Mézenc terre d'accueil 2021 - 3

Ce 3ème volet de notre chronique offre des témoignages de migrants, des acteurs de terrain inlassablement solidaires au plus près des jeunes majeurs étrangers et de leur territoire, vous invite à l'exposé magistral sur "racisme d'état", démonstration rigoureuse d'un déni « oublié » bien commode, invite chacun·e à l'action sur ce terrain où se joue notre avenir de solidarité ou de violences.

Mézenc terre d'accueil 2021 - 1

Mézenc terre d'accueil 2021 - 2

L'actualité des expulsions ne s'arrête jamais. Le 14 juillet, jour de fête nationale, je reçois cette information du réseau 43: « Mauvaise nouvelle de Haute-Loire. Kujdes Shatri, 20 ans, vient de se faire embarquer au CRA de Lyon. sa famille est au Puy. Cela fait plus d'un an qu'il est harcelé par la préfecture. Ses parents et ses frères sont désespérés, nous aussi... Il y a 8 jours, c'était Altin et Sadat qui ont été expulsés, ça suffit !!!!!! C'est odieux !. Demain 10h30 rassemblement devant la préfecture du PUY EN VELAY, ameutez vos amis !  Concert de casseroles ou autres si vous voulez.  On prévoira demain ensemble ce qu'on fait, qu'il soit expulsé ou non au Kosovo ».

Le même jour, Le Monde titre « Le nombre de migrants morts en mer en tentant de rejoindre l’Europe a doublé en un an. » sous-titre : « Selon les statistiques publiées par l’OIM, au moins 1 146 personnes sont mortes en mer au cours du premier semestre 2021. En 2020, 513 avaient péri au cours de la même période. » Nous avons appris au cours de ces journées R.E.S.F que le Sahara, région de passage obligatoire par voie terrestre largement utilisée pour émigrer, bien que non-couverte par l'information, sera un jour découverte pour ce qu'elle est : cimetière de migrants massacrés en grand nombre.

Mais hier soir, 19 juillet, l'information est donnée : Kudjes est libéré ce 19 juillet, des accompagnantes sont allées le chercher à Lyon. Il y a eu erreur de droit de la part de la préfecture car il était établi à partir d'un article du CESEDA (code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) qui n'était pas le bon mais reste toujours sous obligation de quitter le territoire (OQTF) sauf si le préfet accordait un titre de séjour à lui et sa famille. Il est de plus à nouveau assigné à résidence et doit signer 3 fois par semaines en attendant un avion prévu le 2 août dans un avion spécial Kosovo au départ de Bron. Assignation ? Cela fait plus d'un an que cela dure, il a été assigné déjà 2 fois 6 mois...

Vous êtes en colère ? scandalisé·es ? Ne savez pas que faire ? Pour utiliser votre colère à des fins pacifiques et franchement bien utiles, quelques propositions :

  • Actualités RESF en direct sur Fréquence Paris Plurielle (chaque mercredi, de 18 h à 19 h, 106.3) ou en streaming sur http://rfpp.net, suivre les liens sur le Blog d'Yves Hazenamm

Ce billet, troisième et dernier volet de notre chronique, vous apporte essentiellement des réflexions théoriques, des informations historiques et des témoignages qui permettent de disposer d'éléments indispensables pour dire, débattre, argumenter, convaincre sans en rester à une réaction seulement émotionnelle qui laisse vite sans voix.

Racisme d'état

Durant la lutte pour Adama, Eric (famille d'accueil) avait parlé de racisme d'état. Le préfet lui a demandé des excuses et l'a poursuivi pour cette parole. R.E.S.F 43 a demandé à Olivier Le Cour Grand-maison(1), de venir aux Estables pour un exposé-débat « Racisme d'état » suite à la parution du livre collectif « Racismes d'état » dont il a assuré la direction avec Omar Slaouti, La Découverte, Cahiers Libres, octobre 2020.

Vous pouvez lire ici quelques pages de cet ouvrage collectif.

Le sens de son intervention : la République française depuis les débuts de la IIIème à toujours été marquée par du racisme d'état dont nous ne sommes pas sortis pour l'avoir enterré. Le roman national d'une République progressiste égalitaire en prend un sérieux coup ce qui peut permettre de comprendre la violence des attaques de nos gouvernants (Blanquer, Vidal...) et les bateleurs de télé-poubelles en pointe, mettant en cause pêle-mêle la gauche (ou ce qu'il en reste vraiment), les chercheurs et l'Université pour les disqualifier.

Bref, toucher juste fait mal au roman d'une République égalitaire qui ne respecte pas les déclarations universelles des droits humains ; République appauvrie, étranglée, réduite aux apparences par ceux-là même qui accusent d'anti-Républicain·es ceux qui la portent haut, dans le seul but de s'arroger la définition de qui peut se dire, de leur hauteur de vue autoritaire, Républicain ! La République est au peuple, pas à ces faussaires qui nous menacent, nous tancent de leur superbe éruptive.

Racismes d'état par Olivier Le Cour Grandmaison © Georges-André

Vous pourrez écouter également le débat qui a suivi avec une attention particulière à la fracassante déclaration d'Eric salué par la salle ou grâce à ce lien avec un son plus propre pris par Yves Hazemann

Le débat après conférence © Georges-André

Paroles de migrants

Didier Luce, co-fondateur de l'association "La Loco" à Saint-Bauzire (Haute-Loire)(2), nous a présenté un ensemble de « Témoignages de migrants » qui maintenant régularisés avec un titre de séjour racontent leur histoire. Les écouter, c'est abandonner les préjugés sur « les » migrants réduits à des chiffres. Nous en avons retenu deux, celui de Zanullah venu d'Afghanistan et celui de Mojtaba du Soudan, deux histoires bien réelles !

Vous ne connaissez pas La loco ? Cette association a été créée après le remplacement des Centre d'accueil et d'orientation-CAO (25€/jour) par les CADA-Centre d'accueil de demandeurs d'asile (19€/jour) en supprimant nombre de services ! Des bénévoles ont voulu continuer ces services et poursuivre le travail d'intégration dans le contexte local : « L'idée c'est de soutenir une inclusion plus qu'une intégration ; c'est à dire qu'ils puissent participer à la vie locale et donc faire participer au maximum les habitants du territoire et à travers les habitants, la vie associative...  Pourquoi la loco ? Parce que c'est au lieu dit « la gare de Saint Beauzire » - y a jamais de train, du coup il y en a un maintenant. « La loco » parce que ça motive et qu'on s'est dit la locomotive, c'est quand même pas inintéressant pour des bénévoles d'avoir ce terme là » Ce fut la création de La Loco notamment par cet ancien directeur du CAO.

Zainullah venu d'Afghanistan raconte son parcours © Georges-André Photos

Mojbata et les péripéties du permis de conduire après titre de séjour © Georges-André

Farid champion de Kick-Boxing © Diaporama Didier Luce Farid champion de Kick-Boxing © Diaporama Didier Luce

Plusieurs de ces jeunes gens n'ont pas pu venir étant au travail : Omar remplace des collègues à la déchetterie pour certains en vacances. Samdjida également au travail à Emmaüs.

Mention spéciale pour Farid : champion de Kick-boxing en Iran. A son arrivée à Saint Bauzire, il a réussi à trouvé un club pour reprendre l'entraînement et ce soir, il dispute un combat à Lyon.

"Odyssées", un Web-documentaire original et instructif

Vous connaissez l'Odyssée d'Homère mais vous ne connaissez pas « Odyssées » un web documentaire de Télé-regain sorti en 2020 qui recueille tout un travail depuis 2015 et la création des CAO suite au démantèlement de Calais. Christophe Bédrossian précise : « Dans “Odyssées“, notre premier web-doc, une autre traversée vous attend. Une approche fragmentée de la réalité d’un périple au delà des mers, comme autant de points de vue sur ce que l’on nomme les demandeurs d’asile. Dès le début du projet, les personnes accueillies au CAO de Saint-Beauzire ont été accueillies pour réaliser avec nous ce projet ambitieux. Des bénévoles de Télé Regain et des réfugiés ont travaillé ensemble à la réalisation de certains reportages du web-doc. ». La parole est donnée aux demandeurs d'asile (dit « compagnons d'Ulysse ») mais aussi aux bénévoles et responsables du CAO devenu entre temps C.A.D.A. de Saint-Bauzire.

Sur télé-regain "Odyssées" © télé-regain copie d'écran Sur télé-regain "Odyssées" © télé-regain copie d'écran

Soirée détente avec musique Gnawa

Une soirée festive était organisée le samedi avec la Musique Gnawa avec Younès, Réda, et Abdol, puis Thomso.

Thomso tranquille avec sérénité avec sa musique avant la Gnawa © Georges-André Photos

"Réfugiés" où le réel tragique de l'émigration
par Geneviève, autrice et diseuse :

"Dès l'enfance, exil loin de tous, de la maison,
A l'age de raison, d'adultes pervers, la trahison
Jours glauques, abris sommaires
Nuits à même la terre
Mendicité pour apaiser sa faim
Fouets pour faire taire.

J'ai déjà déjà rêver de ce réfugié
Sous un toit hospitalier
Manger à satiété
Se soustraire à la furie des geôliers
Se blottir dans les bras d'humains attentifs aimants
Echapper à la haine, l'exploitation, la perfidie, le tourment.

Du fond d'un cachot nauséabond, sombre mortifère
Pieds et mains liés dans des chaînes de fer
Rêver de s'évader
Fuir cet atroce destin
Trouver refuge ailleurs
Etre secouru enfin...."

Genviève et Jean-Paul disent la vie de réfugiés © Georges-André Photos

------------------

(1) Il enseigne les sciences politiques et la philosophie politique à l’Université Paris-Saclay-Évry-Val-d’Essonne et juge-assesseur à la Commission Nationale du droit d'asile désigné par le Haut-Colité aux Réfugiés (ONU)

(2) Le CADA de Saint-Bauzire accueille les jeunes hommes venus d'Afghanistan, d'Erythrée, de Somalie et du Soudan. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.