le nombre limité de places (voir par exemple ).

Compte tenu de ce qui précède, la Cour a estimé que les personnes renvoyées en France en application du Règlement de Dublin devaient faire preuve d'un degré élevé d'initiative personnelle afin de trouver un logement et d'accéder aux soins. Compte tenu de l'expérience de la requérante lors de son séjour précédent en France et de son état psychologique actuel, la Cour conclut qu'un retour en France risquerait de violer son droit de ne pas être soumis à un traitement inhumain ou dégradant au sens de l'article 3 de la CEDH. La Cour a ainsi ordonné la suspension du transfert "Dublin" vers la France.

Source

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois