Guerre par procuration: l'empreinte grandissante de l'Iran au Moyen-Orient

Les activités belliqueuses et terroristes du régime iranien se renforcent au Moyen-Orient, malgré les sanctions des États-Unis et de leurs alliés visant à affaiblir l'économie iranienne et à isoler politiquement le pays.

Ghassem Soleimani, chef de la force Qods des pasdaran iraniens en Syrie Ghassem Soleimani, chef de la force Qods des pasdaran iraniens en Syrie

La taille et les capacités des milices soutenues par le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) et sa Force Qods en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen ont augmenté. Le régime iranien s’emploie également à établir un pont terrestre à travers la région. 

Téhéran exerce une influence grandissante au Moyen-Orient grâce à des partenaires non étatiques, et ce malgré le renouvellement des sanctions américaines et le retrait des Etats Unis de l'accord nucléaire. Les difficultés économiques de l'Iran n'ont pas vraiment contribué à faire baisser l'activisme dans la région, bien au contraire. Une situation qui met la population en colère et sous pression.

Les dirigeants iraniens semblent plus déterminés que jamais à s'imposer au Moyen-Orient en utilisant des méthodes corrompues et malveillantes. Selon les données recueillies, les forces étrangères associées au corps des gardiens de la révolution ont augmenté leur taille et leur capacité. Les partenaires des gardiens de la révolution sont désormais bien installés dans des pays tels que la Syrie, l'Irak, le Liban, le Yémen et l'Afghanistan.

Si on observe la situation globalement, on constate qu’il existe un conflit régional grandissant avec l'Iran. Cela va de la guerre au Yémen avec l'utilisation de missiles balistiques par les Houthis contre l'Arabie saoudite, des assassinats et des cyberattaques. La présence croissante de milices liées à l'Iran en Syrie, suscite l'inquiétude des dirigeants israéliens. Ces derniers ont procédé à des centaines de frappes militaires contre des sites de missiles et d'autres cibles militaires ces dernières années.

Les partenaires terroristes du régime iranien ont amélioré leurs capacités dans des domaines tels que les missiles et les drones. Des améliorations rendues possibles uniquement grâce à l’assistance et l’intervention des pasdaran. Ces derniers développements sont massifs car les dirigeants iraniens estiment qu’en apportant leur soutien à des partenaires non étatiques, ils peuvent mener une guerre par procuration mais aussi une politique étrangère expansionniste dans la région.

Aujourd'hui, les pasdaran participent activement au financement, à la formation et à la création de partenariat avec un nombre croissant d'acteurs dans la région, ce qui témoigne de l'engagement de l'Iran dans une guerre irrégulière.

En même temps l'économie iranienne reste très fragile. La volonté du régime de continuer à fournir des ressources considérables aux pasdaran et de rester fortement mobilisé dans toute la région pourrait à terme accroître le coût politique pour son pays. Les pasdaran sont particulièrement vulnérable au ralentissement économique car ils possèdent un vaste empire économique et financier, allant d'entreprises de construction à des sociétés pétrochimiques et cimentières.

Il faut stopper le militantisme expansionniste et terroriste de l'Iran dans la région. Les gouvernements des pays occidentaux et de la région devraient avoir une politique de coopération plus efficace ainsi qu’une politique pour la stabilité de la région mais aussi et surtout soutenir les Iraniens qui manifestent quotidiennement dans les rues contre ce régime terroriste et belliciste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.