Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

369 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2017

Sur France2, la candidate Marine Le Pen soutient la filière hydrogène

Il suffit de parcourir ce blog pour comprendre que je n'ai guère d'atomes crochus envers Marine Le Pen, sauf peut-être l'atome d'hydrogène. A ma connaissance, elle est la seule candidate à la Présidentielle qui défend haut et fort la filière hydrogène. Aucun autre candidat ne s'est dit aussi enthousiaste quant à l'hydrogène. Sur ce point précis, elle mérite un bravo pour sa clairvoyance.

Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a plus de deux ans, j'avais commis sur ce blog un article quelque peu provocateur: Et si Marine Le Pen passait à l’hydrogène?

Eh bien ça se confirme. En tant que candidate à la Présidentielle 2017, Marine Le Pen dit clairement et fièrement sur France2 qu'elle soutient la filière hydrogène !

Marine Le Pen bafouille sur le nucléaire, mais prône clairement l'hydrogène. © France2, le 9 février 2017

En général, je n'approuve guère les idées de Marine Le Pen. D'abord, je suis depuis toujours anti-nucléaire et pro-européen. Je me sens plus européen que belge.

Soit dit en passant, sur la question européenne, elle ose se vanter de vouloir détricoter l'Europe alors qu'elle a un boulot au Parlement européen. Si elle veut en finir avec l'Europe qu'elle montre l'exemple et commence par renoncer à son boulot dans une institution européenne. Comme on le dit vulgairement: elle crache dans la soupe. C'est un peu comme si elle était contre le BIO, tout en étant employée chez Ecocert. Ou contre le nucléaire, tout en étant employée chez Areva. C'est bizarre qu’aucun journaliste qui l'interroge ne pense à questioner pareille contradiction.

Par contre, je fais la part des choses: sur l'hydrogène, Marine Le Pen a le mérite de mettre en lumière cette filière essentielle pour l'avenir de l'humanité. Elle dit fièrement: « Je souhaite aussi le développement de la filière hydrogène que je défends depuis de très nombreuses années et dont je pense qu’il peut être demain une énergie totalement propre. »

D'autres candidats ne parlent pas d'hydrogène ou alors induisent les gens en erreur, comme par exemple Manuel Valls qui disait le 25 janvier 2017 sur France2, dans le débat de la primaire avec Benoit Hamon (1:43:00) : « Je suis convaincu que la gauche doit totalement se confondre avec l'écologie ... Nous sommes devenus par exemple aujourd'hui le premier marché de bornes électriques rechargeables ... Il faut accompagner ce mouvement avec les collectivités territoriales. C'est la voiture propre. C'est la voiture électrique ... et donc c'est la recherche dans le domaine de l'hydrogène. »

Parlant d'hydrogène, c'est un peu court et fallacieux. Ce n'est qu'une allusion marginale à l'hydrogène et c'est une allusion qui induit en erreur. Marine Le Pen a bien raison de parler d'une "filière hydrogène" comme le font les 13 sociétés industrielles qui ont promu cette filière à Davos. Parler d'hydrogène seulement en termes de recherche, c'est faire croire subrepticement que l'hydrogène en est encore au stade la R&D. C'est occulter

  • qu'il existe des voitures à hydrogène produites en séries chez Hyundai, Toyota et Honda.
  • que des sociétés pionnières en France et ailleurs vendent déjà des solutions hydrogène pour les besoins énergétiques et
  • que ce qui manque seulement, c'est la volonté politique et industrielle suffisante pour aller de l'avant et promouvoir ces solutions hydrogène tous azimuts.

Si les débats de la Présidentielle ont une vocation didactique voire éducative, s'il s'agit d'amener les électeurs à enrichir leurs connaissances et leurs réflexions, alors parler seulement de "recherche" à propos d'hydrogène, c'est faire croire que l'hydrogène est un domaine réservé à des chercheurs. C'est fallacieux, car il est possible dès aujourd'hui d'acheter une voiture à hydrogène produite en série, pour ne prendre que cet exemple facile à comprendre même par un enfant. Un politicien qui induit les gens en erreur est soit mal informé, soit manipulé par des groupes de pression.

Pour conclure, sur le point de l'hydrogène, y'a pas photo: Marine Le Pen a une longueur d'avance par rapport aux autres candidats à la Présidentielle.

Hardyment vôtre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat