Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 sept. 2011

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Plus on est de fous, plus on crie

Le RESF prend la parole sur Mediapart et ouvre un blog. Il y a quelques mois, les membres de la Cimade lançaient une édition participative. Saluons cette diversification de la parole

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le RESF prend la parole sur Mediapart et ouvre un blog. Il y a quelques mois, les membres de la Cimade lançaient une édition participative. Saluons cette diversification de la parole médiapartique sur les terribles conditions de vie imposées aux migrants sans titre de séjour.

Bienvenue à bord!

Alors que, la mort dans l'âme, nous concoctions un billet sur l'horreur de l'enfermement de familles étrangères avec leurs enfants, souvent très jeunes, dans les centres de rétention administrative (CRA) au mois d'août, le Réseau Education Sans Frontières ouvre un blog sur Mediapart pour diffuser le "récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy et de ses collaborateurs".

Et il attaque avec Les enfants qu'on enferme, la longue marche des jeunes familles de toutes nationalités déterminées à construire une vie meilleure en France, face à des préfets qui ont du chiffre à faire. Ce blog s'ajoute au site du RESF, porteur d'informations sur les actions, les contacts, les pétitions, etc.

Au printemps dernier, la Cimade lançait une Edition participative Du côté des migrants ouverte aux acteurs de ce mouvement: "Depuis les permanences juridiques, les centres d’hébergement, les prisons et les centres de rétention où ils interviennent, les bénévoles et salariés de La Cimade témoignent des histoires rencontrées, de l’absurde dans lequel ils se retrouvent plongés, de leur indignation, de leurs tristesses, de leurs victoires parfois et de leurs rires aussi malgré tout… Parce que défendre la dignité des étrangers par le droit trop souvent ne suffit pas, parce qu’au lieu de rédiger recours, dossiers et référés avec des mots pesés, ils sont tentés d’écrire simplement leur indignation avec des mots à eux, ils se proposent de témoigner ici de leur quotidien".

Cet espace complète leur site, riche de témoignages et d'informations sur la condition des migrants.

La démarche de notre blog est encore différente. En novembre 2008, nous la présentions ainsi: "Nous ne sommes pas les seuls à dénoncer la dérive d’enfermement et de rétrécissement que subissent notre pays et l’Europe, avec à la clé une dramatique perte d’équité dans le traitement des personnes. La situation faite aujourd’hui aux étrangers nous semble emblématique de cette évolution. Fini de rire ! N’attendons plus pour changer notre regard sur les migrants qui vivent parmi nous, et nous verrons plus clair sur le sort des autochtones".

En complément à la liste des familles enfermées citées par le RESF, voici un échange de déclarations entre l'archevêque et le préfet de Rennes sur le bien fondé de ces enfermements.

Le 31 août 2011 l'archevêque de Rennes dénonce la rétention des enfants: "Certes, ces huit enfants ont été remis en liberté. Mais pourquoi leur faire subir ce régime d’arrestation et d’enfermement ? Pourquoi, pour un temps, briser leur lien familial ? Pourquoi risquer de les blesser psychologiquement? Il est urgent de trouver et mettre en place une manière de faire qui soit conforme à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, que la France a ratifiée".

La réponse du préfet arrive dès le 1er septembre, "Le préfet d'Ille et Vilaine a indiqué jeudi que le placement en rétention administrative d'un étranger accompagné d'un enfant mineur était conforme à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme, après la demande de l'archevêque de Rennes réclamant le respect de la Convention internationale des droits de l'enfant. (...)

Les huit enfants interpellés depuis le 29 juillet et placés en centre de rétention avant d'être libérés ont la nationalité arménienne, somalienne, bengali ou tchétchène, selon le Réseau éducation sans frontières.

L'article 3 de la convention internationale des droits de l'enfant affirme que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale »".

La préservation de l'unité de la famille, c'est important, en effet. Ainsi, un couple kosovar a été interpellé et placé au centre de rétention de Nïmes le 17 août en vue de leur expulsion. Leurs deux fillettes (5 ans et 1 an) sont confiées à des famille d'accueil jusqu’en 2012 par décision judiciaire, en raison des conditions de vie de leurs parents, privés de droit au travail par leur absence de titre de séjour. Les autorités veulent maintenant obtenir que cette protection cesse et que les enfants soient expulsées, soit avec leurs parents soit à leur suite, dans un deuxième temps.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Amériques
En Argentine, la vice-présidente Kirchner condamnée à 6 ans de prison
Cristina Kirchner a été condamnée mardi à 6 ans de prison, même si son immunité parlementaire l’en préserve, et à une inéligibilité à vie, dans un procès pour fraude et corruption durant ses mandats présidentiels de 2007 à 2015. Elle dénonce une « mafia judiciaire » et un « État parallèle ».
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre