Hamo103
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2015

Hamo103
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi ma voix de gauche n'ira pas à Claude Bartolone

Pour des raisons de cohérence politique vis-à-vis de la politique libérale et sécuritaire du gouvernement ; de cohérence éthique vis-à-vis des turpitudes personnelles de Claude Bartolone ; et de cohérence stratégique pour faire émerger une vraie gauche, les militants de gauche et écologistes ne pourront pas voter pour le PS dimanche prochain en IDF.

Hamo103
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce qui concerne le PS en général : 

  • Tournant libéral de Macron avec ses licenciements facilités et sa casse sociale.
  • Tournant sécuritaire de Valls avec la déchéance de nationalité, l'état d'urgence sans limite, le flicage généralisé des militants.
  • Bilan économique de Hollande, avec le chômage et la soumission à la finance.
  • Politique extérieure de la France, qui se compromet avec Poutine, prend ses ordres d'Obama, et obéit au lobby de l'armement.

Il était déjà impossible à un électeur se disant de gauche de voter en son âme et conscience pour un représentant du PS, a fortiori pour Claude Bartolone, un des supporters les plus zélés de cette politique.


En ce qui concerne Claude Bartolone en particulier : 

En ce qui concerne l'avenir de la (vraie) gauche : à continuer à se vendre (pas cher) au second tour de chaque élection, nous somms en train de nous faire étouffer à petit feu. Pourquoi le FN prospère : parce qu'il est indépendant. Il accepte de ne pas sièger, mais ne se compromet jamais dans des alliances qui affaibliraient son discours. Entre le pire et le moins pire, on habitue les gens à voter mal, sans éthique.

Révélations Médipart sur Bartolone et Tapie © DR

Quelle crédibilité auront nous, la semaine prochaine, en revenant sur les marchés, nous faisnt traiter à nouveau de supplétifs du PS et de sa politique de casse sociale ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT