Occupation coloniale

[Haaretz, 9 janvier 2020] Comment Israël a tourmenté les Arabes au cours de ses premières décennies – et a essayé de le dissimuler... Une personne qui viole un couvre-feu ne devrait pas être tuée, mais elle peut être giflée et frappée avec un fusil : des documents récemment déclassifiés révèlent comment le régime militaire a aigri la vie des Arabes israéliens... Israël, "le modèle" ?

How Israel Tormented Arabs in Its First Decades – and Tried to Cover It Up.

Adam Raz, 9 janvier 2021

Les origines de la brutalité documentée dans toute sa laideur la semaine dernière – un soldat israélien tirant sur un Palestinien désarmé qui essayait de protéger le générateur électrique dont il a besoin pour fonctionner, au milieu de la pauvreté abjecte des collines du sud d’Hébron – remontent à plusieurs décennies, à la période du régime militaire en Israël proprement dit. Les témoignages de documents récemment déclassifiés, ainsi que les archives historiques, mettent en lumière la violence aiguë qui régnait dans « l’État dans l’État » qu’Israël a imposé à de vastes zones du pays où vivaient des citoyens arabes, de 1948 à 1966.

Pendant plus de 18 ans, environ 85% des citoyens palestiniens du pays ont été soumis à un régime oppressif. Entre autres restrictions, tout mouvement en dehors de leurs propres villages devait être autorisé, leurs communautés étaient soumises à un couvre-feu permanent, il leur était interdit de se déplacer sans autorisation officielle, la plupart des organisations politiques et civiles étaient interdites et des régions entières où ils avaient vécu avant 1948 leur étaient désormais fermées. Bien que cette partie du passé ait été largement réprimée parmi la majeure partie de la population juive d’Israël, elle fait partie intégrante de l’identité et de la mémoire collective des citoyens arabes du pays. Cette mémoire comprend, outre le régime des autorisations, les abus quotidiens et un réseau d’informateurs et de collaborateurs.

Dans la pratique, pour ceux qui ont été soumis au gouvernement militaire, la démocratie israélienne était substantiellement différente de celle des Juifs. Yehoshua Palmon, le conseiller du Premier ministre David Ben-Gourion pour les affaires arabes, a écrit au siège du gouvernement militaire – dans une lettre d’octobre 1950 tirée des archives de l’État – que des rapports avaient été reçus selon lesquels le personnel militaire du gouvernement dans le Triangle (une concentration de communautés arabes adjacentes à la Ligne verte, au centre du pays) utilisait « des pressions illégales lors des interrogatoires des résidents, comme l’utilisation de chiens [contre eux], des menaces et autres ».

Un an plus tard, Baruch Yekutieli, l’adjoint de Palmon, a expliqué au secrétaire du cabinet que la situation dans les zones arabes nécessitait parfois « une main forte de la part des autorités ». Bien qu’il ne soit pas entré dans les détails de cette politique, les témoignages rendus publics décrivent sa mise en œuvre - et tous reflètent une expérience d’humiliation et d’assujettissement.

Ainsi, on a appris que des représentants du gouvernement militaire ont menacé des citoyens afin de les empêcher de se plaindre des mesures prises à leur encontre; un gouverneur militaire (il y en avait trois, pour le Néguev, le Triangle et le Nord) a exigé que les personnes fréquentant un café de village montrent leur respect en se levant lorsqu’il entrait et a menacé toute personne qui désobéissait; des soldats se sont amusés à intimider un citoyen arabe en s’appuyant sur lui en plaçant une arme à feu sur son épaule; et d’autres ont empêché des citoyens musulmans de prier. Dans d’autres cas, des représentants du gouvernement militaire ont harcelé des agriculteurs et détruit leurs biens; des personnes ont été régulièrement humiliées et abordées dans un langage grossier; des violences ont été perpétrées sur des enfants; et des membres du gouvernement militaire ont menacé des citoyens arabes s’ils ne votaient pas aux élections pour les candidats favorisés par les autorités.

Le gouverneur militaire du sud, Yehoshua Verbin, a soutenu dans un témoignage qu’il a donné début 1956 devant un comité gouvernemental – et récemment rendu public à la demande de l’Institut Akevot pour la recherche sur le conflit israélo-palestinien – que « le gouvernement militaire est trop libéral et trop doux ». Ne parlons pas du tout de cruauté, car c’est sans fondement, c’est une calomnie qui n’a de toute façon aucun fondement ».

Cependant, les remarques du gouverneur du Triangle, Zalman Mart, dans son témoignage de 1957 lors d’un procès relatif au massacre de Kafr Qasem l’année précédente – lorsque la police des frontières a tiré et tué 49 villageois arabes qui ne savaient pas qu’un couvre-feu avait été imposé – réfutent les affirmations de Verbin. Selon Mart, il n’y avait pas d’obligation de tuer une personne qui violait un couvre-feu, mais il y avait une sorte de protocole pour la punition: « Vous pouvez le gifler, le frapper avec un fusil sur la jambe, vous pouvez lui crier dessus.»

Un ensemble de longs témoignages du personnel de la police des frontières, qui a fait office de force de police dans les villages arabes, offre une image de la vie quotidienne dans l’ombre du gouvernement militaire. La franchise sans faille des officiers dans leur témoignage lors du procès de Kafr Qasem est déchirante. Etiez-vous « imprégné du sentiment que les Arabes sont les ennemis de l’Etat d’Israël ?» a demandé un officier – auquel il a répondu simplement « Oui ». On a demandé à l’officier de police: « Tu tuerais quelqu’un? Même une femme, un enfant? » « Oui », a-t-il répété. Un autre officier de police a témoigné que s’il avait reçu l’ordre de le faire, il aurait ouvert le feu sur un bus rempli de femmes arabes. Et un autre a expliqué: « On m’a toujours dit que chaque Arabe était un ennemi de l’État et d’une cinquième colonne. »

Les officiers ont montré peu de pitié lorsqu’on les a interrogés sur le fait de tirer sur des personnes sans défense, la plupart d’entre eux affirmant qu’ils le feraient si nécessaire. L’un d’entre eux a fait remarquer que s’il tombait sur un enfant qui avait «violé» le couvre-feu – « Cela peut sembler cruel, mais je le tuerais. Je serais obligé de le faire ».

Certaines des plaintes déposées par les sujets du gouvernement militaire l’ont été de manière anonyme. Un rapport de l’Association judéo-arabe pour la paix, envoyé en 1958 à un comité ministériel, s’ouvre en expliquant les raisons des accusations anonymes: « Dans des cas précédents, l’appareil gouvernemental militaire a utilisé des menaces et des pressions contre des personnes [c’est-à-dire des citoyens palestiniens d’Israël] qui ont témoigné contre lui. L’association a compilé un grand nombre de témoignages et a ajouté le nom du plaignant à chacun d’entre eux, demandant que «les honorables ministres veillent à ce qu’il n’y ait pas de telles pressions et que les gens ne souffrent pas de leur témoignage ».

Plusieurs témoignages du village de Jish (Gush Halav) datant de 1950, conservés dans les archives de Yad Yaari, ont permis de faire la lumière sur ce que le gouvernement militaire a tenté de dissimuler. Un résident local, Nama Antanas, a raconté comment son personnel avait fait irruption dans sa maison au milieu de la nuit et l’avait emmené pour un interrogatoire. Antanas a été accusé d’avoir acheté une paire de chaussures de contrebande. Les interrogateurs lui ont dit que s’il n’allait pas parler, ils veilleraient à ce qu’il le fasse. Selon son témoignage, « Au milieu de tout cela, on m’a ordonné d’enlever mes chaussures et de retirer mon couvre-chef. Lorsque je l’ai fait, j’ai été forcé de m’asseoir par terre et mes jambes ont été soulevées et placées sur une chaise. À ce moment, deux soldats se sont approchés de moi et ont commencé à me frapper sur la plante des pieds avec un bâton en bois fait à partir de la branche rugueuse d’un dattier ». Ensuite, il a été jeté dehors, incapable de marcher.

Une autre personne, identifiée comme étant al-Tafi, a également raconté que les forces de sécurité avaient fait irruption dans sa maison et l’avaient battu sans merci. Un responsable du gouvernement militaire a expliqué qu’ils allaient l’exécuter et lui a ordonné de monter dans une voiture, alors que sa femme se tenait là, désemparée. Après un court trajet, la voiture s’est arrêtée sur le bord de la route et un pistolet a été pressé contre la tête d’Al-Tafi. Il a ensuite été à nouveau battu et jeté dans un enclos pour animaux, où, dit-il, il s’est languit pendant deux semaines.

Hana Yakub Jerassi a subi un traitement similaire, après que le gouverneur militaire lui ait dit qu’il était une « ordure ». Il a été battu sur les mains jusqu’à ce qu’elles saignent. « Ensuite, on m’a fait sortir et on a fait entrer un de mes amis, et ils lui ont fait la même chose qu’à moi. Puis un troisième a été amené et ils ont fait la même chose. »

Pour beaucoup, c’était la routine.

Les divers ensembles de témoignages que nous avons découverts nous obligent à douter des paroles de Mishael Shaham, le commandant du gouvernement militaire entre 1955 et 1960. En 1956, il a déclaré à une commission gouvernementale qui débattait de l’avenir de cet organisme qu’il n’était « pas sérieux » et qu’il constituait même « un élément d’éducation à la bonne citoyenneté ».

Ce qui est clair, c’est que l’État a pris des mesures pour dissimuler au public des informations sur ce qui se passait dans le domaine du gouvernement militaire. En février 1951, le chef d’état-major des forces de défense israéliennes de l’époque, Yigael Yadin, était furieux de la publication d’un rapport sur l’expulsion de 13 villageois arabes de leurs villages. Selon Yadin, « des rapports de ce type sont susceptibles de nuire à la sécurité de l’État, il faut donc trouver un moyen pour que la censure retarde leur publication ». Le poète Natan Alterman savait de quoi il parlait lorsqu’il a écrit, un an plus tard, « Chuchoter un secret », un poème qui critiquait le dur régime de censure.

L’appareil gouvernemental militaire a été démantelé il y a des années, mais son esprit est toujours vivant en Israël et en dehors de celui-ci – dans les territoires occupés. À l’époque, cet appareil supervisait et dirigeait les citoyens palestiniens du pays à l’intérieur de la Ligne verte, alors qu’aujourd’hui, les actions de police sont menées par des soldats contre une population civile de l’autre côté de la Ligne verte. Et il y a une autre similitude. Aujourd’hui comme alors, la majorité de la population israélienne vit avec les torts commis et se tait.

Adam Raz est chercheur à l’Institut Akevot pour la recherche

sur le conflit israélo-palestinien.

Cet article est basé sur le livre « Military Rule, 1948-1966:

A Collection of Documents », publié ce mois-ci par l’Institut Akevot.

Traduction Thierry Tyler-Durden


Machssomim (Checkpoint) (2003)

CHECKPOINT (Machssomim) UNDOING 50 YEARS OF PROPAGANDA © Kangarooo

Ce documentaire du réalisateur israélien Yoav Shamir, tourné entre 2001 et 2003 sous gouvernement d'Ariel Sharon, montre la vie quotidienne en Palestine occupée, et les "interactions" entre armée coloniale et population colonisée : violences ordinaires, arbitraire, humiliations calculées... Racisme d'Etat.

https://blogs.mediapart.fr/gabas/blog/051217/machssomim-checkpoint-2003


Israël, « le modèle du gouvernement RN-LR/LREM »

Selon "Le Figaro", plusieurs élu.e.s LR « revendiquent l'efficacité du modèle de l'État hébreu dans la lutte contre l'islam radical », suivant ainsi les traces de l'ex premier ministre Manuel Valls et les injonctions du député Meyer Habib (ambassadeur de Netanyahu en France) et de Francis Kalifat, président de la FOSF.

https://blogs.mediapart.fr/gabas/blog/031120/israel-le-modele-du-gouvernement-rn-lrlrem

---

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.