Frédéric lutaud
Ancien membre du Bureau national du Parti socialiste
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2017

J'accuse les candidats de gauche

J'accuse les candidats de gauche d'avoir fait perdre la gauche, alors que celle-ci aurait du être au second tour. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, en entretenant une division stérile, portent l'entière responsabilité de cet échec.

Frédéric lutaud
Ancien membre du Bureau national du Parti socialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'accuse Benoît Hamon d'avoir démissionné après sa proposition d’unité derrière sa candidature à l'issue des primaires. On ne règle pas le sort de la gauche dans l'arrière-salle d'un café chilien, mais dans la transparence démocratique, devant les électeurs. Hamon s'est rangé à l'idée que la candidature de Mélenchon s'effondrerait à son profit en passant un accord unilatéral avec les écologistes. Il a perdu son bras de fer. Son score ridicule nous coûte la victoire.

J'accuse Mélenchon de n'avoir jamais recherché l'unité de la gauche, refusant toute conciliation, s'appuyant sur la frange la plus sectaire de ses militants, alors que 71 % de ses électeurs aspiraient au rassemblement et 93 % pour les électeurs de Benoît Hamon. La théorisation du rassemblement du « peuple » au détriment de l'unité de la gauche subit un désaveu cinglant. Ce n'est pas faute d'avoir alerté. Malgré la faiblesse du score de Benoît Hamon et une droite plombée par les affaires, le candidat de la France Insoumise arrive quatrième.

J'accuse Benoît Hamon d'avoir perdu tout sens des priorités en passant la fin de sa campagne à attaquer le programme de la France insoumise pour tenter de retenir les électeurs, foulant aux pieds le pacte de non-agression passé avec Mélenchon. Pendant ce temps, Jacques Généreux et Thomas Piketty, responsables de leurs programmes respectifs, affichaient un accord quasi unanime sur le fond. L'ennemi, c'est la droite et l'extrême droite, pas L'avenir en commun.

J'accuse d'autant plus facilement le candidat de la France insoumise d'avoir pris en otage le peuple de gauche, que j'ai appelé à voter massivement pour lui afin de lui donner toutes ses chances. Nous sommes des milliers à l'avoir exhorté au rassemblement de la gauche. Son entêtement suicidaire et sa rivalité avec Benoît Hamon nous valent 5 ans de souffrances supplémentaires qui seront un marchepied pour la candidate d'extrême droite.

Aucun tribun du peuple, aucun "futur désirable" ne remplaceront le rassemblement des forces de gauche. C'est la leçon du Front populaire, de la gauche plurielle, de Siriza en Grèce, et actuellement du gouverment de coalition au Portugal. Nous ne pouvons que condamner fermement les candidatures aventurières et leur inconséquence. Elles désespérent les luttes sociales, retardent l'unité syndicale et politique.

Insoumis, socialistes, communistes et écologistes doivent reprendre le chemin du dialogue et reconstruire la gauche sur des bases fraternelles, solidaires et démocratiques et cela dès les législatives. Ne nous laissons pas enfermer dans le combat des chefs. Sans unité rien de grand n'est possible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana