Crise de pandémie ou démocratique ?

Avec cette crise de pandémie en France, les citoyens commencent à être éblouis par un dysfonctionnement de l’état. Des médias qui disent tout et son inverse, toujours en protégeant l’ordre établi. Pour les manifestants et les banlieues c’est la répression policière qui est couverte comme dans une dictature. Mais que se passe-t-il ?

Ce gouvernement est responsable de l’ampleur de la pandémie en France, tous les Français s’en rendent comptent avec ces incohérences des décisions qui se contredisent.

Subordination au travail © Franc SERRES Subordination au travail © Franc SERRES

Pire on voit ouvertement les manipulations des journalistes de l’audio visuel et de la presse écrite des médias dit «mainstream», ils protègent ces incompétents sur la démocratie contre l’intérêt général des citoyens. Ce sont ces médias dit sérieux qui nous distillent de la «fake news» de nos gouvernants à longueur de journées, qui vantent leur grandeurs et leurs trouvent des excuses.

Comment est-ce possible ? Cela vient de se produire et on a rien vu ?

Conditionnement religieux © FRANC SERRES Conditionnement religieux © FRANC SERRES

Et bien non, cela n’est pas nouveau, et cela fait des centaines d’années (voire des millénaires). Quand on sait historiquement que la social démocratie (PS et certains Verts), les libéraux de la droite/centre et le RN/FN c’est la même chose derrière, et que cela ne date pas d’aujourd’hui.

C’est même international, et cela s’étend même au monde religieux. Pour le monde Arabe lire «le pacte de NADJD» de Hamadi Redissi.

Après, nos médias, dit «mainstream», sont corrompus par nos rentiers du placement financier. Ils nous manipulent depuis plus de 300 ans. Et pour cela ils utilisent les outils de la fabrique du consentement comme l’explique Noam Chomsky.

Avec leurs monopôles de la trésorerie sur nos outils productifs, grâce à leurs possessions bancaires, ils truquent l’économie de nos entreprises. Et maintenant avec la création monétaire du crédit, depuis 1973 (Pompidou/Giscard), ils font la pluie et le beau temps économique des états (dettes). C’est cela qui leurs permet de contrôler les gouvernances à leurs têtes (avec tous leurs petits soldats qu’ils ont parachutés dans la bureaucratie des directions en garde-fou) dans le plus pur dénis de la démocratie.

Avec la division du travail ils vont voler la richesse créée par les salariés, dont on peut voir les conséquences sur la santé des travailleurs. Et c’est à l’image de ce qu’il se passe avec cette pandémie qui nous touche de plein fouet, dont ils ont la responsabilité avec la mondialisation des productions qui en est le vecteur de propagation planétaire.

Ce sont ces descendants des bourgeois qui étaient élus du tiers état. Ce sont eux qui nous ont imposé à la révolution Française un régime aristocratique des candidats censitaires (à l’identique des aristocratie militaires ou familiales qui les précédaient). Et justement pour justifier ce que je vous dis, l'Abbé Emmanuel-Joseph Sieyès (bourgeois des suffrages censitaires de la royauté), grand libéral de la révolution Française qui a emmené au régime Napoléonien (Macron), il disait :

« Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

(Discours du 7 septembre 1789, intitulé précisément : « Dire de l'abbé Sieyes, sur la question du veto royal : à la séance du 7 septembre 1789 »).

Et donc que nous ne sommes pas dans une démocratie représentative.

Pour cela il faut une séparation complète du pouvoir exécutif, législatif, judiciaire et je rajouterais de l’informatif. Avec en plus un vote de décisions sur nos besoins par les citoyens (quand définit-on nos besoin de citoyens ?), et un exécutif en mode projet en réponse individuelle sur un projet pour chaque besoins. Les citoyens choisissant le meilleur projet pour eux par un vote à jugement majoritaire.

Parce que des solutions à nos problèmes il y en a. Par exemple pour l’écologie et le sanitaire avec une urbanisation mieux réfléchie, mais ces financiers n’en veulent pas.

Les religions ont raisons avec l’Armageddon, l’antéchrist c’est eux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.