Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

63 Billets

43 Éditions

Billet de blog 22 juil. 2010

Révoltes

«Les manants en ont ras le bol !», résume Dianne. De quoi? Peut-être de ce «régime ubuesque et honteux aux dérives insuportables», comme l'exprime Villabuhl.

Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

«Les manants en ont ras le bol !», résume Dianne. De quoi? Peut-être de ce «régime ubuesque et honteux aux dérives insuportables», comme l'exprime Villabuhl. Laurent Desvignes donne rendez-vous: «Tous dans la rue le 7 septembre prochain». Mais «en attendant septembre et la mobilisation pour les retraites, pourquoi ne pas envisager une nuit du 4 août», proposeRoger Milin. Isulana cite Oscar Wilde : «Se rebeller est juste, Désobéir est un devoir, Agir est nécessaire.»

Admibion résume la situation: «Un ministre condamné pour propos raciste, un président qui jette en pâture une communauté à la vindicte populaire ("les gens du voyage et les Roms", ndlr) et toute l'équipe qui détourne la loi pour financer leur activité politique, sans parler de leur propension naturelle à confondre l'intérêt de la république avec leurs intérêts privés. J'aimerais que ces comportements soient d'un autre temps.»

«Portons plainte tous ensembles ? Le peuple peut porter plainte contre le gouvernement pour incapacité de gouvernance. Oui le Peuple Français devrait porter plainte. Qu'en pensez-vous?», propose Florence de Gouveia qui réagit à l'article de Michael Hajdenberg sur le traitement judiciaire de l'affaire Bettencourt.

«Cet homme, Xavier Bertrand, est indigne d'être à la tête d'un parti politique. Il doit, lui aussi, démissionner», estime Jacques Lecoq dans sa réaction à la plainte déposée par Mediapart. «Qu'on lui coupe la têêêêêêête !», demande Philippe Aghilone en citant Lewis Carroll. Jean Michel Engel s'adresse directement à Edwy Plenel: «Montre définitivement que cette aristocratie non méritante, cette monarchie qui ne dit pas son nom doit impérativement cesser.»

Mathieu Corrêa de Sa, professeur à la faculté de droit d'Orléans, se sent visé par les propos de Xavier Bertrand et consorts: «Etant abonné et ayant un blog sur "Médiapart", je considère que cela est une atteinte indirecte à mon égard, et d'une certaine façon, une insulte à tous les lecters, bloggeurs et membres de "Médiapart". En conséquence, si besoin est, je propose que tous les membres et lecters abonnés de "Médiapart" se montrent solidaires de "Médiapart", quitte à se constituer partie civile dans cette affaire, au motif que nous sommes tous, d'une certaine manière, co-responsables et susceptibles d'êtres considérés comme des "complices" de méthodes dites "fascistes" par un membre du gouvernement.» En effet, poursuit Végane, «nous ne sommes pas abonnés à un site de propagande fasciste. Non, mais!»

Patounefait preuve d'une forme d'optimisme:«Entre un peuple écoeuré, des professionnels de la justice scandalisés et quelques medias réactifs, on va bien trouver une solution pour casser ce mur de protection de ce petit groupe qui tue la République par sa cupidité.»

«Il me semble que le point de basculement vers une dérive progressive mais certaine d'autoritarisme s'est produit lors des émeutes de 2005. Alors que le pouvoir est confronté à des émeutes moins violentes que celles de mai 1968, l'état d'urgence est décrété en conseil des Ministres et surtout par une loi pour plusieurs mois alors que les émeutes ont disparu. On peut noter que l'utilisation de l’application de la loi n°55-385 du 3 avril 1955 n'a fait que peu de bruit, elle a même aboutit au renfort de la popularité du Ministre de l'intérieur», rappelle Olivier Cauvin en réaction au billet de POJ intitulé Claire Thibout, Eric Woerth, le procureur Courroye, la garde à vue, Grenoble, la démocratie et le milieu.

«Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Mme Bettencourt n'est pas en garde à vue ? Dans cette affaire, il y a tout de même quelque chose de patent et qui a été reconnue. Mme Bettencourt avait deux comptes dissimulés en Suisse et fraudait le fisc à un niveau jamais atteint. Des dizaines de millions d'euros. N'importe lequel d'entre-nous, pour cent fois moins, serait déjà cuisiné par les flic», s'interroge Camille Payet à la suite du même billet.

«Faisant parti de ce corps méritant (des inspecteurs des impôts, ndlr) je vais appeler à la grève. Y en a marre des cadences infernales à plumer des oisillons», déplore jef33 en commentant l'Appel pour une justice indépendante et impartiale publié par Mediapart.

Vous êtes à cet instant 29587 à l'avoir signé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart