Le pass sanitaire : un non-sens scientifique

Le pass sanitaire consiste à établir une différence de droits entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées. Il repose sur l’idée que les personnes vaccinées sont peu ou pas contagieuses. Or, cette idée est fausse comme le montrent les données scientifiques et comme le disent les autorités de santé d’autres pays…

Le pass sanitaire consiste à établir une différence entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées au motif que seules les dernières pourraient transmettre le Covid. D’où l’interdiction qui leur est faite d’accéder à certains lieux (cafés, restaurants mais aussi des lieux plus « essentiels » comme les trains, les hôpitaux ou les bureaux de vote [1]) ou d’occuper certains emplois (les emplois « en contact avec le public »). Certaines personnes (de mauvaise foi) diront que celles et ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner peuvent toujours faire un test PCR pour obtenir un pass sanitaire de 48h. Mais faire un test PCR (payant et douloureux) tous les deux jours pour conserver son emploi n’est bien sûr pas une option…

Un non-sens scientifique

Or, le présupposé sur lequel repose le pass sanitaire est faux : on sait aujourd’hui que les personnes vaccinées sont presque aussi contagieuses que les personnes non vaccinées. Plusieurs personnes très compétentes l’ont dit explicitement, notamment le président de l'Ordre des médecins italiens [2] ou encore le docteur A. Fauci qui conseille les présidents des Etats-Unis sur la gestion de la crise du Covid [3]. C’est aussi ce que montrent les données en provenance des pays qui ont un peu d’avance sur nous concernant la « nouvelle vague » à base de variant delta : l’Angleterre et Israël. Pour l'Angleterre, les données montrent une baisse de la contagiosité de 40 à 50% pour les personnes vaccinées [4]. Et pour Israël, cette baisse est de 39% [5].

Il n’y a que le président Macron pour affirmer (dans son discours du 12 juillet) que « les vaccins contre le Covid disponibles en France divisent par 12 le pouvoir de contamination du variant Delta » [6]. Peut-être une nouvelle preuve de l’exception française ? En réalité ce chiffre est faux et on a pu remonter jusqu’à la source de cette fake news. Il s’agit du « résumé pour les décideurs » d’un article posté sur le site de l'institut Pasteur (et dont les conclusions ont été reprises dans la presse) [7]. Du résumé pour les décideurs seulement car si on remonte à l’article source [8] (comme l’a fait un internaute sur le blog de Mediapart [9]), on se rend compte que ce n’est pas du tout ce que dit cet article. En fait, l’analyse menée dans l’article ne permet pas de déterminer la probabilité pour une personne de transmettre le virus selon qu’elle est vaccinée ou non. Ce n’est pas son objectif (qui est de prévoir l’évolution possible de l’épidémie à l’automne). Pour réaliser leurs prévisions, les auteurs de l’article ont été conduits à faire une hypothèse concernant la probabilité de transmettre le virus pour les personnes vaccinées et non vaccinées. Et l’hypothèse qu’ils ont faite, c’est qu’une personne vaccinée transmet deux fois moins le virus qu’une personne non vaccinée. Cette hypothèse se basant sur les données les plus fiables dont disposaient les auteurs de l’article : celles (déjà citées) fournies par les autorités sanitaires d’Angleterre [4].

En résumé, les personnes vaccinées sont sans doute légèrement moins contagieuses que les personnes non vaccinées mais restent très contagieuses. Sur le plan scientifique, établir des différences de droits entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées est donc un non-sens.

C’est aussi une politique irresponsable car elle risque de renforcer la propagation de l’épidémie…

Une politique irresponsable

Dans la mesure où le pass sanitaire exonère les personnes vaccinées de produire un test négatif pour accéder à certains lieux (alors que ces personnes sont potentiellement très contagieuses), le pass sanitaire contribuera à propager l'épidémie. Rappelons que le pass sanitaire autorise les personnes vaccinées - potentiellement très contagieuses- à participer à des concerts et autres événements réunissant un grand nombre de personnes sans avoir (comme c’était le cas auparavant) à produire un test négatif. 

D’ailleurs, c’est ce qui vient de se produire aux Pays Bas où de nombreuses personnes ont été contaminées lors d’un festival de musique à Utrecht. Il était pourtant obligatoire de présenter une preuve de vaccination, de guérison ou un test négatif pour y entrer, c’est à dire l’équivalent du pass sanitaire que M. Macron veut instaurer en France. Sur les 20 000 participants à ce festival Verknipt, plus de 1 000 sont aujourd’hui positifs au coronavirus [10].

Mais le pire n’est peut-être pas là. Car le pass sanitaire implique aussi le mensonge. Si le gouvernement disait la vérité, c’est-à-dire que les personnes vaccinées restent très contagieuses, tout le monde verrait que le pass sanitaire est une absurdité. Le gouvernement est donc contraint à dire que les personnes vaccinées sont peu ou pas contagieuses. Avec des conséquences désastreuses à prévoir car beaucoup de personnes vaccinées vont « baisser la garde » sur les gestes barrières. Et mettre ainsi en danger nos aîné.e.s et les personnes fragiles. De bonne foi, en se croyant non contagieuses puisque vaccinées…

C’est pourquoi des médecins ont commencé à s’alarmer dans la presse du fait que le pass sanitaire pourrait aggraver l’épidémie [11]. 

En guise de conclusion…

Il apparaît ainsi que le pass sanitaire repose sur une contrevérité scientifique : l’idée (erronée) que les personnes vaccinées ne sont pas ou presque pas contagieuses.

Du coup cette mesure est dangereuse. D’une part, elle va permettre à des personnes contagieuses (mais vaccinées) de participer à de grands rassemblements sans avoir à produire de test négatif, ce qui va favoriser la propagation de l’épidémie. D’autre part (et peut-être surtout) en faisant croire aux personnes vaccinées qu’elles sont peu contagieuses, on va les conduire à « baisser la garde » sur les gestes barrières, ce qui va se traduire par une accélération de la circulation du virus… 

Le pass sanitaire apparaît donc comme une mesure déconnectée des connaissances scientifiques et qui, pour cette raison, sera non seulement inefficace mais même néfaste pour la gestion de l’épidémie. Ce ne sera pas la première fois dans cette crise que la science est bafouée. Au contraire, depuis le début, la crise du Covid a marqué la défaite de la pensée scientifique [12].

La question qui se pose bien sûr avec le pass sanitaire est celle du pourquoi. Pourquoi notre gouvernement met-il en place une politique aussi absurde ?

Une première hypothèse serait que nos décideurs ne savent pas. Qu’ils pensent de bonne foi que les personnes vaccinées ne sont pas contagieuses. Cette hypothèse me paraît hautement improbable. Comment nos autorités de santé pourraient-elles ignorer la position des autorités de santé des Etats-Unis ou de l’Ordre des médecins italiens ? Comment pourraient-elles ne pas connaître les données d’Angleterre et d’Israël (qui montrent que les personnes vaccinées restent fortement contagieuses) ? Alors que ces deux pays sont en avance sur nous dans la mesure où ils ont connu avant nous une vague épidémique à base de variant delta… Comment nos autorités de santé pourraient-elles ignorer ce qui s’est passé lors de ce concert aux Pays-Bas ? N’est-il pas logique de supposer que nos autorités de santé ont regardé ce qui s’est passé dans les (rares) pays qui appliquent déjà un pass sanitaire ? D’ailleurs O. Véran avait il y a quelques mois déclaré au conseil d’état que les personnes vaccinées restent contagieuses [13].

L’hypothèse alternative (qui du coup est presque certaine), c’est que nos dirigeants savent que les personnes vaccinées restent contagieuses et que, par conséquent, le pass sanitaire va accroître la diffusion de l’épidémie. Et qu’ils décident quand même d’appliquer cette mesure, en pleine connaissance de cause. C’est troublant mais c’est la seule hypothèse plausible à moins de supposer un niveau très élevé d’ignorance et d’incompétence de nos autorités de santé (ce que démentent les déclarations très lucides d’O. Véran mentionnées plus haut).

Le pass sanitaire a donc d’autres objectifs que celui de gérer l’épidémie de Covid. Un indice supplémentaire de ce fait nous est fourni par le débat à l’Assemblée nationale. Une députée avait proposé d’ajouter un amendement à la loi pour préciser que lorsque l’épidémie de Covid serait terminée, le pass sanitaire serait supprimé. Cet amendement a été rejeté [14] !

J’ai déjà essayé de tirer les implications (vertigineuses) du fait que le gouvernement est en train de mettre sciemment en œuvre une mesure qui va accroître l’épidémie. Je renvoie donc les lecteurs intéressés à cet article [15].

  

[1] Gestion de la crise sanitaire (no 4389) Amendement n°850 - Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

[2] https://www.romait.it/magi-presidente-ordine-medici-vaccinati-contagiano-come-non-vaccinati-allora-il-green-pass.html

[3] Dr. Fauci explains updated CDC mask guidance for vaccinated people amid Covid hotspots (msnbc.com)

[4]https://khub.net/documents/135939561/390853656/Impact+of+vaccination+on+household+transmission+of+SARS-COV-2+in+England.pdf/35bf4bb1-6ade-d3eb-a39e-9c9b25a8122a

[5] https://www.i24news.tv/en/news/coronavirus/1626980447-vaccine-39-effective-at-halting-virus-transmission-91-against-serious-illness-israel-s-health-ministry-says

[6] Adresse aux Français. | Élysée (elysee.fr)

[7] Contrôle dans population partiellement vaccinée - Modélisation COVID-19 (pasteur.fr)

[8] Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially vaccinated populations: a modeling study applied to France (archives-ouvertes.fr)

[9] Comment fabriquer une contre-vérité scientifique | Le Club de Mediapart

[10] https://www.lesoir.be/383932/article/2021-07-14/pays-bas-plus-de-1000-participants-un-festival-contamines-par-le-coronavirus

[11] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/dr-kierzek-le-passe-sanitaire-pourrait-aggraver-l-epidemie-20210726

[12] Covid 19, la défaite de la pensée scientifique | Le Club de Mediapart

[13] Un octogénaire demande au Conseil d’État à être déconfiné après avoir été vacciné (europe1.fr)

[14] Gestion de la crise sanitaire (no 4386) Amendement n°CL185 - Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

[15] L’étrange politique de M. Macron | Le Club de Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.