Révoltes

«Les manants en ont ras le bol !», résume Dianne. De quoi? Peut-être de ce «régime ubuesque et honteux aux dérives insuportables», comme l'exprime Villabuhl.

«Les manants en ont ras le bol !», résume Dianne. De quoi? Peut-être de ce «régime ubuesque et honteux aux dérives insuportables», comme l'exprime Villabuhl. Laurent Desvignes donne rendez-vous: «Tous dans la rue le 7 septembre prochain». Mais «en attendant septembre et la mobilisation pour les retraites, pourquoi ne pas envisager une nuit du 4 août», proposeRoger Milin. Isulana cite Oscar Wilde : «Se rebeller est juste, Désobéir est un devoir, Agir est nécessaire.»

Admibion résume la situation: «Un ministre condamné pour propos raciste, un président qui jette en pâture une communauté à la vindicte populaire ("les gens du voyage et les Roms", ndlr) et toute l'équipe qui détourne la loi pour financer leur activité politique, sans parler de leur propension naturelle à confondre l'intérêt de la république avec leurs intérêts privés. J'aimerais que ces comportements soient d'un autre temps.»

«Portons plainte tous ensembles ? Le peuple peut porter plainte contre le gouvernement pour incapacité de gouvernance. Oui le Peuple Français devrait porter plainte. Qu'en pensez-vous?», propose Florence de Gouveia qui réagit à l'article de Michael Hajdenberg sur le traitement judiciaire de l'affaire Bettencourt.

«Cet homme, Xavier Bertrand, est indigne d'être à la tête d'un parti politique. Il doit, lui aussi, démissionner», estime Jacques Lecoq dans sa réaction à la plainte déposée par Mediapart. «Qu'on lui coupe la têêêêêêête !», demande Philippe Aghilone en citant Lewis Carroll. Jean Michel Engel s'adresse directement à Edwy Plenel: «Montre définitivement que cette aristocratie non méritante, cette monarchie qui ne dit pas son nom doit impérativement cesser.»

Mathieu Corrêa de Sa, professeur à la faculté de droit d'Orléans, se sent visé par les propos de Xavier Bertrand et consorts: «Etant abonné et ayant un blog sur "Médiapart", je considère que cela est une atteinte indirecte à mon égard, et d'une certaine façon, une insulte à tous les lecters, bloggeurs et membres de "Médiapart". En conséquence, si besoin est, je propose que tous les membres et lecters abonnés de "Médiapart" se montrent solidaires de "Médiapart", quitte à se constituer partie civile dans cette affaire, au motif que nous sommes tous, d'une certaine manière, co-responsables et susceptibles d'êtres considérés comme des "complices" de méthodes dites "fascistes" par un membre du gouvernement.» En effet, poursuit Végane, «nous ne sommes pas abonnés à un site de propagande fasciste. Non, mais!»

Patounefait preuve d'une forme d'optimisme:«Entre un peuple écoeuré, des professionnels de la justice scandalisés et quelques medias réactifs, on va bien trouver une solution pour casser ce mur de protection de ce petit groupe qui tue la République par sa cupidité.»

«Il me semble que le point de basculement vers une dérive progressive mais certaine d'autoritarisme s'est produit lors des émeutes de 2005. Alors que le pouvoir est confronté à des émeutes moins violentes que celles de mai 1968, l'état d'urgence est décrété en conseil des Ministres et surtout par une loi pour plusieurs mois alors que les émeutes ont disparu. On peut noter que l'utilisation de l’application de la loi n°55-385 du 3 avril 1955 n'a fait que peu de bruit, elle a même aboutit au renfort de la popularité du Ministre de l'intérieur», rappelle Olivier Cauvin en réaction au billet de POJ intitulé Claire Thibout, Eric Woerth, le procureur Courroye, la garde à vue, Grenoble, la démocratie et le milieu.

«Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Mme Bettencourt n'est pas en garde à vue ? Dans cette affaire, il y a tout de même quelque chose de patent et qui a été reconnue. Mme Bettencourt avait deux comptes dissimulés en Suisse et fraudait le fisc à un niveau jamais atteint. Des dizaines de millions d'euros. N'importe lequel d'entre-nous, pour cent fois moins, serait déjà cuisiné par les flic», s'interroge Camille Payet à la suite du même billet.

«Faisant parti de ce corps méritant (des inspecteurs des impôts, ndlr) je vais appeler à la grève. Y en a marre des cadences infernales à plumer des oisillons», déplore jef33 en commentant l'Appel pour une justice indépendante et impartiale publié par Mediapart.

Vous êtes à cet instant 29587 à l'avoir signé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.