Franc SERRES
Ingénieur systèmes informatiques et d'infrastructures à Pôle emploi
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2021

Rôle et dangers de cette présidentielle

La présidentielle arrivant, nous avons tous droit à l’endoctrinement de propagande libérale médiatique. Battant son plein, pour imposer le parti libéral grâce à ses candidats infiltrés dans la liste des choix possibles des partis politiques (verts, PS, MODEM, LR, LREM, RN et Zémouristan).

Franc SERRES
Ingénieur systèmes informatiques et d'infrastructures à Pôle emploi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons bien compris maintenant (avec mes articles précédents) que nous n’étions pas en démocratie, mais en aristocratie représentative des candidats de la ploutocratie. Le régime parlementaire faussement, dit par la propagande libérale, de démocratie représentative.

Comme d’habitude, cette élection commence par une invisibilisation des vraies alternatives au système aristocratique et libéral en place.

Mais c’est surtout l’effacement, pour protéger l’élite ploutocrate (nos capitalistes), du vrai débat démocratique sur les besoins humains sociaux des citoyens pour l’exécutif projets.

Et justement ce débat devrait actuellement porter sur ce monde capitaliste qui, je le rappelle, nous conduit tout droit à notre extermination à cause de la mondialisation économique.

Oui ! Tout cela à cause de ce gaspillage du pétrole dans le transport des marchandises d’un bout à l’autre de la planète. Avec les conséquences sur le consumérisme, la pollution, l’épuisement des ressources et les changements climatiques. Et en plus on devrait rajouter la maltraitance systémique des travailleurs, par le fonctionnement économique du capitalisme, qui engendre maladies et suicides.

Cela nous mène naturellement au génocide du genre humain

Vient ensuite une propagande médiatique pour placer, dans les structures sociales des partis politiques importants, les taupes de la ploutocratie et de la bureaucratie parachutées du capitalisme.

Nous avons déjà vécu la destruction du socialisme au Parti Socialiste par ces libéraux infiltrés :

  • Delors avec Attali,

  • DSK comme on peut le voir avec les Pandora papers,

  • Manuel Vals famille de banquiers avec son papa ultra catho et franquiste,

  • Hollande le libéral depuis ses études à l'ENA,

  • et enfin Macron l’extrême droite libérale.

Nous observons actuellement la manœuvre chez les verts. Après Nicolas Hulot, sous contrôle paternaliste de milliardaires, c’est maintenant Jadot le libéral (son frère est au Medef, et sa compagne vient de passer de proche de LREM aux verts…) qui vient tout juste d’être parachuté à la tête des verts grâce à sa construction médiatique complaisante.

Je vous conseille donc de revenir vers les fondamentaux pour analyser ce genre de campagne électorale et les alternatives qui s’offrent à nous : Les fondamentaux de la démocratie, les fameux champs de pouvoirs aux citoyens, qui dans notre république dit démocratique devrait être normalement au peuple.

Il faut réfléchir sur les contrôles de dominations :

  • par la force (police, armée)

  • par la croyance (éducation, information et théologie)

  • par la gouvernance (prises de décisions)

  • par l’arbitrage (justice en cas de conflits)

  • par le réglementaire du contrat social (droits fondamentaux, constitution, lois, accords et contrats entre individus)

  • par le choix des besoins citoyens et les projets sociaux associés à ces besoins (exécutif de l’organisation sociale)

  • par l’économie (trésorerie, moyens sociaux de subsistance et de productions)

  • et par la technostructure sociale (organisations aristocratiques)

Actuellement ce régime parlementaire de monarchie présidentielle permet une action sur la force, la croyance, la gouvernance et même sur le contrat social. Seuls la technostructure et l'arbitrage montre un peux de défiance…

Historiquement les représentants parlementaires étaient les élus censitaires du tiers état. Ils représentent alors les bourgeois qui n'étaient autre que les riches rentiers des villes, alors que la population était majoritairement paysanne et analphabète.

Ils négociaient le contrat social, les lois et règles de la monarchie à l'assemblée consultative (à l'identique de ce que font nos dirigeants des grandes entreprises avec les salariés).

C'est pour cela que les régimes parlementaires, l'aristocratie représentative, ne sont pas de la démocratie mais une représentation bourgeoise.

Cela amène à la vraie question à se poser  :

Les candidats sont représentants de quoi socialement ?

Réponses à cette question que vous ne verrai que très rarement médiatisées, mais dont vous comprenez toute l’étendu par la représentation bourgeoise des élus avec la dépendance financière.

Cette aristocratie représentative vient actuellement de basculer d’un régime parlementaire vers un régime de monarchie bonapartiste.

C’est donc la gouvernance sociale de la bourgeoisie qui vient de basculer vers un monarque. Il convient donc de situer cette responsabilité élective présidentielle suivant ce pouvoir pour les candidats, et pour le vainqueur.

Je rappelle qu’historiquement, grâce à des mariages sous les régimes napoléoniens, à la commune la bourgeoisie des riches rentiers marchands ou financiers des villes, avait fusionné avec la noblesse des riches rentiers propriétaires terriens.

Qu’après la trahison de ces représentants bourgeois en se vendant à l’agresseur prussien, puis la révolte et la défaite du peuple à la commune, c’est cette aristocratie ploutocrate de traîtres à la nation qui a pris le pouvoir lors de l’établissement de la troisième république parlementaire de monarchie présidentielle.

C’est alors un régime présidentiel avec des aristocrates représentatifs des candidats de la ploutocratie. Faut du «fric», et savoir lire et écrire pour se faire élire.

La France a surtout été une monarchie présidentielle parlementaire.

Nous ne pouvons que constater que toutes les révolutions françaises, pour avoir une vraie démocratie, on les a perdu le peuple. Nous avons surtout eu dans notre république des régimes parlementaires d’aristocratie représentative de la ploutocratie, ou de la monarchie présidentielle.

Tous ces régimes présidentiels ou représentatifs des candidats de la ploutocratie dans une république sont l'inverse de la démocratie, c'est de l'aristocratie.

Cela fait aussi écho en histoire à la lutte, du temps de la république romaine, des partisans de l'aristocratie contre les partisans de la démocratie à la grecque.

Et un des représentants de ces partisans de l’aristocratie du temps des péplums n’est autre que Siméon le juste l'auteur de l'ancien testament.

Il est le spécialiste de la fabrique du consentement de l'époque. C'est la victoire de ces aristocrates qui, grâce à la propagande religieuse (judaïque et catholique), a mis fin à la république.

C’est le contrôle de la fabrique du consentement à l’image de ce que font les médias dit «mainstream» actuellement.

C'est alors le début de l'Empire. Empire qui, en généralisant l'aristocratie, a engendré des classes sociales plus importantes. Multiplication des classes sociales qui a eu pour effet de diviser les aristocraties et d'éclater l'Empire romain avec le temps. Et de plonger l’organisation sociale dans le moyen age et les petits chefs rois…

Les classes sociales sont donc la résultante de la multiplication de ces régimes aristocratiques. C’est bien ce que nous observons avec les réseaux sociaux d’internet, les partis politiques, les syndicats et même sur l’éclatement des métiers dans les professions avec la doctrine libérale.

Tout ceci casse les collectifs et détruit l’organisation sociale, la nation.

On comprend alors la montée des protectionnismes sociaux (ordre), des nationalismes et des replies ethnocentrés des populations (fermeture des frontières).

Marx généralisait toutes ces situations de dominations avec sa citation «Le capitalisme c'est la domination des humains par des hommes».

C'est donc, individualisées à des individus ou des castes de dominants, toutes les formes de possessions de pouvoirs sociaux de force, de gouvernance, de contrat social, d’arbitrages, de fabrique des croyances, d’économie, de choix besoins/projets ou de techno structures sociaux.

C’est ce qui permet à ces parasites sociaux d’exploiter l'activité des autres à des fins de profits personnels…

Ces possessions sociales étant les champs du bien commun du peuple (territoires de partages = daiesthai, à tous les citoyens de la cité = Démos, soit les biens communs) pour leur gouvernance (kratein = gouverner). Tout ce qui est du ressort de la démocratie.

Donc réfléchissez bien en laissant les pouvoirs aux tirants en n’allant pas voter vers de petits candidats qui veulent réellement mettre en place un régime démocratique (sur un modèle Suisse amélioré), ou en votant pour un candidat du parti unique libéral à plusieurs maillots de partis politiques de la bourgeoisie…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux