Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Prends ton sac, et hors de ma vue!

Plus question de voir des demandeurs d'asile dans les Alpes Maritimes! Dans l'attente de la fermeture de la plateforme d'accueil à la fin de l'année, l'autorité préfectorale tente de les laminer, encore et encore. Et voilà que les intellectuels tordus naguère stigmatisés par le ministre de l'immigration s'organisent pour prendre le relais du devoir d'accueil de l'Etat...

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus question de voir des demandeurs d'asile dans les Alpes Maritimes! Dans l'attente de la fermeture de la plateforme d'accueil à la fin de l'année, l'autorité préfectorale tente de les laminer, encore et encore. Et voilà que les intellectuels tordus naguère stigmatisés par le ministre de l'immigration s'organisent pour prendre le relais du devoir d'accueil de l'Etat...

Au risque de nous répéter, nous revenons sur le sort réservé dans notre beau pays aux demandeurs d'asile. Une famille ou une personne isolée demandeuse d'asile, ce sont des êtres humains qui ont tout laissé derrière eux, et qui demandent à la France la possibilité de vivre en paix avec ses voisins et les autorités, parce que dans leur pays ces buts simples étaient devenus hors d'atteinte. Ce rappel élémentaire nous semble nécessaire du fait de l'omniprésence des déclarations et des comportements d'un pouvoir qui les considère comme poussières encombrantes, à balayer.

La France a bien ratifié les accords internationaux par lesquels elle s'oblige à accueillir dignement ces personnes. Cela demande évidemment une organisation et un financement. Selon le ministre de l'immigration, 315 millions d'euros par an, pour près de 38000 demandeurs adultes (en 2009), dont un peu plus du tiers recevront finalement le statut de réfugié. Cinq euros par français et par an pour assumer un devoir élémentaire d'accueil d'étrangers persécutés ailleurs. Plus environ 1 euro pour l'aide médicale de l'Etat (AME) en attendant qu'ils aient trouvé un travail et puissent cotiser comme tout un chacun.

Mais ce n'est pas qu'une question de coût. Ainsi, à Beauvais, selon le RESF local, "il aura donc fallu près de deux ans pour que Madame Le Maire de Beauvais se décide enfin à intervenir au sommet de l'Etat afin de dénoncer les conséquences désastreuses de la régionalisation de l'accueil des Demandeurs d'asile à Beauvais: elle a été reçue par le ministre de l'immigration et de l'identité nationale ce mercredi 22 [septembre].

Mais pourquoi donc madame le maire se soucie-t-elle enfin de ce dossier ? Parce que l'Etat bafoue ainsi la loi ? Parce qu'elle est outragée de voir ainsi les droits et la dignité des personnes, dont des femmes et des enfants, bafoués ? Non, mais parce que "... cela nuit à l'image de la ville, surtout après tous les efforts fournis au niveau du fleurissement et de la sécurité en ville." (Le Courrier Picard du 23 septembre 2010)"

Comme l'époque est à la réforme, il a été décidé de régionaliser, et donc de diminuer le nombre, des plateformes d'accueil des demandeurs d'asile qui, jusque là, pouvaient d'adresser à la préfecture ou la sous-préfecture la plus proche de leur lieu de résidence.

Selon l'étude de La Cimade, Voyage au centre de l'asile, "les plates-formes d’accueil ont été progressivement mises en place à compter de l’année 2000 pour pallier les défaillances du dispositif d’accueil et les délais d’attente de plusieurs mois pour entrer en CADA (Centres d'Accueil des Demandeurs d'Asile). Il fallait qu’une structure assure le premier accueil, la domiciliation des demandeurs d’asile, la rédaction du formulaire de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), l’orientation sociale et l’ouverture des droits. Certaines plates-formes assurent également un premier hébergement d’urgence, en hôtel.

En 2007, on comptait 49 plates-formes d’accueil et 23 points d’accueil sur l’ensemble du territoire français. La politique du ministère de l’Immigration a été de réduire leur nombre (25 suppressions en 2008).

Parallèlement, l’OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) a été chargé d’assurer le premier accueil des demandeurs dans plusieurs régions, seul ou avec des plates-formes d’accueil dont les missions ont été réduites. En septembre 2009, le ministère de l’Immigration a annoncé que le dispositif d’accueil serait régional (sauf en Alsace, en Ile-de-France et en Corse) (...) En 2010, seules 34 plates-formes (dont 10 sont gérées directement par l’OFII) devraient subsister."

Cette réduction ddu nombre de structures d'accueil des demandeurs d'asile et de leur accompagnement provoque des difficultés graves dont nous avons donné des exemples à plusieurs reprises. Le cas de Nice est décidément emblématique de ce qui se passe en bien des départements. Un Collectif de défense des Demandeurs d'Asile s'est formé, qui fait le constat suivant (extraits).

"La fermeture de la plateforme des demandeurs d'asile et surtout ses conséquences, les demandes à faire à l'Etat et éventuellement les initiatives à prendre pour pallier à la défaillance de l'état est en effet à mettre à l'ordre du jour du "Collectif de défense des Demandeurs d'asile".

Il s'agit d'un problème qui va se poser à moyen terme (la fermeture sera effective le 31 décembre). Mais il faut envisager que les services vont peut-être (encore) se dégrader du fait du découragement des salariés. Il ne reste plus qu'une seule assistante sociale (l'autre a "craqué" et est en arrêt maladie), là où devrait y en avoir six !...

Nous devons envisager ce problème dès à présent pour notamment ne pas nous faire piéger, c. à d. que si nous tenons à ce que les demandeurs d'asile ne soient pas pénalisés par cette fermeture et que de fait nous sommes prêts à aller jusqu'à assurer les services qui sont légalement à la charge de l'Etat, il faut à tout prix que les protestations contre la défaillance de l'Etat aient lieu et soient à la mesure de la gravité de ce qui se profile (au moins dans le 06):

La volonté de dissuader tous les demandeurs d'asile de venir dans le 06 et même les efforts qui sont faits pour qu'ils partent ailleurs (sans toutefois faire quoi que ce soit pour organiser ce départ) :

- plus d'hébergement pour les primo-arrivants,

- disparition de la plateforme d'accueil des DA,

- brutale interruption du maire de Vallauris de l'installation d'un CADA sur sa commune,

- refus des autres maires du département d'accueillir ce CADA pourtant prévu et financé,

- brutale expulsion de 89 demandeurs d'asile de leurs hôtels fin juillet et affirmation du Préfet qu'il n'y aurait plus rien pour eux (plus acharnement de policiers tentant de les intimider) et sous-Préfet leur disant de "prendre leur sac et de partir hors du département",

- famille avec enfants en fin de période d'EURODAC [période de six mois à l'issue de laquelle la France est tenue de recevoir la demande de protection des personnes qui avaient déjà demandé l'asile dans un autre pays de l'UE. ndlr] jetées à la rue (6six familles à ce jour),

- ... "

"Prends ton sac et tire-toi", voilà un beau programme politique, qui n'est pas sans évoquer l'accueil réservé par le ministère de la santé aux infirmiers anesthésistes en colère.

Le Syndicat national des infirmiers anesthésistes (SNIA) raconte : " Nous nous sommes retrouvés devant un ministère en état de siège : une trentaine de cars de CRS, CRS en tenue anti-émeute nous attendaient comme si nous étions des terroristes ».

A 20h30, les membres de la délégation des IADEs aurait été sortie, un par un, filmé, dirigé vers la sortie après un contrôle drastique d’identité" .

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere