La voiture électrique à batterie: médiocre et dilatoire

Préambule: le présent billet vient en réponse à une question posée par Madame Patricia Gervais qui écrivait honnêtement en commentaire du billet précédent: Je ne connaissais pas du tout cette technologie. Parce-que les voitures électriques à batterie, si j'ai bien compris, consomment énormément d'électricité, donc côté environnemental, ce n'est pas le top....

Sauf erreur de ma part, d'après ce que je lis sur internet, la voiture électrique à batterie représente environ 1 achat de voiture neuve sur 200, soit 5 pour 1000, soit 0,5 %.

C'est un phénomène qui reste très marginal.

Et pourtant on en parle beaucoup.

La voiture électrique vendue aujourd'hui en France est alimentée par une grosse batterie.

Même Alain Prost se vante de soutenir ce genre de voitures au niveau de la compétition (Formule E)..

Pourtant, force est de reconnaître que cette voiture électrique à batterie est fondamentalement une voiture médiocre, et ce pour 4 raisons essentielles:

  1. - sa puissance étant faible, elle ne peut être qu'une petite voiture. Elle ne convient guère comme voiture familiale, par exemple.

  2. - son autonomie est limitée à 150 km quand tout va bien.

  3. - son temps de rechargement est long et prohibitif.

  4. - les bornes de rechargement n'existent guère, notamment dans les immeubles collectifs.

Même au plan écologique, la voiture électrique est contestable, puisqu'elle renforce l'électricité nucléaire (actuellement majoritaire en France) au détriment du pétrole… à moins de recharger sa voiture avec de l'électricité renouvelable achetée, par exemple, chez EnerCoop.

Il est permis de se demander si cette voiture médiocre dont on parle tellement (sans dire qu'elle est médiocre) n'est pas surtout un prétexte pour les industriels et les gouvernements pour se donner bonne conscience, sachant que ce qui fait de très loin l'essentiel du marché automobile, ce sont les voitures au pétrole (essence ou diesel), ce pétrole qui condamne l'humanité et sa planète à subir une catastrophe climatique dont même la société Shell s'inquiète en interne (selon un article de The Guadian commenté par LeFigaro).

Pour ne pas me faire trop d'ennemis parmi les aficionados des voitures électriques à batterie, je m'efforce de trouver quelques avantages à une voiture électrique actuelle:

  • elle incite à l'utilisation de petites voitures pour ceux qui n'ont pas besoin d'une grosse.
  • elle peut être pratique en ville.
  • elle est techniquement nettement moins complexe qu'une voiture au pétrole (essence ou gasoil).
  • elle permet de préparer l'avènement des voitures électriques de 2e génération, à savoir les voitures électriques à hydrogène.

Il reste que la voiture électrique à batterie est dilatoire

  • en ce qu'elle fait illusion quant à la résolution des problèmes de pollution,
  • en ce qu'elle neutralise la ferveur innovante des chercheurs, des ingénieurs et des pionniers sur des pseudo solutions et
  • en ce qu'elle fait diversion quant à  la mobilisation des initiatives sur de vraies solutions

Il importe donc de marteler l'idée que la solution d'avenir, celle qui va vraiment révolutionner l'histoire de l'automobile, c'est la voiture électrique alimentée par une pile à hydrogène. Cette voiture qui ne pollue pas du tout (seule de l'eau peut sortir du pot d'échappement) présente toutes les qualités d'une voiture actuelle au pétrole (essence ou diesel):

1 – puissance non limitée (il existe des bus et même des trains électriques à hydrogène)

2 autonomie d'au moins 500 km

3 temps de téléchargement inférieur à 5 minutes

Certes a) cette voiture à hydrogène que Hyundai et surtout Toyota nous annonce en fanfare n'est pas encore disponible en France et pour cause: il manque des pompes à hydrogène.

Certes b) l'hydrogène actuellement utilisable n'est pas encore renouvelable.

Mais a) un réseau de pompes à hydrogène est en préparation au niveau européen et progressera d'autant plus vite que les consommateurs que nous sommes s'intéresseront à la voiture à hydrogène.

Mais b) l'hydrogène peut devenir renouvelable, alors que le pétrole ne pourra jamais le devenir et le nucléaire non plus. L'hydrogène peut être produit à partir de n'importe quelle source d'électricité renouvelable: le photovoltaïque, l'éolien, l'hydro-électrique, … mais il peut aussi être produit à partir de la décomposition des matières organiques. A l'avenir, la fabrication de l'hydrogène renouvelable deviendra nettement meilleur marché que l'achat du pétrole et la fabrication de l'essence ou du diesel.

Qu'on se le dise: l'avenir, c'est la voiture à hydrogène, une voiture électrique performante et porteuse de vraies solutions pour arrêter la progression du réchauffement climatique ET celle des dangers nucléaires.

La voiture électrique à batterie est a la voiture à hydrogène ce que la lampe fluo est à la lampe LEDs: une solution intermédiaire douteuse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.