Gauche Pinard
Écoeuré par la bourgeoisie capitaliste, dépité par la gauche.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

Mélenchon, le meilleur ennemi de la gauche

Si on m’avait dit un an avant l’élection présidentielle de 2017 que j’allais voter pour Jean-Luc Mélenchon, je n’y aurais jamais cru. Cinq ans plus tard, je crois toujours en sa capacité à transformer le pays, mais hélas moins en sa capacité à rassembler et à gagner.

Gauche Pinard
Écoeuré par la bourgeoisie capitaliste, dépité par la gauche.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Désespéré par le quinquennat d’Hollande, je me suis juré de ne plus jamais voter PS. Lors de son intense campagne de 2017, je me suis pleinement reconnu dans le constat que dressait JLM des enjeux auxquels nous sommes confrontés en tant que société, que pays, mais aussi en tant qu’espèce : le besoin de justice fiscale et de lutter contre la fraude massive, le besoin de services publics forts au services de tous, la lutte contre toutes formes d’inégalités et d’injustices, et la planification d’une transition écologique pour répondre à l’urgence qui nous menace tous.
Son programme me semblait être le seul à pouvoir changer le destin du pays, avec une véritable vision du bien commun et de l’intérêt général.

En 2022, malgré un programme à jour et renforcé, malgré le travail des infatigables députés insoumis pour défendre les intérêts du peuple à l’Assemblée Nationale, LFI semble ne s’adresser qu’aux convaincus. Pourtant combien d’électeurs de gauche pourraient se retrouver dans ce programme ? C’est d’ailleurs un des arguments des insoumis dans les médias : si on teste leurs propositions fortes “à l’aveugle” (sans révéler leur provenance), elles sont majoritairement approuvées.

Alors où est le problème ? On peut rêver d’un monde où l’élection présidentielle serait la rencontre entre les français et d’une équipe avec son programme, mais dans la réalité les français votent pour une personne. Peu importe que les arguments soient rationnels ou basés sur des pré-conçus, mais le fait est que Mélenchon rebute. Et il n’a aucune chance de convaincre ceux qui lui sont allergiques de voter pour lui.

Si l’objectif de trouver une réserve de voix en mobilisant largement les abstentionnistes est louable, cela semble mal engagé. Pire, en étant capable de discours brillants et en même temps de saillies navrantes, Mélenchon va jusqu’à décontenancer les fidèles de LFI, qui ont presque hâte de le voir se mettre en retrait.

JLM est une bête de campagne, il a construit un parti, un programme fédérateur, mobilisé toute une nouvelle génération, réalisé 17% en 2017, mène un groupe de combat à l’Assemblée Nationale. On comprend donc aisément qu’il n’ait eu aucune raison de céder sa place à la présidentielle, ni de se ranger derrière qui que ce soit. Mais sa marge de manoeuvre est très limitée : non seulement la défaite est hautement probable, mais il n'est en plus même pas certain de pouvoir réitérer son score de 2017.

Malgré son engagement et l’héritage qu’il laissera, il pourrait lui être reproché de ne pas avoir su voir au-delà de lui même pour unir la gauche. L'union ne s’est pas fait pour diverses raisons : parce que sa personnalité est clivante, parce que ”la République c’est moi”, mais aussi parce que le PS et EELV n’en n’avaient aucune envie. Qu’aurait-il pu faire face aux petits calculs du PS ou à Jadot qui s’entête à croire que son moment est arrivé ?

Pourtant on ne peut pas s'empêcher de se demander si la situation aurait été différente s'il avait laissé la place à Autain ou Ruffin. Et si Rousseau avait gagné la primaire EELV. Auraient-ils pu trouver une entente ?

Après la défaite, Mélenchon aura toujours un rôle à jouer à gauche, mais plus en retrait. Et ce n’est peut-être pas plus mal. Débarrassés de l’encombrante ombre du leader, d’autres pourront prendre le relais et tenter de construire un projet plus fédérateur et collaboratif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain