Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 sept. 2014

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Calais, abcès de fixation de la xénophobie

1500 personnes venues d'Afrique de l'Est ou d'Asie, cherchant à franchir le Pas de Calais au terme d'interminables odyssées, c'est un "afflux"! Ces 1500 personnes sans feu ni lieu par décision policière, elles sont trop voyantes, encombrantes. Une aubaine pour la com xénophobe.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1500 personnes venues d'Afrique de l'Est ou d'Asie, cherchant à franchir le Pas de Calais au terme d'interminables odyssées, c'est un "afflux"! Ces 1500 personnes sans feu ni lieu par décision policière, elles sont trop voyantes, encombrantes. Une aubaine pour la com xénophobe.

Nombre de blogs et publications en ligne chroniquent l'horreur quotidienne dans les jungles ou dans les rues de Calais:

Passeurs d'hospitalités livre une chronique au quotidien. Ils "font circuler la parole, et relient les êtres et les rives" (Passeurs) et pratiquent "les mille formes de l'accueil et de la rencontre entre les êtres" (Hospitalités);

Indymedia présente un résumé des derniers épisodes. On y trouve à la fois la galère des migrants, le travail inlassable de solidarité de certains et la violence de leurs opposants;

Le blog Mediapart de l'infatigable Philippe Wannesson;

Plusieurs autres blogs Mediapart, dont l'un, démarré il y a peu, Migrants, le quotidien des oubliés, décrit avec passion une "situation à la fois douloureuse et indécente. Inhumaine.";

La chaîne de télévision BFMTV parle, elle aussi d'afflux (et pourquoi pas invasion, tant qu'on y est?) mais brosse un tableau somme toute assez paisible.

Ces sites sont passionnants et horrifiants. Nous extrayons quelques informations récentes.

Le 7 septembre 2014 le mouvement « Sauvons Calais » organisait une manifestation de protestation contre la présence des migrants, tandis qu'un tournoi de foot festif à la citadelle de Calais « Foot du monde contre le racisme » est interdit par la maire.

C’est arrivé à Calais le vendredi 6 septembre 2014: "Une jeune fille de quinze ans sort du lycée. Un homme d’une quarantaine d’année lui donne un coup de pied à l’aine, elle tombe, il lui donne un deuxième coup de pied à la poitrine. Les propos de l’agresseur sont sans ambiguïté sur ses mobiles : la jeune fille est engagée dans le soutien aux exilés. Il conclut « si je te vois dimanche, je te flingue !» – dimanche, demain, c’est la manifestation du groupe d’extrême-droite Sauvons Calais".

Solidarité internationale: dans un éditorial publié dimanche 7 septembre par le "Daily Telegraph" le ministre britannique de l'Immigration a offert à Calais les clôtures utilisées pour assurer la sécurité au sommet de l’Otan à Newport. Une grille d'acier de 3 mètres de haut, longue de 20 kilomètres, pour mieux empêcher l'accès au port.

Est-ce cela, une politique de l'immigration?

Martine et Jean-Claude Vernier

Chez votre libraire :  Être étranger en terre d'accueil, 77 regards sur l'immigration.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le projet de Borne entre « fermeté et humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere