Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mars 2011

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Centres de rétention: révoltes avec ou sans caméras

De l'écrasement à l'indignation, puis à la révolte? Depuis fin février, elle gronde au centre de rétention de Vincennes: les étrangers n'acceptent plus le sort qui leur est fait. Le feu éclate au centre de rétention du Canet à Marseille. Une foule marseillaise-comorienne fait un scandale à Marignane et empêche une expulsion.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De l'écrasement à l'indignation, puis à la révolte? Depuis fin février, elle gronde au centre de rétention de Vincennes: les étrangers n'acceptent plus le sort qui leur est fait. Le feu éclate au centre de rétention du Canet à Marseille. Une foule marseillaise-comorienne fait un scandale à Marignane et empêche une expulsion.

Le 26 février 2011, nous lancions sur un fil de Mediapart une alerte concernant un mouvement de résistance entamé au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Vincennes, alerte relayée par un voisin blogueur. Une grève de la faim avait été entamée quelques jours plus tôt: "On fait cela parce qu'on en a marre. Marre qu'on nous réponde toujours non à tout ce qu'on demande. Non, non, non pour voir l'infirmière, non pour tout. Et surtout on est en grève de la faim contre les expulsions. On est des algériens, des tunisiens, des marocains, des lybiens, là bas y'a les dictatures, on veut pas partir".

Le CRA de Vincennes, détruit par un incendie en juin 2008 à la suite d'une première révolte contre les mauvais traitements, et reconstruit depuis, est de nouveau en ébullition.

A Vincennes, le CRA comporte trois bâtiments pouvant accueillir chacun 60 personnes sous la garde de la police nationale. Les révoltes et les grèves de la faim y sont endémiques.

Le quotidien des étrangers dans les CRA est insupportable. Ce n'est pas tout à fait la prison, mais cela y ressemble. Certes, on peut garder son téléphone portable (sauf s'il permet de faire de photos – auquel cas la police aura cassé l'objectif à l'entrée), on peut téléphoner d'une cabine téléphonique (sous le regard d'une caméra), on peut recevoir des visites de sa famille, de soutiens, de son avocat, on peut avoir sur place l'aide juridique d'une association pour les démarches en vue de se faire libérer. Mais là se trouvent enfermées des personnes dont le seul "crime" est d'avoir fait sa vie en France, ou d'en avoir l'intention, sans autorisation de séjour.

Grâce aux téléphones et au cabines téléphoniques, les témoignages sont recueillis par des associatifs et des journalistes, qui les font circuler. C'est le cas d'un communiqué dicté le 26 février par un retenu de Vincennes, en grève de la faim et témoin des violences de la répression. La colère des retenus n'a d'égale que leur détermination.

"Communiqué au nom de tous les retenus de Vincennes :

Nous Algériens Tunisiens Egyptiens Libyens Marocains, et tous les ressortissants d'autres pays, continuons notre grève de la faim entamée depuis quatre jours au centre de rétention de Vincennes : Grève de la faim jusqu'à la mort.

Il y a des retenus qui sont en France, "intégrés" depuis 15 à 20 ans, beaucoup ont toute leur famille en France, et la France nous expulse!

Nous exigeons la fin de toute expulsion vers ces pays où nos dirigeants, dictateurs, corrompus, nous ont obligés de partir pour survivre. Pour certains d'entre nous, une expulsion les exposerait à de la prison et à la torture s'ils étaient remis aux autorités de leur pays.

Le harcèlement et contrôles policier tous les jours, nous demandons simplement de pouvoir vivre dignement avec une carte de séjour, mais elle est toujours refusée.

Les révoltes dans nos pays en guerre civile n'empêchent pas les consulats de signer pour notre expulsion : des vols tous les jours sont affichés!

Nous sommes dans cette prison, maltraités, de grandes violences et tabassages cette nuit par des CRS cagoulés. Il n'y a plus de chauffage, ni d'eau chaude.

Nous exigeons la protection de la France, de l'aide et solidarité, l'arrêt immédiat des expulsions vers ces pays .

Nous continuons notre grève de la faim, et refuserons à Vincennes tout embarquement ou départ pour l'avion.

Fait à Vincennes samedi 26 février. à 10h. "

Ces témoignages sont relayés sur d'autres sites, par exemple Politis: Même si on crevait ici, rien ne changerait. Mais on ne peut pas dire que l'écho provoqué par ces situations violentes soit assourdissant.

Le CRA du Canet à Marseille bénéficie d'une meilleure couverture médiatique locale. Il avait déjà été infecté par des légionelles en décembre 2010. Et puis, le 9 mars, c'en était trop: la police pense que certains retenus ont mis le feu à leur non-prison.

Video (1 min 25 sec)

Les 51 retenus ont été transportés vers d'autres centres de rétention de la région.

" Lundi 14 mars 2011

Au nom de tous les retenus du centre de rétention de Marseille

Madame, Monsieur,

Voilà, le mercredi 9 mars vers les coups de 16 heures, un incendie s’est déclenché au centre de rétention de Marseille. On s’est trouvés prisonniers par le feu et beaucoup plus par la fumée très toxique. Les flics ont ouvert la porte d’entrée et ont pris rapidement deux ou trois détenus. Les pompiers sont venus vingt minutes après. Une partie des détenus a failli mourir par la fumée qui est très toxique. Grâce à Dieu, on a été sauvés de justesse. On a été conduits par les flics et les pompiers dans une salle pour les soins, malheureusement. On a été soignés rapidement, légèrement, ce qui est normal aux yeux de l’État français parce qu’on est sans papiers. Aucun droit. On a passé toute une soirée dans une cour, à l’air, jusqu’à 23 heures, et puis on a été conduits dans une petite salle de 12 mètres carrés. On était 36 personnes. Entre 23h30 et minuit, ils nous ont conduits au centre de rétention de Nîmes.

Pire que des animaux, on est restés dans une salle jusqu’au petit matin. Beaucoup d’entre nous étaient malades. Ils avaient des brûlures aux poumons et à la gorge. Il y en a qui sont encore malades. Jusqu’à aujourd’hui on n’a pas reçu nos affaires, il nous manque plein de choses, les lunettes de soleil et l’argent qui restait dans nos poches".

Durant tout ce temps, ils n’avaient pas accès aux «droits» élémentaires (s’habiller, se restaurer et se laver), ce qui a fourni une raison juridique pour leur libération par le juge des libertés et de la détention (JLD)... jusqu'à leur prochaine arrestation peut-être, car les contrôles d'identité se multiplient ces temps-ci.

Mais monsieur Soilihi, un comorien vivant depuis 11 ans en France où sont nés ses trois enfants, dont l'épouse est en séjour régulier, a été inexorablemnt maintenu par les autorités sur sa trajectoire vers l'expulsion.

Expulsion empêchée in extremis par l'intervention d'une petite troupe de comoriens et de membres du Réseau Education Sans Frontières RESF) à l'aéroport de Marignane.

Video (1 min 31 sec).

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Fil d'actualités
Allemagne : un réseau d’extrême droite voulait attaquer le Parlement
Une vaste opération de la police allemande au sein de groupuscules d’extrême droite et complotistes a conduit mercredi matin au démantèlement d’une cellule projetant des attentats, et qui visait notamment le Bundestag, la chambre basse du Parlement.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre